Siège de l'Ordre des Architectes Réunion / Mayotte

Extension + rénovation

  • Type de bâtiment : Immeuble de bureaux
  • Année de construction : 2022
  • Année de livraison : 2022
  • Adresse : 92 rue de la république 97400 SAINT DENIS, France
  • Zone climatique : [Af] Tropical humide. Pas de saison sèche.

  • Surface nette : 110 m2
  • Coût de construction ou de rénovation : 247 350 €
  • Coût/m² : 2248.64 €/m2
  • Consommation d’énergie primaire :
    85 kWhep/m2.an
    (Méthode de calcul : RTAA DOM 2016 )
Consommation énergétique
Bâtiment économeBâtiment
< 50A
A
51 à 90B
B
91 à 150C
C
151 à 230D
D
231 à 330E
E
331 à 450F
F
> 450G
G
Bâtiment énergivore

A l’occasion du concours pour la restructuration du Siège de l’Ordre des Architectes, nous choisissons de présenter non pas un projet, mais une démarche. Celle du réemploi. L’occasion est rêvée, une petite échelle, parfaite pour s’essayer à la pratique, et une maîtrise d’ouvrage plus que bien placée pour plébisciter le concept. Prenant en compte les nombreuses richesses de l’île, nous précisons notre engagement pour une architecture éthique : ce qui ne sera pas réemployé sera à minima issu des matières premières du territoire réunionnais. A l’aide du bouche à oreilles, nous mettons le pied dans un réseau d’acteurs déjà bien engagés dans la démarche. 

Le projet consiste en la rénovation et la surélévation d'une "case béton" typique de l'architecture réunionaise du XXIème siècle.

Opinion des occupants

Non occupé à ce jour.

Et si c'était à refaire ?

On le referait ! Même si la démarche précurseur à la Réunion rend la réalisation de cette petite opération fragile, constamment sur le fil : ressources à sécuriser chaque jour, équilibre financier et délai difficile à tenir en cas de disparition de ressources ou de difficulté de mise en œuvre demandant des adaptations donc de l'approvisionnement.
L'adhésion à la démarche auprès de l'ensemble des intervenants est à rappeler quotidiennement.

La filière réemploi étant inexistante sur l'île, nous avons sous-évalué le temps de recherche des ressources et leur sécurisation :

- Prévoir un poste de "réservation" des ressources durant la phase études (livraison et transporteur) pour assurer la ressource. Nous avions un stockage possible dans la maison existante à réhabiliter, nous l'avons sous-exploité pour des raisons financières (budget travaux non débloqué pendant les études et contrat d'études n'ayant pas prévu ce poste) ;
- Imposer la visite du site et donc des matériaux récupérés aux entreprises soumises aux opérations de réemploi pour optimisation financière et anticipation ;
- Vérifier le stockage des matériaux déposés.

Plus de détails sur ce projet

 https://issuu.com/co-architectes/docs/coa-mati_re_p_i-edito_1
 https://issuu.com/co-architectes/docs/croazine-edito_2
 https://chroniques-architecture.com/chasse-aux-tresors-pour-le-nouveau-siege-du-coarm-a-la-reunion/
 https://librairie.ademe.fr/dechets-economie-circulaire/5547-economie-circulaire-reversibilite-9791029719684.html

Crédits photo

Co-architectes

Maître d'ouvrage

    Ordre des architectes Réunion Mayotte

    ordre.architectes-reunion.mayotte[a]orange.fr

Maître d'œuvre

    Co-architectes

    Marine Martineau, martineau[a]co-architecte.com

Intervenants

    Bureau d'études autre

    EMCI

    emci.ericmichel[a]emci.re

    Bureau d'études structure


    Autres

    ADHOC

    t.irasque[a]ad-hoc.re

    Paysagiste


    Entreprise

    EBOI

    espritboismercier[a]hotmail.fr

    Charpentier


    Entreprise

    S2R

    clementine.thenot[a]vinci-construction.com

    Réhabilitation / Gros oeuvre


    Entreprise

    Paysages

    contact[a]paysages.re

    Espaces verts

Mode contractuel

Lots séparés

Consommation énergétique

  • 85,00 kWhep/m2.an
  • 85,00 kWhep/m2.an
  • RTAA DOM 2016

    répartition en énergie finale : brasseurs d'air (4,5) , éclairage intérieur (7), postes de travail informatiques et prises de courants diverses (20), éclairage extérieur (1,5)

