Stade Pierre Mauroy

  • Année de livraison : 2012
  • Impact CO2 : Les consommations événementielles sont quasi décarbonées grâce à la sécurisation de l’alimentation du Stade par des onduleurs dynamiques de grande capacité capable de pallier à l’interruption du réseau électrique ENDIS

  • Biodiversité & Ecosystèmes : / Préservation Ecosystémique /

  • 324 000 000 €
  • Constructeur
    EIFFAGE

L'Aréna du XXIe siècle : situé sur le site dit de la « Borne de l'Espoir », sur les communes de Villeneuve d'Ascq et de Lezennes (Nord), le Stade Pierre Mauroy est un ouvrage d'exception, puisqu'il combine, en un même lieu, un stade et une véritable aréna. Il comprend, à cet effet, deux innovations majeures: toiture mobile et pelouse déplaçable unique au monde, qui lui permettent de se transformer, en moins de 24 heures, en la plus grande aréna d'Europe, afin d'accueillir les plus grands événements sportifs ainsi que les manifestations culturelles d'envergure nationale et internationale.

Etat d'avancement

Livré

Fiabilité des Données

Auto-déclaration

Type de Financement

Partenariat Public/Privé

Entreprise/Infrastructure

 http://www.eiffage.com/projets-acheves/stade-pierre-mauroy

Developpement Durable

    Une mégastructure au service de la multifonctionnalité Le Stade comporte deux équipements structurels remarquables, une toiture mobile et une pelouse déplaçable ouvrant sur une Aréna. Ces éléments lui ont permis d’obtenir en 2013 le Prix Européen de la Construction Métallique par l'ECCS (European Convention for Constructional Steelwork). 

    • Toiture mobile : la structure porteuse et sa toiture mobile pesant au total 7 400 tonnes (soit l’équivalent de la Tour Eiffel) a été hissée d’un seul tenant afin d’éviter au maximum les travaux en hauteur et de veiller à la sécurité des travailleurs. Son toit mobile est composé de quatre éléments indépendants de 80 mètres sur 35 mètres chacun situés à 31 mètres au-dessus de la pelouse.
    • Deux méga-poutres d’une portée de 205 m et de 17 m de haut supportent la structure, elles sont équipées de câbles de précontrainte, ces poutres métalliques précontraintes représentent une première mondiale. Elles évitent toute gêne visuelle aux spectateurs permettant une vision à 360°.
    • La toiture peut se refermer en moins de 30 minutes seulement et possède une triple fonction: protection contre les intempéries, occultation totale de l’intérieur du Stade et réduction du niveau sonore vis-à-vis de l’extérieur, notamment lors des concerts.
    • Pelouse déplaçable : la moitié nord de la pelouse a été conçue pour se soulever de 5 mètres, malgré ses 4 000 tonnes, et glisser au-dessus de la moitié sud pour faire apparaître une nouvelle Aréna en prolongement des gradins. Un immense rideau permet de fermer l’aréna sur la ligne médiane du terrain et de l’isoler du reste du stade.
    • ​Les accès au Stade, par autoroutes, transports en commun et la gestion des places de parking sur site et à proximité ont été définis par les collectivités afin de réduire l’impact carbone principal d’un stade qui est lié aux déplacements générés par les événements créés. Elles ont renforcé les infrastructures préexistantes en conséquence.

    Modularité et usage intensifié Le stade offre plusieurs configurations différentes avec des capacités variables allant de 27 000 à 60 000 places permettant d’organiser une diversité événements dans un même lieu. Cette formidable modularité favorise l’intensification de l’usage et une occupation partagée du site, avec près de 155 manifestations de toute type par an. Par exemple, en configuration « stade » ouvert ou fermé, il peut accueillir 50 000 spectateurs et la configuration scène centrale permet un show visible à 360° pour 60 000 personnes. Pour les grands concerts, le toit reste toujours fermé pour éviter les nuisances sonores.

