ZAC de la Marine

  • Adresse : 92700 COLOMBES, France

  • Densité brute : 78.57 logt/ha
  • Nombre d’habitants : 1 375 hab
  • Nombre d'emplois : 100 emplois
  • Année d'engagement du projet : 2008
  • Année d'achèvement du projet : 2022
  • Mots-clés : biodiversité; réseau bois; gestion eau pluviale; mixité; mobilité; complicité territoriale

Proposé par :

Label / Certifications :


  • 7 ha

La ZAC de la Marine a gagné une mention pour le Grand Prix Ville durable au niveau France des Green Solutions Awards 2019.


Située au Nord Ouest de Paris dans le département des Hauts de Seine et sur la commune de Colombes, la ZAC de La Marine s'inscrit dans une évolution urbaine plus large que son périmètre qui comprend l'arrivée du tramway T2 prolongé entre la défense et Bezons, axe structurant du projet. La ZAC intègre le périmètre de la Zone de redynamisation urbaine Petit Colombes/Grèves et couvre une ancienne friche industrielle autrefois occupée par la Marine nationale.

Le but était de reconquérir une friche industrielle pour la construction d’un nouveau quartier durable de 6,7 hectares. Le projet a été pensé à l’échelle du quartier Charles de Gaulle pour désenclaver le site, tisser un lien urbain et social entre l’existant et le futur.

La phase I du projet a permis la construction d’environ 400 logements a été réalisée entre 2011 et 2016. A côté de ces logements, devaient être construits 12 000 m² de bureaux, 1 200m² de commerces, 6 500 m² de résidence hôtelière dont un restaurant de 500 m². Enfin, 8 500 m² ont étés dédiés au Site de Maintenance et de Remisage (SMR) dela RATP pour les tramways T2 puis T1.

A tout cela, il faut ajouter des équipements publics qui apportent une mixité des pratiques et un rayonnement sur le quartier : un nouveau groupe scolaire, une médiathèque de 1 000 m²; un square de 4 000 m² intégré dans 7 000m² d’espaces verts publics sans compter des jardins partagés, et les jardins privatifs. Une aire d’accueil des gens duvoyage de 26 emplacements est également présente et avait été être légèrement étendue.

L'objectif de la commune est de "recréer un véritable morceau de ville" par une trame viaire structurante et un projet aux fonctions multiples. En phase 1, la commune a notamment signé une charte de développement durable pour mobiliser tous les acteurs intervenants dans l'opération. Le territoire est occupé à 68 %par des logements sociaux. Deux points innovants participent notamment à la qualité du projet :

  • un réseau de chaleur biomasse alimente l'ensemble des bâtiments de la ZAC et le parc de logements sociaux situés au Sud
  • les parcs de stationnement sont mutualisés afin de réduire la construction d'infrastructures et de limiter l'impact de la voiture sur le quartier,
  • un aménagement visant le zéro rejet d'eau pluviale tant dans les espaces publics qu'à l'échelle de chaque parcelle.

Depuis 2017, la phase 2 de la ZAC est lancée. Si la deuxième partie de ce nouveau quartier devait être destinée, en grande partie, à des bureaux, l’état du marché des immeubles de bureau a nécessité de revoir le plan masse pour y intégrer près de 300 logements en accession et 27 logements sociaux. L’espace destiné à l’activité économique est réduit à 2500m², en bordure du boulevard Charles De Gaulle. L’aire d’accueil du voyage, la seule du département, va prendre la place des bureaux prévus initialement. Enfin, un parking souterrain,de 250 à 300 places va être construit sous les futurs logements.


