Les énergies renouvelables : des perspectives pour l'avenir

Elles sont très convoitées et tout le monde en a entendu parler. Les offres d’emploi et les profils professionnels qui s’y rapportent suscitent toujours un grand intérêt. Elles sont considérées comme l’avenir par excellence au regard de la nouvelle ère énergétique. Et soyons clairs : elles le sont !
 

Les énergies renouvelables ont un potentiel incroyable. Elles sont extrêmement polyvalentes, disponibles dans des quantités importantes et réparties sur la planète de sorte qu’elles peuvent être utilisées partout, selon la source disponible. Mais il est important d’observer que les énergies renouvelables ne représentent qu’un aspect d’un système énergétique durable. Elles ne trouvent leur réelle importance qu’accompagnées d’une stratégie d’efficacité énergétique et d’économies d’énergie. Si demain notre énergie était renouvelable, il ne faudrait pas pour autant l’utiliser de façon irresponsable ou la gaspiller. La caractéristique principale de ces énergies, leur densité énergétique relativement faible, c’est-à-dire une disponibilité limitée dans le temps comme dans l’espace, reste inchangée. Par conséquent, les installations
nécessaires à l’utilisation des énergies renouvelables requièrent l’exploitation de surfaces importantes et peuvent occasionner de nombreux conflits avec les riverains et citoyens.

 

Les énergies renouvelables possèdent un fort potentiel.
Compte tenu des nombreuses études existantes, mais aussi des articles de ce dossier, il n’est pas utile d’y revenir ici en détail. Un approvisionnement à 100 % en énergies renouvelables est possible et réalisable. Mais dans quelles conditions ? Les domaines de l’électricité, du chauffage et des carburants, ou encore les ménages (privés), les secteurs des transports, de l’industrie et de l’artisanat, du commerce et des services sont généralement observés séparément

Ces dernières années, c’est le domaine de la production électrique qui a fait les progrès les plus nets et qui a démontré le plus de potentiel. Et ce, en particulier dans le développement des énergies renouvelables qualifiées de « volatiles » ou « fluctuantes » - l’énergie solaire et éolienne - qui ont atteint jusqu’à 50 % de la part renouvelable de l’ensemble de la production électrique annuelle. À certaines heures, en général le midi, cette part peut même s’élever à 100 %.


Dans le domaine de la production thermique, ces progrès sont bien moins nets. La part d’énergies renouvelables n’atteint que 6,5 % de la consommation énergétique finale et stagne à environ 170 térawattheures depuis 2010. Les perspectives des carburants sont encore plus mauvaises. Dans le secteur des transports, les énergies renouvelables ne représentent que 35 des 750 térawattheures totales, ce qui correspond à environ 4,7 %. Et cette valeur n’a pas évolué depuis 2008.


Au total, la part des énergies renouvelables correspond à seulement environ 17 % de l’énergie finale. Le chemin à parcourir vers une alimentation énergétique entièrement renouvelable est donc encore long. Sans une dissociation de l’évolution économique et de la consommation énergétique et sans un bond substantiel en matière d’efficacité et d’économies d’énergie, nous n’y parviendrons pas. De toute évidence, nous devons faire face à plusieurs défis pour atteindre 100 % d’énergies renouvelables dans les différents secteurs et technologies.
 

Vous voulez en savoir plus? Téléchargez le dossier entier gratuitement sous: https://tinyurl.com/3dj7w6er


 

 énergie
 énergie renouvelable
 système énergétique
 énergie éolienne
 

Auteur de la page

  • Carola Jacobs

    Marketing Manager

  • Dernière modification de l'auteur le 09/06/2021 - 11:26

    Autres actualités

    Plus d'articles

    Sur les mêmes thèmes

     énergie
     énergie renouvelable
     système énergétique
     énergie éolienne