[Dossier santé] #23 - OsmoZ, un cadre d’actions pour améliorer ses modes et ses lieux de travail

La pandémie exceptionnelle et planétaire que nous traversons est une véritable épreuve qui requestionne nos modes et lieux de travail. Nous sommes clairement confrontés collectivement à un certain nombre de défis qui se sont amplifiés, si ce n’est, exacerbés.

 

Cette crise nous rappelle notamment la fonction primaire de refuge que représente un bâti, dont on attend qu’il soit accueillant et protecteur. Elle plaide indéniablement pour des bâtiments sains et modulables, qui soient capables de s’adapter rapidement à nos besoins et contraintes. Cette crise plaide aussi pour repenser nos cadres de travail, afin de prendre encore plus soin de notre santé et de notre bien-être, comme le rappelle très justement la définition de l’Organisation Mondiale de la Santé. Cette crise, qui nous amène, pour beaucoup, à télétravailler, plaide également pour une mise en œuvre d’un numérique efficace et responsable…

Enfin et surtout, cette crise montre l’importance de co-construire des réponses collectivement afin de renforcer adhésion, confiance et respect des règles.

Une période de crise exceptionnelle qui accentue des enjeux multiples

En cette période de crise, les enjeux sont triples pour les organisations, qu’elles soient petites ou grandes. Il s’agit de :

  • Repenser et réorganiser les cadres de travail et renforcer la prévention des risques, en favorisant santé physique et psychique ;
  • Redynamiser le collectif de travail et renouer avec les performances économiques ;
  • Répondre aux enjeux sociétaux à travers des politiques de développement durable ambitieuses.

La première urgence est donc de (re)-créer les nouvelles conditions du bien travailler ensemble, dans un monde en pleine (r)évolution.

Les évolutions indispensables de nos modes de vie et de travail vont aussi avoir des conséquences considérables en terme immobilier, même si la bascule est déjà amorcée.

Une recrudescence du télétravail, qui va perdurer

La hausse exceptionnelle de télétravail que nous connaissons en est un exemple criant avec, début mai 2020, 25% de la population active française en télétravail selon Malakoff Humanis, alors qu’il était plutôt de l’ordre de 17% auparavant si l’on s’en tient au rapport de Bruno Mettling dans son rapport de 2015 « Transformation numérique et vie au travail ».

Cette hausse est manifestement partie pour perdurer, à voir les entreprises commencer à tirer les enseignements de cette situation exceptionnelle.  Début mars 2020, la nouvelle étude annuelle réalisée par Malakoff Humanis sur le télétravail annonçait déjà que 75% des salariés et 65% des dirigeants étaient convaincus que le télétravail allait continuer à se développer au cours des 5 prochaines années, sans parler de l’Accord National Interprofessionnel (ANI) « pour une mise en œuvre réussie du télétravail » en cours de discussion en cette fin d’année 2020.

Tout cela questionne un peu plus ce que sera le bureau de demain.

Un besoin accentué de co-construire des réponses collectivement, en matière de qualité de vie au travail, afin de renforcer adhésion, confiance et respect des règles.

Dans un contexte aussi challengeant, une démarche de labélisation telle qu’Osmoz peut être un outil très puissant pour orchestrer une telle transition, notamment lors d’un projet de déménagement. C’est non seulement un guide méthodologique très complet (qui permet aussi une meilleure anticipation de la réglementation), mais aussi une démarche fédératrice d’aide à la conduite du changement, qui inclut accompagnement, aide à la décision et pilotage, en facilitant désilotage et travail collaboratif, pour tendre vers un but commun. Avec 5 mots d’ordre : contextualisation, co-élaboration, amélioration continue, transversalité, valorisation. Car l’étape finale est essentielle pour valoriser le collectif : se prêter à une évaluation par une tierce partie indépendante qui atteste des engagements pris.

Un besoin urgent de re-dynamiser les organisations

Dans la situation inédite que nous vivons, il s’agit d’être agile, adaptatif, d’assurer le lien pour maintenir le collectif de travail et de maintenir l’engagement et la motivation des collaborateurs dans la durée, afin de renforcer la performance des organisations. Ainsi, nous sommes tous en train de nous réinventer et de nous réorganiser, qu’il s’agisse de plan d’actions santé /sécurité, de travail dans les murs (flux de circulation…) et hors les murs (télétravail…), de modes de déplacement, de conciliation des temps, de connexion digitale …

Dans l’immédiat, les plans d’actions sanitaires sont lancés, mais il reste beaucoup à faire. Pour ces enjeux de court et moyen terme, le label OsmoZ offre tout à la fois une méthode pour élaborer ses scenarii, ainsi qu’un challenge collectif à relever pour tenir dans la durée. OsmoZ renforce la cohésion sociale et l’adhésion aux règles avec une image d’employeur responsable et engagé, soucieux du bien-être de ses collaborateurs.