Vous pouvez trouver plus d'informations en écoutant ce podcast suivant :

https://www.construction21.org/france/articles/fr/green-solutions-zac-de-la-marine-ecoquartier-durable-et-inclusif.html

crédit image (cartes): Groupe Arcane

Programme

  • Logements
  • Bureaux
  • Services et commerces
  • Equipements publics
  • Espaces publics
  • Espaces verts
  • Autres

Etat d'avancement du projet

  • Phase de livraison

Type de procédure

  • Permis d'aménager

Points remarquables

  • Gouvernance
  • Cadre de vie
  • Mobilité
  • Ressources
  • Biodiversité
  • Energie /Climat

Démarche(s)

  • Agenda 21
  • Charte locale

Label(s)

  • Autre

Plus d'info

 https://www.leoffdd.fr/fichiersprojets/ecoquartierdelamarine-Ecoquartier%20Marine%202015.pdf.pdf

Fiabilité des données

Auto-déclaration

Type de territoire

Localisée au nord-ouest de Paris sur le département des Hauts-de-Seine, la ZAC de La Marine est située à l'ouest du territoire de Colombes au sud du pont de Bezons, entre la limite est de Nanterre et la D 992, (le boulevard Charles de Gaulle). Elle s'étend au nord jusqu'au débouché de l'A86 par la rue de Sartrouville et au sud jusqu'à la D986 (rue Gabriel Péri).

Plan de localisation

groupe ARCANE

La ZAC de la Marine, qui intègre le périmètre de la Zone de redynamisation urbaine Petit-Colombes/Grèves, est le résultat du projet de réaménagement urbain d'une ancienne friche industrielle autrefois occupée par la Marine Nationale. Ce périmètre a ensuite été élargi au nord et au sud par des espaces complémentaires. Il s'étend sur une superficie de 6,7hectares imbriqués à l'est et au sud avec deux importants ensembles de logements sociaux:

  • Au sud : Les Canibouts Nord, 357 Logements, Hachette : 82 logements.
  • Au nord-est: le Petit Colombes Ouest, 220 logements.

Pour assurer la reconversion de cette friche industrielle en recréant un véritable « morceau de ville », la ville de Colombes a souhaité inscrire l'aménagement de la ZAC de la Marine dans une démarche de Développement Durable.

Ce projet a par ailleurs été nommé lauréat de la seconde session (2010) de l'appel à projet NQU : Nouveaux Quartiers Urbains.

Zone climatique

[Cfb] Océanique hiver tempéré, été chaud, pas de saison sèche

Surface d’espaces publics

10 000

Surface de plancher de bureaux

1 500

Surface de plancher commerces

2 000

Surface de plancher équipements publics

7 000

Surface de plancher de logements

40 000

Nombre de logements

550

Nombre de logements sociaux

110

Espaces publics/hab

Coût total investissement HT

10 000 000 € HT

Porteur de projet

    CODEVAM

    Porteur parapublic (SEM, SPLA...)

    Société d'Aménagement (SEM) de la ville de Colombes

Pilotage projet

    Aménagée par la Codevam (Colombes Développement Aménagement) et pilotée par la commune de Colombe sur d’anciens terrains de la Marine, la ZAC de la Marine est un projet initié au début des années 2000 de 6,7 hectares.

    Les études urbaines menées en 2008 pour la phase 1 prévoyaient de développer 40 000 m 2 de logements (environ 500), 12 000 m 2 de bureaux, 1 500 m 2 de commerces, un hôtel (6 500 m 2 ), des équipements publics… profitant de l’arrivée en 2012 du tramway T2 (La Défense/pont de Bezons) et à l’horizon 2020 par le T1 prolongé d’Asnières-Gennevilliers à Nanterre.

    En 2017, la phase 2 a été lancée mais en limitant les bureaux pour privilégier 300 logements en accession et 27 logements sociaux. L’espace destiné à l’activité économique a ainsi été réduit à 2500m², en bordure du boulevard Charles De Gaulle. L’aire d’accueil du voyage, la seule du département, va prendre la place des bureaux prévus initialement.

    Par ailleurs un parking souterrain, de 250 à 300 places va, dans la deuxième phase, être construit sous les futurs logements.