    • La configuration « aréna » sportive fermée, avec une capacité entre 27 000 et 30 000 places, rend possible l’organisation de compétitions sportives en salle : basket-ball, handball, volley-ball, tennis, etc. Elle permet également le déroulement de concerts géants et autres manifestations culturelles pour 28 000 spectateurs.
    • Le Stade possède également 10 000 m² pour recevoir près de 110 manifestations professionnelles par an. Des espaces spécialement adaptés ont été conçus pour accueillir séminaires et conventions notamment un auditorium de 200 places et de nombreuses salles de réunions ou salons réceptifs avec, bien souvent, une vue imprenable sur la pelouse.

    Un modèle d'intégration dans l'économie et le tissu social local Conformément à ses engagements, EIFFAGE a confié une grande partie des travaux à des entreprises locales. Ainsi, 70 % des travaux ont été réalisés par des entreprises des Hauts de France, et 60 % du personnel de chantier était issu de la région. En phase actuelle d’exploitation, le Stade est un vecteur de croissance économique avec une programmation très variée. Il s’agit d’en faire une destination tous publics et une référence française et internationale pour les manifestations sportives, culturelles et professionnelles. Enfin, un lien fort entre le Stade et la région est assuré par le LOSC, le club de football résident qui réalise entre 25 à 30 manifestations par an. Une opération d’aménagement urbain Occupant une superficie de 9 hectares, le parvis du Stade constitue un véritable espace piétons permanent au cœur des cheminements locaux et quotidiens des riverains. Autour de lui, des espaces annexes avec des hôtels, commerces, restaurants, etc., contribuent à faire de ce site un véritable lieu de vie, bien intégré dans son environnement et accessible par toutes les moyennes de transport notamment les déplacements doux. A cet effet, 1 200 places de parking de vélos réparties sur tout le site et accessibles depuis la piste cyclable. Les parkings de voitures ont été conçus pour une utilisation mutualisée entre les activités du Stade, le campus universitaire, les usagers du métro et les bureaux des espaces annexes.

     La nuisance principale d’un stade en mode événementiel est la maîtrise des nuisances sonores des riverains, tout en offrant une bonne qualité acoustique pour les spectateurs. Le Stade a été étudié pour concilier ces deux objectifs, sur le plan théorique par modélisation, vérifié par une campagne de mesure sur le terrain et confirmé par les retours positifs des riverains. Par exemple, en configuration « aréna » concert, le cas le plus bruyant d’exploitation du stade selon l’étude acoustique, la toiture mobile et l’écran acoustique en façade Nord restent fermés, ce qui permet de ne pas dépasser la limite d’émergence.

    Une approche des effets aérauliques a été menée sur maquette pour mesurer le confort dans le parvis et les tribunes.

    Par essence, les stades et les grandes salles de concert sont des lieux où une foule importante se regroupe pour participer ensemble aux émotions qu’apportent le spectacle vivant, sportif ou culturel

    •  L’enveloppe translucide représente la frontière entre l’aire publique et l’intérieur du Stade. A la différence de la plupart de stades il n’y a pas de grillage, ce qui a permis d’éviter la création des espaces neutres, inoccupées et peu sécurisés entre les accès et les déambulatoires.
    • Le Stade est conçu pour accueillir tous les publics et en particulier les personnes en situation de handicap avec des accès adaptés et des places dédiées dans tout le stade.

    De plus, un volet social-sociétal a été proposé de manière volontaire au client comme une composante de la proposition :

    • En phase de construction, l’insertion de personnes éloignées de l’emploi a été réalisée grâce au déploiement des tuteurs et parrains EIFFAGE expérimentés dans l‘insertion.
    • En complément, les entreprises ont accueilli des apprentis et stagiaires de tous niveaux, de l’ouvrier à l’ingénieur. Des sujets de travaux de fin d’études pour des équipes d’élèves ingénieurs des écoles locales ont également été proposés.
    • Des visites guidées des travaux et un pavillon d'accueil ouvert au public ont permis de faire découvrir le projet, avec un franc succès (entre 800 et 1 000 visites chaque dimanche). 

