[Dossier Afrique - Ville(s) Durable(s)] #7 - La Convention des Maires en Afrique Subsaharienne (CoM SSA) : une réponse au changement climatique en Afrique

La Convention des Maires en Afrique Subsaharienne est une initiative qui a été lancée par l'Union Européenne en 2015. Elle a pour objectif d'accompagner les villes d'Afrique subsaharienne dans la lutte contre le changement climatique et de promouvoir l'accès des populations vulnérables à l’énergie. 

Les villes africaines s'engagent contre les effets du changement climatique

La Convention des Maires en Afrique Subsaharienne a pour but d'accroitre la capacité des villes à fournir un accès suffisant et durable a l'énergie aux populations urbaines et périurbaines en : 

  • Renforçant les capacités des villes à développer et utiliser des outils de planification spatiale, en intégrant la dimension énergétique, de la mobilité et l’urbanisme ;
  • En améliorant le cadre légal et institutionnel des autorités locales ainsi que leur capacité de mobilisation de ressources techniques et financières ;
  • En favorisant l'appropriation politique et l'échange de bonnes pratiques.

Aussi, les autorités locales sont invitées à prendre volontairement un engagement politique pour mettre en œuvre des actions climatiques et énergétiques dans leurs communautés et à convenir d'une vision à long-terme pour travailler sur 3 piliers, à savoir l'accès à l'énergie, l'atténuation des changements climatiques et l'adaptation au climat. Afin de traduire l'engagement politique en mesures pratiques, les signataires de la CoM SSA s'engagent à produire et à mettre en œuvre un Plan d'Action pour l'Accès à l'Energie Durable et le Climat (PAAEDC). Aujourd'hui près de 215 municipalités de 36 pays d'Afrique Subsaharienne ont adhéré à la Convention. En outre, 13 villes ont été sélectionnées à titre pilote et bénéficient d'une subvention de la Commission Européenne pour mettre en œuvre des actions spécifiques. Il s'agit des villes de Dakar et Pikine, (Sénégal), Nouakchott (Mauritanie), Monrovia et Paynesville (Liberia), Bissau (Guinée Bissau), Yaoundé III et Yaoundé IV (Cameroun), Tsévié (Togo), Communauté des Commune de Zou (Bénin), Lubumbashi (République Démocratique du Congo), Bangui (République Centrafricaine), Kampala (Ouganda), Bouaké (Côte d'Ivoire). 

Renforcer les capacités des villes en matière de planification et promouvoir les échanges d'expériences 

Les activités de la Convention sont mises en œuvre par un consortium de plusieurs partenaires techniques (ADEME, ADENE, Climate Alliance, ENDA, Energy Cities, ICLEI WS, ICLEI Africa, Sustainable Energy Africa, UCLG Africa) coordonné par Conseil des Communes et Régions d’Europe (CCRE).  Ainsi, une assistance technique est fournie aux villes dans le cadre de l'élaboration du PAAEDC ; afin de doter les services techniques de compétences qui leur permettent de conduire le processus. Cette assistance se traduit par :

  • La mise en œuvre d'actions de renforcement de capacités : Depuis le lancement de l'initiative, plus de 20 activités de renforcement de capacités ont été organisées : des séminaires de formations internationaux, des webinaires, des ateliers d'échanges d'expériences et de bonnes pratiques. Plus de 700 cadres de collectivités ont bénéficié de ces formations. A noter qu'une assistance technique à distance est aussi mise à disposition des villes signataires. En outre, des représentants d'organisations de la société civile sélectionnées dans les villes pilotes ont également bénéficié de formations afin d'assister les villes dans l'élaboration des plans. 
  • Le développement de guides méthodologiques : Des guides techniques méthodologiques ont été conçus par le Centre de Recherches Commun (JRC) de l'Union européenne afin que les villes signataires puissent disposer de ressources pour le développement de leur plan. Plusieurs villes ont déjà procédé à la validation de leur PAEEDC au niveau de leur conseils municipaux respectifs. La validation technique sera réalisée dans les prochaines semaines.

  • La promotion du rôle des collectivités territoriales comme actrices dans la lutte contre le changement climatique : Dans le cadre du CoM SSA, des activités de plaidoyer ont été organisées, afin de favoriser l'amélioration du cadre institutionnel des collectivités territoriales et de promouvoir leur rôle dans la lutte contre le changement climatique. Ainsi, une stratégie de plaidoyer a été élaborée et des ateliers de sensibilisation ont été organisés pour mobiliser les associations de pouvoir locaux afin de prendre part à la mise en œuvre de l'initiative.

Passer de la planification à l'action

L 'Agence Française de Développement/Expertise France, l’Agence de coopération espagnole (AECID), ainsi que la GIZ (la coopération Allemande) contribuent également à la mise en œuvre de l'initiative de la Convention des Maires en Afrique Subsaharienne. Ces institutions apportent une assistance technique spécifique à 20 villes qui consiste à :

    • Appuyer l'élaboration la mise en œuvre et l'évaluation de PAAEDC, 
    • Favoriser le développement et la mise en œuvre de projets d'investissement dans le domaine de l'énergie durable urbaine et du climat 
    • Promouvoir les échanges de bonnes pratiques et la coopération entre les villes. 

 Un article signé Khara Cissé, Responsable du Centre d'Assistance Convention des Maires pour l'Afrique Subsaharienne

 

Consulter l'article précédent :  #6 - Pression démographique et besoin d'infrastructure des villes africaines


Afrique Villes durables

Retrouvez tous les articles du dossier

 Afrique, ville(s) durable(s)

 villes et territoires
 changement climatique
 résilience
 coopération

Auteur de la page


  • Autres actualités

    Plus d'articles

    Sur les mêmes thèmes

     villes et territoires
     changement climatique
     résilience
     coopération