Intervenants du projet



SOLUTIONS

Cadre de vie / densité

​L'aménagement de la Marine correspond d'abord à une volonté de diversification des fonctions présentes le long de l'axe structurant que constitue le boulevard Charles de Gaulle. En effet en 2010, les récents aménagements réalisés à proximité avaient principalement porté sur la construction d'immeubles tertiaires, profitant de la proximité du quartier d'affaires de La Défense. L'écoquartier de La Marine vient rééquilibrer les fonctions présentes dans le quartier Charles de Gaulle en aménageant un quartier à dominante d'habitation, dans ce secteur à l'accessibilité renforcée par l'arrivée du tramway.

La deuxième phase de ce nouveau quartier intégre près de 300 logements en accession et 27 logements sociaux alors que l'espace destiné à l'activité économique est réduit à 2500m², en bordure du boulevard Charles De Gaulle. L'aire d'accueil du voyage, la seule du département, va prendre la place des bureaux prévus initialement.Enfin, un parking souterrain, de 250 à 300 places va être construit sous les futurs logements.

Les contraintes du site, ont conduit à différencier fortement les aménagements de la partie nord et de la partie sud du site. Dans la partie nord, deux facteurs ont conduit a prévoir une densité faible : La présence de l'aire des gens du voyage qu'il est souhaitable d'intégrer sans discrimination tout en évitant de l' exposer à des vues plongeantes et d'autre part, le souhait de conserver et de renforcer le tissus pavillonnaire de la rue Champy, seule accroche du nouveau quartier avec l'histoire de sa première urbanisation. La densité de la partie sud des terrains disponibles, est par contre, particulièrement forte : 220 logements à l'hectare, si l'on excepte les terrains occupés par les installations peu denses en bâtiments de la RATP.

L'implantation des bâtiments a été guidée tout à la fois par la volonté de l'inscrire dans la trame urbaine de la Ville de Colombes et celle d'optimiser l'ensoleillement des façades pour respecter les performances énergétiques assignées aux bâtiments. Les prospects entre la grande majorité des bâtiments sont de ce fait importants : 26m. Cette distance trame et rythme l'ensemble des tracés et des implantations. Elle induit l'insertion des espaces verts résidentiels et de l'espace vert public. La recherche du bon ensoleillement est lisible sur les façades fortement différenciées en fonction de leur orientation. Elle est présente dans les cheminements à l'instar de l'allée en diagonale qui traverse les ensembles résidentiels et indique le sud en direction de la place triangulaire qui fait face au groupe scolaire.

Densité nette

Culture et patrimoine

La nouvelle médiathèque de la Marine a été inaugurée en 2015. Elle a remplacé la médiathèque Aragon et sest 'ajoute aux deux autres structures municipales : Jacques Prévert et Michelet.

L'espace de 1 100 m2 compte 25 000 ouvrages, 21 postes multimédias et des ressources numériques.

Mixité sociale

Le site de la Marine se trouve placé sur le territoire dit du Petit Colombes occupé de part et d'autre du boulevard Charles de Gaulle, à près de 80% par des logements sociaux. La programmation de la phase 1 (80% de logement non sociaux), répond à l'objectif d'initier un processus vertueux de mixité sociale. Cet objectif s'est accompagné d'une localisation adaptée des équipements et d'aménagements des espaces induisant une mixité des flux et favorisant les rencontres. C'est pourquoi le périmètre de la carte scolaire de l'école à mettre en œuvre dans la ZAC, intègre le Petit Colombes Ouest, les Canibouts Nord et Hachette.

La localisation de l'entrée de l'école induit une fréquentation du nouveau quartier par l'ensemble des enfants et des parents de ce périmètre élargi. Les positions respectives de la résidence hôtelière et de son restaurant, de la médiathèque et des commerces induisent un renforcement du pôle de centralité existant autour de la Place Aragon. Le square de 4000m2 qui structure la trame urbaine générée par le projet, est ouvert sur le boulevard. Il est ainsi rendu visible depuis la place Aragon. Il est fréquentable par tous dans la journée depuis le large trottoir bordé de commerces qui deviendra entre deux stations de tramway un espace de déambulation fréquenté par tous les habitants du quartier. Les 20% de logements sociaux créés seront disséminés dans l'habitat par cages d'escaliers entières.

