#1 - Adapter nos espaces urbains au changement climatique - L'édito

#1 - Adapter nos espaces urbains au changement climatique - L'édito

Petit âge glaciaire, réchauffement, pluies torrentielles, sécheresses, canicules et tempêtes … le climat conditionne depuis toujours le quotidien des humains et rythme l’histoire humaine. Le climat influe sur notre santé (abondance de vivres ou pénurie), notre patrimoine culturel (déluges, tempêtes et autres aléas climatiques ont une place de choix dans nos récits, nos légendes), notre patrimoine matériel. Il influe également sur la forme même des villes (l’habitat vernaculaire répond à des conditions locales de météo et de disponibilité en ressources), la société dans son ensemble, les écosystèmes et même le cours de l’Histoire[1].  Si les sociétés se sont adaptées à chaque fois, le coût humain n’a jamais été nul. Pour la première fois, le changement climatique est d'origine anthropique et pour la première fois nous avons des prédictions scientifiques du changement à venir et donc une capacité d’anticipation qu’aucun de nos aïeuls n’a jamais eu.

Qu'allons-nous faire collectivement de cette connaissance ? Allons-nous transformer cette émotion (du latin motio, mouvement) en actions à la hauteur des enjeux ? Allons-nous vraiment nous donner les capacités d'être aptes à mettre en œuvre ces modifications, à changer nos comportements, c’est-à-dire à s'adapter au changement climatique ? Quel niveau d'anticipation allons-nous réussir à atteindre ? Interpellés par la jeunesse, par les militants, les scientifiques et les lanceurs d’alerte pour l'environnement depuis des décennies, allons-nous enfin être acteurs de notre adaptation et de l’atténuation du changement climatique ? Pour faire face à l'éco-anxiété qui apparait pour une partie de la population, quoi de mieux que la mise en mouvement ?

C'est un défi pour les villes existantes.  Les villes de demain sont en effet majoritairement nos villes d’aujourd’hui, avec un parc et des infrastructures lourdes déjà construites dans leur immense majorité. Les marges de manœuvre pour engager des modifications de fond ne sont en rien évidentes ni rapides à déployer. Comment les acteurs et actrices qui font la ville s’emparent aujourd'hui de cet enjeu crucial sachant que les villes accueillent plus de la moitié de la population mondiale ? Comment transformer ces milieux urbains, planifier, construire, aménager, pour adapter notre cadre de vie et protéger la santé des gens en apportant des réponses de court (les effets sont déjà là) terme et de long terme.  Ce dossier montre que la prise de conscience par les collectivités, les entreprises des enjeux d’adaptation est réelle. Des solutions commencent à se déployer sur tous les territoires. Mais leur massification et leur financement restent un défi. Ce dossier a donc pour ambition de participer à l’information, la sensibilisation et la mobilisation des acteurs, actrices autour de cet enjeu de l’adaptation, focalisé ici sur les espaces urbains (espaces non bâtis et bâtis, espaces publics, espaces privés environnant le bâtiment, infrastructures). Il doit participer à mettre cet objectif au cœur de nos priorités : dans nos conceptions d'aménagement, dans nos politiques, comme driver de nos innovations.

 

S’adapter au changement climatique, c’est un projet de société, à dimension humaine, patrimoniale et technique. Pour avoir une action efficace, il est aujourd’hui indispensable de comprendre les phénomènes physiques en jeu, identifier nos points de vulnérabilité à l’échelle de la ville et évaluer les solutions émergentes.  Dans tous les cas, l’action collective est un bon liant de société et un bon remède pour ceux qui serait atteints d’éco-anxiété .

L’organisation du dossier :

I/ S’adapter au changement climatique : du concept au cadre d’application

Ce dossier débute par la mise en avant d’un cadre, proposé par l’Alliance HQE-GBC pour structurer les attentes et objectifs en termes d’adaptation du cadre bâti, partager des repères, un vocabulaire. 

II/ Adapter nos espaces urbains, un défi économique

Et si le sujet de l’adaptation arrive enfin dans l’agora, les questions sur les coûts associés à cette nécessaire adaptation émergent. Quel est le coût de l’adaptation ? Et celui de la non-adaptation ?

La mise en œuvre est un second défi auquel s’emploient à répondre les acteurs de terrain. Cela passe par différentes étapes : 1) comprendre les jeux d’acteurs ; 2) Comprendre les risques et les vulnérabilités ; 3) Traduire, intégrer ces connaissances opérationnelles dans les projets urbains et le bâtiment ; 4) Imaginer de nouvelles formes urbaines.

III/ L’adaptation au changement climatique comme résultante d’un jeu d’acteurs

Nous avons dédié la 3e partie du dossier au jeu d’acteurs. Car c’est bien dans le croisement des compétences, l’apprentissage collectif et dans la gestion des interfaces entre les acteurs que se joue l’efficacité des mesures. Nous avons besoin d’objectifs communs rassemblant les citoyen.nes, technicien.nes et élu.es.   

