Green Solutions Awards : découvrez les études de cas de 7 écoquartiers innovants

 

Depuis plusieurs années, de nombreux projets d’écoquartiers fleurissent dans nos villes et sur nos territoires. 7 écoquartiers particulièrement innovants, de France, de Chine et d'Autriche ont déposé leur candidature (parmi d'autres) aux éditions précédentes du concours Green Solutions Awards. De la zone rurale au cœur de métropole, ils se posent comme de véritables démonstrateurs de la ville de demain. Découvrez tout de suite les 7 études de cas de ces écoquartiers sélectionnés.

 

L’écoquartier Volonne : réaffirmer la place du centre-ville en zone rurale

Cet écoquartier de 33 logements est situé en plein centre-bourg historique de Volonne, dans la région Provence-Alpes-Côtes d’Azur. Il s’inscrit dans une problématique de revalorisation des centres en zone rurale.

Pour cela, la commune de Volonne a fait le choix de lancer un projet d’écoquartier qui répond à des préoccupations sociales. L’accent a donc été mis sur l’accès aux différents services (enfance et santé), l’amélioration de l’offre de logement à destination des personnes âgées et des locatifs sociaux et l’adaptation des espaces publics aux usages des habitants.

Sur l’aspect écologique, le projet a intégré des enjeux tels que l’adaptation au climat, notamment sur des questions de confort d’été dans le bâtiment, la diminution des émissions carbones, la préservation des ressources environnementales ou encore la valorisation de la sobriété énergétique.

C’est donc un bel exemple d’écoquartier qui répond efficacement aux enjeux environnementaux sans oublier le volet social de la transition. 

Consultez l’étude de cas sur l’écoquartier Volonne.

 

Ecoquartier Lyon-Confluence : construire sans augmenter le niveau de GES

Le projet de renouvellement urbain de Lyon-Confluence concerne 150 hectares et utilise tous les leviers actuels en matière d’aménagement bas carbone. La Société Publique Locale Lyon-Confluence, qui porte le projet, s’est notamment fixé comme défi de construire sans augmenter le niveau de GES.

L’écoquartier mise ainsi sur la production d’énergie renouvelable locale (notamment grâce au photovoltaïque), la construction de bâtiments très performants, dont des bâtiments à énergie positive, la rénovation du quartier existant, la mobilité durable et enfin le développement d’une smart grid pour gérer et analyser les données énergétiques du quartier récoltées par des capteurs.

Ce quartier a vocation d’être un véritable démonstrateur pour les métropoles, aussi bien en France qu’à l’international. Il montre qu’il est possible de construire bas carbone sur des projets urbains de grande envergure. Lyon Confluence a d’ailleurs bénéficié de partenariats internationaux avec l’Europe et le Japon.

Consultez l’étude de cas Lyon-Confluence.

 

ZAC de la Marine : « recréer un véritable morceau de ville »

La ZAC de la Marine, sur la commune de Colombes, au Nord-Ouest de Paris, se situe à la croisée entre trois grandes thématiques urbaines : la redynamisation urbaine, la réhabilitation d’une friche industrielle et l’intégration dans une politique urbaine plus large, avec l’arrivée du tramway T2, qui permet de rejoindre La Défense et Bezons. L’objectif de la commune est de créer un quartier avec une identité propre, qui puisse rayonner sur le territoire qui l’entoure.

L’écoquartier s’étend sur 6,7 hectares. Il est composé de 400 logements, 1 200 m² de commerces, 6 500 m² de résidence hôtelière. Il dispose d'un réseau de chaleur biomasse qui alimente tous les bâtiments, de parcs de stationnement mutualisés et d’un aménagement visant le zéro rejet d'eau pluviale. Les équipements publics mis en place apportent une mixité des services et ont pour vocation de toucher les habitants au-delà du quartier. Celui-ci se structure autour de l’axe du tramway T2.

Consultez l’étude de cas de la ZAC de la Marine.

 

Ecoquartier Molière – Les Mureaux : créer du lien entre les entités urbaines

Cet écoquartier est au cœur d’une opération de renouvellement urbain aux Mureaux, dans les Yvelines, qui concerne 6 ensembles urbains répartis sur 70 ha et 15 000 habitants. L’objectif de cette opération est de faire du lien entre les différentes parties urbaines des Mureaux, notamment via l’aménagement d’espaces publics, auparavant quasi inexistants. C’est l'un des programmes les plus importants soutenus par l’ANRU.

Les grandes orientations du plan directeur sont les suivantes : désenclaver les quartiers ; recomposer le foncier et constituer des unités d'habitation évolutives ; diversifier le parc de logement ; créer un domaine public ; réhabiliter et construire des équipements identifiables ; suivre la démarche de Haute Qualité Environnementale. Le plan insiste également sur la gestion de l’eau et du végétal. L’écoquartier est couvert par un réseau de chaleur, combiné à une chaufferie biomasse, qui a obtenu le label éco réseau de chaleur.