La phase 2 de la ZAC, lancée en 2017 intégre 350 nouveaux logements dont 20 sociaux.

Qualité de l'air ambiant et santé

100% des bâtiments répondent aux exigences de haute qualité environnementale (HQE, H&E) et le cahier de prescriptions pour les immeubles de logements intégraient de nombreuses exigences sur le confort acoustique, le confort thermique, le confort visuel, la qualité de l'air, les chantiers faibles nuisances.

La forte présence des tramways et la création de la trame d'espaces publics végétalisées participent à l'amélioration de la qualité de l'air.

Mixité fonctionnelle

La mixité des fonctions a été prise en considération sur un périmètre qui déborde largement les terrains à urbaniser dans la ZAC de la Marine dans le dynamisme de l'axe que constitue le Boulevard Charles de Gaulle en direction du pont de Charleroi et de la Défense. Plusieurs projets, notamment tertiaires, achevés, engagés ou à venir, viendront développer et soutenir ce dynamisme. Le nouveau quartier de la Marine tire parti pour lui même de cette dynamique pour initier un élan de mixité sociale dans le quartier du Petit Colombes, anciennement composé à plus de 80% de logements sociaux.

La localisation sur le site d'éléments de programme diversifiés: Logements aux statuts diversifiés, résidence hôtelière, groupe scolaire, activités, médiathèque, square public, jardins partagés, commerces, constitue un noyau hétérogène qui s'ouvre au quartier. Les rez-de-chaussées de la Place Louis ARAGON sont bordés de commerces et donnent accès à plusieurs équipements publics qui se développent sur deux niveaux. La Place fait face à un très important centre commercial intégrant un hypermarché Leclerc. Elle est proche d'une halle de marché couvert et dispose d'un parking public aujourd'hui condamné et qui sera remis en service. La place Louis ARAGON a été requalifiée dans le cadre de l'opération ANRU du Petit Colombes. Mais l'ensemble de ces atouts à développer et a mettre en valeur sont véritablement « boostés » par l'implantation au droit de la Place d'une station du Tramway à quatre haltes du quartier de la Défense.

Tramway ZAC de la Marine

Sa vigueur actuelle et en devenir, est renforcée par les rez-de-chaussées commerciaux des bâtiments construits à proximité ; et le square de 4000m2, élément important de la composition urbaine du nouveau quartier, ouvert sur le boulevard dans la journée et visible dès cet angle comme une invitation à le fréquenter pour les habitants du Petit Colombes.

% d’espaces publics

% de surface de bureaux

% de surface de commerces

Strategie mobilité

Un quartier sans voiture et zéro parking, soutenu par ses habitants

L'écoquartier de La Marine bénéficie d'un contexte très favorable à la création d'un quartier sans voiture, de part sa desserte par les tramways T2 puis T1 sur le boulevard Charles de Gaulle qui longe la ZAC, et sa situation à proximité du centre-ville de Colombes et du centre d'affaires et commercial de la Défense.

>> L'absence de parking sur le quartier a été soutenue lors de la réunion publique organisée en 2009.

Le sujet de la mobilité, du fait d'un objectif ambitieux de quartier piéton, pouvait s'avérer difficile à accepter par les habitants. 

La réunion publique s'est en réalité bien déroulée, au delà même des attentes de l'équipe : non seulement les habitants n'ont pas remis en question l'absence de voiture sur le site, mais ont approfondi le sujet, en refusant les parkings silos initialement proposés.

Suite à cet échange, l'équipe a fait évoluer le projet, vers des choix encore plus ambitieux : la réutilisation de parkings sous-terrain pré-existants et sous-utilisés à proximité, en lieu et place de la construction de nouveaux parkings. 