    •  Le site de construction comportait une zone de sols potentiellement pollués. Sa résorption a été encadrée par une autorisation d’exploiter une installation classée sous le contrôle vigilant de l’administration. Des commissions d’information des riverains ont été assurées.
    • L’accès au Stade privilégie les modes de déplacement doux et le recours aux transports en commun, notamment les deux lignes de métro. Des cheminements piétons, des pistes cyclables et des couloirs de bus ont été créés pour rejoindre le site.
    • Création volontaire d’un abri à chiroptères : il a été conçu afin d’éviter le risque de destruction d’habitats potentiels des deux espèces protégées retrouvées lors du comblement des carrières pendant la construction du Stade. Il s’agit des pipistrelles communes (Pipistrellus pipistrellus) et des vespertilions de Natterer (Myotis nattereri) classées respectivement en préoccupation mineure et vulnérable sur la Liste rouge mondiale de l’UICN. L’emplacement spécialement réservé à la reproduction (mise bas et élevage) se trouve au-dessus d’un local chaufferie situé sous le parvis, accessible uniquement aux personnes autorisées.
    • Tri sélectif des déchets dans le site.
    • Système d’écocup pendant les événements (gobelets écologiques réutilisables).

    ​Suite à la modification pendant la phase de construction des règles de prévention des effets du séisme, un audit des structures de l’ouvrage a été mené en vue de garantir la bonne tenue de celui-ci à un niveau sismique pertinent sur le site. 

    • ​Mise en œuvre d’une isolation des locaux chauffés supérieure aux exigences contractuelles.
    • Récupérateur d’énergie sur les fumées.
    • Centrales de Traitement d’air à débit variable (soufflage et reprise) dotées de variateurs de fréquence et équipées d’une roue de récupération d’énergie à vitesse variable à rendement de l’ordre de 68%.
    • Installation d’onduleurs dynamiques sur les fonctions critiques pour l’audiovisuel pour restreindre l’usage des groupes électrogènes gros consommateurs de carburants.
    • Développement d’une solution de gestion technique centralisée permettant un pilotage par zones des éclairages et chauffages en fonction de scenarii d’occupation.
    • Récupération des eaux de pluies pour les toilettes, l’arrosage de la pelouse et la défense incendie.

Témoignages / Retour d'expérience

    ​Cf Documents ci-joints : 
    • Côté Stade
    • Dossier de presse
    • Article de la Voix d Nord (21/4/10)

Gouvernance

    ELISA (EIFFAGE Lille Stadium Aréna) pour le compte de Métropole Européenne de Lille

    Entreprise Privée

    EIFFAGE

    Bâtiment travaux publics

    Privé

    • ​ELISA (EIFFAGE Lille Stadium Aréna) pour le compte de Métropole Européenne de Lille
    • EIFFAGE (toutes ses branches métiers ont participées : Infrastructures, Métal, Construction, Énergie et Concession) 
    • Groupement d’architectes : Valode & Pistre et Atelier Ferret Architectures

    ​31 ans de concession initiale : loyer mensuel versé par la collectivité + recettes des évènements organisés par l’exploitant + évènements supplémentaires au-delà du nombre des rencontres programmées prévues pour le club résident 

Solution(s) Durables

    Onduleurs dynamiques

    ​Traditionnellement, les stades ont recours au système de secours inversé. C'est-à-dire que des groupes électrogènes fonctionnent pendant les matches et le réseau ENEDIS est utilisé en cas de panne de ces groupes. Au Stade Pierre Mauroy, c'est le fonctionnement inverse qui a été adopté. L'enceinte fonctionne sur le réseau, étant située en zone urbaine.

