[Trophées Bâtiments Résilients] La France figure au quinzième rang des nations les plus exposées aux phénomènes météorologiques extrêmes - Témoignage FFA 5/5

816 Dernière modification le 25/05/2020 - 13:41
[Trophées Bâtiments Résilients] La France figure au quinzième rang des nations les plus exposées aux phénomènes météorologiques extrêmes - Témoignage FFA 5/5

Le nouveau numéro de la lettre MRN (n°33) est l'occasion pour la Mission Risques Naturels de vous présenter ses « Trophées Bâtiments Résilients » qu'elle organise en partenariat avec l'Agence Qualité Construction et Construction21, avec le soutien du Ministère de la Transition Écologique et Solidaire (MTES) et de la Fédération Française de l'Assurance (FFA). Pourquoi ces Trophées sont-ils importants ; à quels enjeux répondent-ils ? Ces cinq partenaires vous livrent leurs témoignages... tout en vous incitant à participer. Fin des candidatures le 30 juin ! Les lauréats seront présentés en clôture de l'événement « Innovation, prévention & risques naturels » prévu le 26 octobre à l'occasion des 20 ans de la MRN. 

Témoignage de Stéphane Penet, Délégué général adjoint, Fédération Française de l'Assurance 

Quel est l’intérêt de la FFA pour la thématique de la résilience des bâtiments face aux aléas naturels et climatiques ?

D’après le dernier rapport (déc. 2019) de l’association allemande Germanwatch, la France figure au quinzième rang, entre le Mozambique et le Guatemala, des nations les plus exposées au monde aux phénomènes météorologiques extrêmes. Cette exposition se retrouve dans les niveaux très élevés des indemnisations versées par les assureurs au titre des événements naturels. A titre d’exemple, c’est plus de 36 Mds€ constants indemnisés depuis 1990 au titre des tempêtes, neige et grêle et plus de 11 Mds€ constants pour réparer les conséquences des sécheresses. Il est donc naturel que la FFA et ses adhérents s’intéressent particulièrement à la résilience des bâtiments exposés à un événement naturel.

Au-delà du coût financier, ce sont bien les drames humains générés par ces catastrophes que les assureurs doivent atténuer. La promotion de mesures de prévention des conséquences dommageables sur le bâti est clef dans la sauvegarde de vies humaines et dans la réduction de l’impact financier de ces événements (1 : sur 183 pays pour la période 99/18).

Pourquoi avez-vous souhaité soutenir le projet des Trophées Bâtiments Résilients initié par la MRN ?

Promouvoir par l’exemple est une des clefs de succès de la pédagogie. Ainsi, lorsque j’ai eu connaissance de cette initiative de la MRN, je n’ai pu que m’en féliciter et y apporter le soutien de la FFA.

Cette initiative va dans le sens des différentes préconisations que les assureurs portent dans le cadre d’une modernisation du régime des catastrophes naturelles et des améliorations à apporter en matière de prévention. Que cela soit en métropole ou dans les territoires ultra marins, le respect des normes de prévention parasismique, sécheresse ou encore cyclonique sans oublier l’innovation dans la manière de construire sont des impératifs pour faire face à l’augmentation des événements naturels ou la survenance d’un séisme.

Je ne doute pas que ces trophées remporteront un vif succès. Et que les nombreux projets qui y postuleront soient ensuite promus par les assureurs !

 

Télécharger la lettre MRN n°33

 

Participer aux Trophées Bâtiments Résilients

 

 

 

 

Partenaires Trophées Bâtiments Résilients

Partager :