Le stationnement est ainsi mutualisé entre les habitants du nouveau quartier et ceux des logements sociaux existants (respectivement 500 et 500 logements).

>> Aussi la thématique de la mobilité est particulièrement ambitieuse sur le projet et intègre deux actions majeures :

D'une part, l'écoquartier est essentiellement piéton, 80% des voies internes de l'écoquartier étant réservées aux circulations douces, et la place de la voiture réduite au strict nécessaire. 

Ce choix urbain renforce fortement la qualité de vie au sein du quartier et limite les émissions de GES.

Il s'inscrit en outre dans le continuum vert traversant l'écoquartier du Nord au Sud, support de circulations douces et répondant à des enjeux de biodiversité. 

Une place particulière est réservée aux vélos, avec deux emplacements imposés par logement, en locaux couverts et sécurisés. 

D'autre part, très peu de parkings voiture ne sont construits sur le quartier, et ceux-ci sont mutualisés avec les parkings des logements alentours au quartier : des parkings existants et largement sous-occupés situés sous les logements sociaux voisins ont été rachetés par la MOA puis rénovés, dont une partie est affectée aux habitants de la ZAC de la Marine. 

Gestion de l'eau

10 000 m² d'espaces verts publics sont aménagés sur le quartier de La Marine, dont un square de 4.000 m², créant ainsi un continuum vert sur l'ensemble du quartier. Son usage est partagé avec les habitants des quartiers voisins. 

L'aménagement optimise également la gestion de l'eau, en visant le zéro rejet d'eaux pluviales à l'échelle de la ZAC.

Noues et aménagement paysagers

La totalité des eaux pluviales est infiltrée ou récupérée sur le site et réutilisée pour l'arrosage des espaces verts. Les aménagements de coeur d'îlot s'inscrivent dans la philosophie des principes établis sur l 'éco-quartier de la Zac de la Marine. Les espaces de pleine terre sont décaissés d'environ 35 cm par rapport aux circulations piétonnes pour à la fois répondre à l'objectif de zéro rejet des eaux pluviales sur le domaine public et aussi pérenniser les espaces plantés. La stratégie végétale s'inspire du contexte environnemental naturel. La palette végétale, veille à n'utiliser que des espèces indigènes ou naturalisées, végétation plus adaptée aux saisons de notre climat tempéré.

Le jardin central est prévu inondable, et peut contenir des pluies jusqu'à l'occurrence vicennale sans débordement, avec une revanche de 10 cm.

Gestion des déchets

Afin d'optimiser la gestion des déchets et de faciliter les gestes de tri, des dispositions ont été prévues dans les bâtiments pour le tri et le stockage intermédiaire des déchets, à proximité des lieux de production (surface au sol identifiable, fourniture d'équipements de tri, …). Une réflexion a également étémenée sur les accès des bâtiments afin de faciliter l'accès vers les bornes d'apport volontaire des déchets (emplacement des entrées, cheminements, …).

BAV

Biodiversité et milieux naturels

Les liaisons créées pour irriguer le nouveau quartier sont toutes des liaisons douces, accessibles aux seuls piétons, cyclistes, véhicules de services et de sécurité. La liaison principale s'intègre à un continuum vert dont le principe s' inscrit dans un objectif de biodiversité. La gestion alternative des eaux pluviales de la ZAC de la Marine est un élément fort du projet d'éco quartier. Les espaces décaissés par la mise en œuvre des noues sont propices à l'installation d'une végétation naturelle largement issues des essences végétales indigènes présentes sur les rives de la Seine (Saules, aulnes, cornouillers,…).

Le continuum végétal orienté nord sud parallèlement aux aménagements du boulevard Charles de Gaulle, est mis transversalement en connexion avec le mail du boulevard par l'intermédiaire de la rue des Côtes d'Auty et du Parc urbain.