Le bâtiment phare du projet est le pôle Molière. Ce bâtiment affiche de très bonnes performances énergétiques et environnementales : il est le lauréat du concours BEPOS et est certifié HQE. Le pôle a également une vocation sociale forte, en favorisant la mixité fonctionnelle (écoles, crèche, restaurant, ludothèque, centre de ressources, centre sportif, etc.) et en faisant office de lieu de réflexion sur les parcours éducatif et citoyen des habitants.

Consultez l’étude de cas de l’écoquartier Molières – Les Mureaux.

 

Zone Ouest de Pahzou : le Smart au service de la métropole de demain

La zone Ouest de Pazhou est un écoquartier situé à l’Est de la métropole de Guangzhou, en Chine. Cette ville portuaire, que l’on désigne aussi sous le nom de Canton, est confrontée depuis longtemps à la gestion délicate de sa démographie du fait de son attractivité. Tout l’enjeu de la ville est de mettre en place une bonne stratégie d’urbanisation à long terme, qui puisse répondre à la demande massive en logement tout en maintenant un cadre de vie agréable et préservant l’environnement.

Les grands axes de stratégie du projet sont : la mobilité, afin de permettre une circulation fluide des habitants toujours plus nombreux, l’optimisation des usages des bâtiments notamment grâce à la mixité et la préservation de l’environnement.

Mais surtout, l’écoquartier se positionne en tant que démonstrateur de la Smart City, où le numérique est au service des enjeux de la ville de demain. Le management urbain est entièrement digitalisé, grâce à l’utilisation du BIM. Cela permet de développer un monitoring puissant sur le quartier, en plus de pouvoir informer concrètement les habitants grâce aux données récoltées. De plus, les services urbains de communication sont optimisés au maximum.

Découvrez l’étude de cas de l’écoquartier Pahzou.

 

 

Ecoquartier Hibiscus : développer un quartier adapté à son environnement

L’écoquartier Hibiscus, situé à Cayenne, en Guyane, s’inscrit dans la création du nouveau quartier de l’Université Hibiscus. Il doit permettre d’aménager des logements, des activités et des équipements tout en faisant le lien avec la ville du Pôle Universitaire de Guyane. L’écoquartier sera amené à accueillir 5% de la population de Cayenne à terme.

Afin d’éviter que le quartier ne soit une enclave, l’écoquartier a été conçu pour favoriser l’ouverture sur la ville à travers le maillage viaire, développer une mixité sociale et créer de l’animation.

L’écoquartier a également pris en compte les risques naturels liés à sa position géographique, dont les inondations. Le quartier entier et ses bâtiments ont une conception bioclimatique, qui intègrent les caractéristiques climatiques de la Guyane (forte humidité et chaleur). Ainsi, des arbres ont été plantés sur les trottoirs pour apporter de l’ombre, du gazon a été planté dans les espaces publics pour limiter la réflexion solaire et l’orientation des bâtiments doit favoriser la ventilation naturelle. Les logements sont traversants, pour laisser l’air circuler. Enfin, un grand programme de protection des bâtiments contre les rayons du soleil est prévu, notamment grâce à la végétalisation des façades et l’allongement des débords de toits pour faire de l’ombre sur les murs.

Découvrez l’étude de cas de l’écoquartier Hibiscus.

 

Smarter Together Vienna Simmering : l’intelligence collective au service de la ville

Ce projet d’écoquartier est situé à Vienne (Autriche), dans le quartier de Simmering. Il s’agit d’une vaste opération de renouvellement urbain basée sur des solutions intelligentes, dans le domaine du logement social, des économies d’énergie, de la mobilité et des technologies de l’information et de la communication. Le projet mise également sur l’intelligence collective, grâce à la mise en place d’une démarche participative. Au total, 21 000 habitants devraient pouvoir bénéficier de ces solutions.

Le projet souhaite développer une approche systémique de la Smart City. Le numérique doit permettre de créer une synergie entre toutes les données et les éléments nécessaires au bon développement de l’écoquartier, même après sa livraison. Le monitoring est au cœur de son fonctionnement.

Smarter Together est un démonstrateur de la Smart City à l’international. Le projet est subventionné par le programme Horizon 2020 de l’Union européenne et a intégré le réseau européen des 80 Lighthouse Cities qui contribuent à la développer une vision européenne de la Smart City. Les solutions intelligentes qui y sont testées ont ainsi vocation à être répliquées.

Découvrez l’étude de cas de Smarter Together.

 

Vous voulez vous aussi gagner de la visibilité ? Candidatez aux Green Solutions Awards ! Il vous reste moins de 2 mois pour participer à ce concours et ainsi montrer votre savoir-faire à la profession. 

Participez avant le 15 mars

 

Concours organisé avec le soutien de :

 

 Quartier
 urbanisation
 énergies renouvelables
 mobilité
 Green Solutions
 Green Solutions Awards
 QAI
 Green Solutions Awards 202021

Auteur de la page


  • Autres actualités

    Plus d'articles

    Sur les mêmes thèmes

     Quartier
     urbanisation
     énergies renouvelables
     mobilité
     Green Solutions
     Green Solutions Awards
     QAI
     Green Solutions Awards 202021