    En cas de panne du réseau traditionnel, 2 onduleurs dynamiques de 625 kVA chacun reprennent la charge, utile à la continuité de l'événement, dans l'attente du démarrage des 3 groupes électrogènes de 800 kVA. Les onduleurs dynamiques assurent la continuité pendant une minute, grâce à de volants magnétiques d’inertie de très grande dimension entraînés par le courant électrique du réseau qui accumulent suffisamment d’inertie en cas de microcoupure ou coupure du réseau. Ainsi ils peuvent continuer à produire de l’électricité sans interruption pour les équipements sensibles à forte consommation, tels que l'éclairage du terrain, les coffrets pour les médias et TV, les écrans géants, le temps que les groupes électrogènes de secours au gasoil prennent le relais du réseau.

    Cette solution respecte l'environnement car contrairement à la plus part des autres stades, les groupes électrogènes, gros consommateurs de carburant et émetteurs de CO2, ne sont démarrés que très exceptionnellement en cas de coupure réseau ENEDIS en évènement. Jusqu’à 2016 il aurait fallu 42 730 litres de gasoil afin de subvenir au besoin en électricité lors des matchs de foot, ce qui a permis de réduire 111100 kg de CO2 pour le carburant non consommé.

    • ​Mise en œuvre d’une isolation des locaux chauffés supérieure aux exigences contractuelles.
    • Récupérateur d’énergie sur les fumées.
    • Centrales de Traitement d’air à débit variable (soufflage et reprise) dotées de variateurs de fréquence et équipées d’une roue de récupération d’énergie à vitesse variable à rendement de l’ordre de 68%.
    • Installation d’onduleurs dynamiques sur les fonctions critiques pour l’audiovisuel pour restreindre l’usage des groupes électrogènes gros consommateurs de carburants.
    • Développement d’une solution de gestion technique centralisée permettant un pilotage par zones des éclairages et chauffages en fonction de scenarii d’occupation.
    • Récupération des eaux de pluies pour les toilettes, l’arrosage de la pelouse et la défense incendie.

    • Équipements/matériaux bas carbone

    Enrobé basse température (EBT®)

    ​La voie de desserte interne permettant de circuler sous les gradins est composée d’une couche d’enrobé basse température. Les EBT® constituent une alternative moins énergivore aux enrobés à chaud et ils participent au développement des filières respectueuses de l’environnement. Leur durabilité élevée garantit un coût d’entretien faible, une économie de ressources naturelles et la réduction du coût global à long terme.La fabrication de l’EBT® est réalisée en utilisant soit une additivation spécifique du bitume, soit une technique de moussage du bitume. La température finale de l’enrobé en sortie de malaxeur est inférieure d’environ 30 °C à celle des enrobés classiques utilisant le même liant, soit environ à 130 °C. Pour les formules d’enrobés au bitume dur ou modifié ou contenant des recyclés, la baisse de température est adaptée. Les constituants et les moyens de mise en œuvre sont identiques à ceux des enrobés à chaud.Les points forts des EBT® :

    • Economie d’énergie non renouvelable
    • Réduction des émissions de gaz à effet de serre
    • Amélioration du confort et la sécurité des ouvriers pendant la mise en œuvre 
    • Réduction des nuisances pour les riverains

    • Équipements/matériaux bas carbone


​Sa multifonctionnalité et les technologies mises en œuvre en font un équipement sportif et culturel unique en son genre, véritable bijou technologique internationalement reconnu, comportant les atouts suivants : 

  • Une méga structure au service de la multifonctionnalité 
  • Modularité et usage intensifié
  • Un modèle d'intégration dans l'économie et le tissu social local
  • Une opération d'aménagement urbain 

Catégories du concours

Coup de Cœur des Internautes

Coup de Cœur des Internautes

Grand Prix Infrastructure Durable

Grand Prix Infrastructure Durable

Green Solutions Awards 2017 - Infrastructures


Auteur de la page

  • Christophe Buhot

    Responsable Pôle activités infrastructures - Direction Développement Durable Innovation Transverse

    Suivre

  • Autres études de cas

    Plus

    Concours

    Green Solutions Awards 2017 - Infrastructures