Ce continuum écologique propice à la biodiversité s'étend donc jusqu'au Parc Lagravère et à la rive gauche de la Seine. Il favorise la circulation des insectes et des oiseaux dans leur recherche de nourriture, ou d'abris pour leurs nichées.... Il joueun rôle particulièrement important pour les espèces qui ont une mobilité réduite en contribuant à rompre l'isolement des habitats.

Adaptation climat, preservation es ressources, émissions GES

L'objectif défini dans le profil environnemental de la ZAC consistait à atteindre le label BBC pour les logements et BEPOS pour le groupe scolaire. Il consistait également à promouvoir les énergies renouvelables dans un périmètre élargi aux logements voisins lorsqu'ils sont chauffés par le sol par un réseau de chaleur utilisant la biomasse: (Chaufferie bois).

Mais, en premier lieu, l'objectif était d'utiliser l'énergie gratuite du soleil par une implantation des bâtiments limitant au maximum les masques solaires. Pour répondre à cette nécessité, après calcul, les écarts principaux entre les bâtiments sont de 26m. 

Sobriété énergétique

Les prescriptions concernant la gestion de l'énergie sont particulièrement exemplaires, avec un objectif de réduction de 80% des émissions de GES induites par les besoins énergétiques par rapport à un aménagement classique. 

Ainsi l'ensemble des bâtiments construits sur l'écoquartier présente une performance énergétique minimale de niveau BBC (Bâtiment Basse Consommation). 

Mix énergétique

Contraints par une programmation dense sur le périmètre de la ZAC ainsi que par l'installation du site de maintenance et remisage de la RATP sur ce site, l'étude de faisabilité réalisée a nécessité de larges réflexions sur les capacités d'implantation d'une telle chaufferie sur l'écoquartier.Ainsi, le comité de pilotage du 9 Juillet 2009 a validéla solution chaufferie bois sous DSP sur le délaissé comme étant la solution la plus optimale pour tenir l'objectif de performance énergétique de la ZAC de la Marine. Il a ainsi été mis en œuvre :

  • L'installation d'une chaufferie bois de 3 MW sur le délaissé autoroutier de l'A86,
  • Le raccordement au domaine de l'OPH sur le même réseau afin d'assurer l'appoint gaz et faire profiter l'OPH de ce projet,
  • Le raccordement des différents bâtiments de la ZAC

Cette solution technique a permis de :

  • tenir l'objectif de 80% de réduction des GES avec un taux de couverture d'environ 75% du réseau de chaleur par de la biomasse,
  • agrandir l'impact environnemental de la ZAC au quartier en permettant l'alimentation des bâtiments de l'OPH de Colombes,
  • réduire le coût de la chaleur grâce entre autres à la TVA de 5,5%,
  • réduire l'impact de l'augmentation des énergies fossiles sur les habitants du quartier et ainsi mieux maîtriser leur pouvoir d'achat (objectif économique du projet),
  • valoriser un délaissé dans le cadre de la densification des espaces urbains.

Elle a supposé de:

  • procéder à l'acquisition du délaissé autoroutier,
  • mettre en place une convention avec la ville de Colombes,
  • réaliser une étude de risque à destination de la DIRIF,
  • négocier l'accord DIRIF,
  • procéder à l'achat du terrain auprès de France Domaines.
  • de réaliser un appel d'offres de DSP remporté par DALKIA,
  • de maîtriser la qualité de l'air de la ZAC au travers d'exigences techniques concernant le filtrage des fumées.

La chaufferie a ainsi été mise en service le 1er novembre 2014.

La mise en œuvre d'un réseau de chaleur biomasse sur l'écoquartier a permisde couvrir par des énergies renouvelables la majorité des besoins en chauffage et ECS des 500 logements de la ZAC, mais également les 500 logements sociaux en bordure Sud, associé aux chaufferies gaz existantes.

Le groupe scolaire, équipement public exemplaire de l'écoquartier de La Marine, est un bâtiment à énergie positive (BEPOS).