IV/ L’effet îlot de chaleur urbain : quels outils pour simuler les ICU ? Quel usage de ces outils par les acteurs ?  et V/ L’effet îlot de chaleur urbain : quelles solutions ?

Le sujet des îlots de chaleur urbains (ICU) fait l’objet d’une forte attention portée par les contributeurs et témoigne de la nécessité de devoir faire face à l’augmentation des températures en ville et des canicules tant en intensité qu’en fréquence. C’est sans doute dans les villes denses et minérales, l’une des plus fortes vulnérabilités observées qui affecte directement la santé des personnes. Santé Publique France a mis en évidence une augmentation notable de la mortalité pendant les périodes de canicules.  Le premier de ces deux chapitres est consacré aux outils de simulation permettant le diagnostic des ICU et l’évaluation des solutions. Est questionné le lien entre simulation et mesure, le type de simulation nécessaire en fonction des questions posées. La compréhension des phénomènes physiques nous permet ensuite d’aller vers une évaluation de la vulnérabilité des biens voire de celle des habitants de ces bâtiments.  Le second chapitre consacré au sujet des ICU est un recueil de retours d’expérience sur des solutions et leur mise en application sur des projets. 

VI/ Prévenir et gérer le risque d’inondation

Les inondations et notamment celles provoquées par des précipitations violentes représentent un risque conséquent pour certains territoires.  Dans cette partie, sont présentés des outils et des modes opératoires pour prévenir le risque en adaptant la planification urbaine et l’organisation fonctionnelle de la gestion de crise. Que ce soit pour les canicules ou les inondations, l'enjeu sera par ailleurs à l’avenir de passer d’une gestion de crise à une gestion au long cours.

VII/ Le bâtiment : un risque et un formidable levier d’adaptation ?

Nous dédions une partie aux bâtiments, qui représentent un risque mais également un formidable levier d’adaptation. Le bâtiment nous intéresse comme objet, mais surtout dans sa relation à l’espace urbain.  

VIII/ Quel urbanisme face au changement climatique ?

Enfin pour accélérer la mise en œuvre des solutions opérationnelles, la transformation du bâtiment, des infrastructures, de la morphologie urbaine, les documents de planification gagneront à intégrer plus fortement des dispositions incitatives et facilitatrices en faveur de l’adaptation aux aléas climatiques.    C’est l'enjeu des nouveaux PLU (padd, orientation d'aménagement et de programmation, règlement) et PCAET pour lesquels l’Institut Paris région défend l'intégration des Solutions Fondées sur la Nature (SfN). L’équilibre est à trouver pour laisser toute la place à l’innovation et permettre le déploiement de nouvelles formes urbaines et typologies d’espaces dans les programmes immobilier ou d’aménagement offrant de nouveaux espaces de sociabilité, renforçant ainsi les liens sociaux facteurs nécessaires, essentiels de la résilience urbaine.

IX/ Projets inspirants

Nous achevons notre dossier par un panorama de projets inspirants développés sur le territoire national et dans de grandes métropoles du monde.

 

Qu’elles soient d’ordre organisationnel ou technique, les solutions d’adaptation existent ! L’enjeu est maintenant d’accélérer le passage à l’action pour préserver mais aussi améliorer le  cadre  de  vie  et  la  santé des  citoyen.ne.s.  C’est aussi  une  formidable  opportunité  de reconsidérer notre façon de concevoir l’urbain et son rapport à l’environnement.

 

Retrouvez tous les articles du Dossier "Adapter nos espaces urbains"

 

 

Cet édito a été co-rédigé par les deux rédactrices en chef du Dossier Construction21 sur l'adaptation au changement climatique Alexandra Lebert (CSTB) et Cécile Gruber (APC). 

Image Description                                                                                                   

Alexandra Lebert

Directrice de Domaine d'Action Stratégique sur le Changement Climatique et l'Économie Circulaire au CSTB                                  

Image Description

Cécile Gruber

Directrice des Transitions et de la Communication à l'Agence Parisienne du Climat

 

 


Article suivant : Pour un environnement bâti qui réponde aux enjeux d’aujourd’hui et de demain

Retour à la page d'accueil du dossier

 

UN DOSSIER RÉALISÉ AVEC LE SOUTIEN DE :

 

 
 Dossier adaptation
 adaptation
 résilience
 villes et territoires
 bâtiment
 inondations
 canicules
 aléas climatiques

Autres actualités

Plus d'articles

Sur les mêmes thèmes

 Dossier adaptation
 adaptation
 résilience
 villes et territoires
 bâtiment
 inondations
 canicules
 aléas climatiques