Osmoz : une approche méthodologique très complète et structurante, qui favorise agilité, performance et bien-être

Côté méthodologie, le référentiel est constitué de 3 leviers d’actions qui se complètent et sont adressables seuls ou conjointement :

  • Le levier Bâti vise la qualité intrinsèque et l’exploitation des bâtiments et équipements techniques, afin qu’ils contribuent positivement à la qualité de vie des utilisateurs et répondent aux besoins fonctionnels des organisations ;
  • Le levier Aménagement concerne l’aménagement des espaces intérieurs et extérieurs et vise des espaces de travail adaptés aux besoins des collaborateurs et aux modes de travail des organisations ;
  • Le levier Animation RH concerne l’animation des lieux, les règles de vie, les outils supports et vise des prestations répondant aux besoins des collaborateurs et aux modes de travail des organisations.

Chacun de ces leviers est évalué sur les 6 enjeux ci-dessous.

 

Les 6 enjeux d’Osmoz : écho à la crise sanitaire que nous traversons

Nous vous proposons de les balayer, avec le prisme de la situation actuelle, afin d’illustrer que, ainsi contextualisés, tous les volets essentiels qu’il s’agit d’adresser sont bien présents (cf visuel suivant également).

Le premier enjeu, la santé environnementale, prend une dimension d’urgence prioritaire en cette période : il concerne les éléments environnementaux qui influencent l’état de santé et le bien-être du salarié, à commencer par qualité de l’air intérieur.

Deuxième enjeu, l’hygiène de vie adresse tous les sujets de santé physique et psychique pour lesquels l’entreprise peut mettre à disposition des équipements qui pourront ou non être repris par les collaborateurs, sans oublier bien sûr, le volet essentiel que forment la propreté et la salubrité.

Le troisième enjeu, qui traite de l’équilibre entre vie privée et vie professionnelle prend une dimension toute particulière, avec de nombreux volets concernés : mobilité et transports, télétravail, rythme de travail et déconnexion… surtout si l’on tient compte du fait que 74% des télétravailleurs souhaiteraient que cela se prolonge au-delà du confinement.

L’enjeu communication et lien social est tout aussi important à l’heure où la cohésion d’équipe est essentielle, sans oublier le volet soutien psychologique…

Dans l’enjeu fonctionnalités, il s’agit d’être attentif aux équipements permettant aux collaborateurs d’effectuer leurs activités dans les meilleures conditions possibles à commencer par la qualité d’accès au lieu de travail, l’ergonomie des espaces, la qualité digitale, la sécurité …

Enfin, last but not least, l’enjeu démarche collaborative’ est l’enjeu transversal clé : parce que la manière dont est élaboré son projet compte tout autant, si ce n’est plus, que ce qui est effectivement mis en place. Cela vise en particulier l’implication de toutes les parties intéressées : directions Immobilier, RH, Environnement de travail, instances représentatives du personnel, collaborateurs… dans une logique de co-élaboration, de suivi et d’amélioration continue, incluant l’accompagnement du management.

En synthèse, Osmoz est un outil d’accompagnement idéal, dans les transformations qui s’imposent à tous aujourd’hui, pour améliorer et repenser les cadres de travail. Sa méthodologie est contextualisable à la culture de toutes les organisations qui souhaitent s’engager.

Parce que les éléments de contexte évoluent en permanence, améliorer la qualité des cadres de travail est un processus continu. C’est justement ce que vise OsmoZ, pour répondre au mieux aux besoins des collaborateurs et pour améliorer les performances des organisations.

Parce qu’il n’existe pas de scenario unique, OsmoZ peut s’adapter à la diversité des organisations. OsmoZ permet l’élaboration d’une réponse contextualisée, adaptée à chaque organisation :

  • en veillant à intégrer toutes parties intéressées,
  • en suscitant l’adhésion, sans imposer une solution standard,
  • en se fixant un but collectif commun.

 

Dans l’idéal, il est préférable de s’appuyer sur ce cadre le plus en amont possible de son projet, pour ancrer son plan d’actions dans la durée et impulser une réflexion globale sur tous les champs de la QVT.

Si vous êtes intéressé.e par la mise en place d’une formation sur mesure sur le label OsmoZ au sein de votre entreprise, n’hésitez pas à nous contacter : 01 40 50 28 36

 

Article signé Catherine Moulin, Directrice Innovation chez Certivéa et Dorothée Metta, Expert développement RH en Santé et QVT

 

 Consulter l'article précédent :  #22 - Conseiller Médical en Environnement Intérieur, Biodiv’airsanté France vous explique.

 


           

Dossier soutenu par

Velux, Santé & Bien-être

 

Santé &bien-être dans nos bâtiments

Retrouvez tous les articles du dossier

 Santé & confort dans nos bâtiments ?

 Dossier santé
 santé et confort
 confort
 QVT
 tertaire

Auteur de la page

  • Communication CERTIVEA

    Direction de la communication

    Suivre

  • Autres actualités

    Plus d'articles

    Sur les mêmes thèmes

     Dossier santé
     santé et confort
     confort
     QVT
     tertaire