Groupe scolaire de la Marine

Livré en 2014, il combine une sobriété énergétique grâce à une enveloppe performante et une architecture bioclimatique ; à une production EnR par la mise en œuvre de 680 m² de photovoltaïque en toiture couvrant la totalité des consommations énergétiques du bâtiment. Raccordé au réseau de chaleur biomasse, ses consommations en chauffage sont inférieures à 8,95 kwhEP/m².an.

SOLUTIONS

    ​​Réseau et chaufferie biomasse

    • EnR
     http://www.gsm-archi.net/site/?p=380

    http://www.vizea.fr/references-projets/energie/item/769-colombes-92-zac-de-la-marine.html

Batiments

La démarche « Eco quartier » de la phase 1 et la mise en œuvre de la Charte de Développement Durable permettent de viser la qualité environnementale et la performance maximale sur 3 cibles particulières :

  • Cible « Energie » : le groupe scolaire a été construit selon les normes BEPOS (bâtiment à énergie positive), un réseau de chaleur alimenté majoritairement par la biomasse est mis en place. Les bâtiments seront orientés de manière à favoriser l'ensoleillement et les apports naturels de chaleur, les logements seront réalisés en bâtiments basse consommation.
  • Cible « gestion de l'Eau » : infiltration des eaux de surfaces sur place lorsque cela est possible, n'induisant qu'un minimum de rejet dans les collecteurs publics, et une optimisation de la consommation d'eau potable (objectif -20%).
  • Cible « déplacements /transports » : l'accès de l'opération est limité pour les voitures, 80% des voies aménagées sont des circulations douces, proximité immédiate des transports en commun (tramway, bus, RER...).

  • Un quartier à mobilité douce :  Le parc de stationnement s'appuie sur une mutualisation de l'offre des parkings existants. Seules 235 places complémentaires sont construites en sous-sol. 80 % des voies internes au projets sont dédiées aux circulations douces. L'offre de transports en commun existante et à venir permet cette place très réduite de la voiture. Cette ambition a été particulièrement soutenue par les habitants permettant une mutualisation des espaces de parking entre habitants du nouveau quartier et ceux des logements sociaux existants. 
  • Un réseau de chaleur biomasse : Le réseau de chaleur biomasse mis en œuvre sur le quartier permet, associé aux chaufferies gaz existantes, de couvrir les besoins en chauffage et ECS des 500 logements de la ZAC et des 500 logements sociaux en bordure sud. Le secteur très dense et contraint notamment par le site de maintenance de la RATP a poussé les concepteurs à implanter la chaufferie sur un délaissé autoroutier au nord de la ZAC. 
  • Biodiversité et zéro-rejet d'eaux pluviales : 10 000 m2 d'espaces verts publics aménagés comprenant un square de 4 000 m2 permettent de créer un continuum vert du Nord au Sud sur près de 800 m de long. Ces espaces permettent le zéro rejet d'eaux pluviales à l'échelle de la ZAC : la totalité est infiltrée ou récupérée pour être réutilisée pour l'arrosage des espaces verts. Les passages entre les espaces publics, les espaces résidentiels et les entrées sont matérialisés par des noues. 
  • Une école BEPOS : Livré en 2014, le groupe scolaire Simone Veil atteint une sobriété énergétique grâce à une enveloppe performante et une architecture bioclimatique, à une production d'énergie renouvelable avec la mise en oeuvre de 680 m2 de photovoltaïque en toiture couvrant la quasi totalité des consommations énergétiques du bâtiment. Raccordé au réseau de chaleur biomasse, ses consommations en chauffage sont inférieures à 8,95 kwEP/m2.an.

 

Catégories du concours

Grand Prix Ville Durable

Grand Prix Ville Durable

Prix du public

Prix du public

Green Solutions Awards 2019 - Quartiers France


Auteur de la page


  • Autres études de cas

    Plus

    Concours

    Green Solutions Awards 2019 - Quartiers France