  • 140,00 kWhep/m2.an

Consommation réelle (énergie finale)

    33,00 kWhef/m2.an

    33,00 kWhef/m2.an

    2 022

Performance énergétique de l'enveloppe

    Aucun système domotique n'est installé.

Systèmes

    • Aucun système de chauffage
    • Aucun système d'eau chaude sanitaire
    • Aucun système de climatisation
    • Ventilation naturelle
    • Surventilation nocturne (naturelle)
    • Aucun système de production d'énergies renouvelables

    Le projet a été conçu en ventilation naturelle, tirant profit des brises thermiques traversant le territoire. Les façades largement poreuses permettent le passage de l'air et le ressenti d'une température diminuée.
    Ce dispositif est complété par des protections solaires efficaces.
    De plus, les façades Ouest et Est sont pensées en pignon opaque, limitant ainsi la surchauffe lié à l'ensoleillement (à la Réunion, ce sont ces façades qu'il faut protéger au maximum). Les façades nord et sud, elles, bénéficient de larges ouvertures protégées par des brises soleil horizontaux complétés au sud par des joues de protection solaires.

Solution

    Solution passive de rafraichissement : la ventilation naturelle

    Gros œuvre / Système passif

    Le projet fonctionne de manière passive : en effet, aucune installation ou système n'est prévu pour apporter un confort thermique aux usagers.
    La conception se base sur les fondements de l'architecture bioclimatique tropicale : la ventilation naturelle traversante et la protection solaire.
    La maison existante est donc rénovée en ce sens : des cloisons sont supprimés au profit de claustras afin de favoriser la ventilation naturelle, les volets sont réhabilités pour la protection solaire, des brasseurs d'air sont mis en place pour assurer un rafraichissement tout au long de l'année.
    La surélévation a été conçue pour répondre à ces deux objectifs : les menuiseries de réemploi ont été repensées pour permettre une ouverture favorisant la ventilation naturelle. Un système de compas permettant leur ouverture aisée et constante lors de son utilisation.
    Un principe de protection solaire complète le dispositif (voir ci-après).

    Non occupé à ce jour.


    Solution passive : la protection solaire

    Gros œuvre / Système passif

    Comme évoqué, afin de garantir un confort thermique passif aux utilisateurs, nous devons impérativement protéger les façades par un dispositif efficace de protections solaires en architecture bioclimatique.
    Ainsi, les volets de la maison existante sont remis en état et en service.
    La conception de la surélévation développe des protections solaires déportées de la façade en matériaux locaux : ossature en cryptoméria (bois local) créant des joues perpendiculaires à la façade, supports de lames horizontales dans le pan de la façade en essence cryptoméria pour la protection Nord/Sud et dont le remplissage intérieur est réalisé en lames de palettes pour la protection Est/Ouest.
    Ce dispositif efficace associé à une ventilation naturelle complétée d'un dispositif de brasseurs d'air apportent un confort réel aux usagers.
    A cela s’ajoute l'aménagement paysager de la parcelle indispensable au dispositif.

    Non occupé à ce jour.


    Brasseur d'air

    HUNTER

    Génie climatique, électricité / Ventilation, rafraîchissement

    Le contexte climatique de La Réunion et une conception architecturale bioclimatique responsable assureront toujours des fluctuations d’air rentrant et sortant (perméabilité ouverte) qui résoudront les problèmes de qualité d’air et d’évacuation de charges thermiques internes.
    Par contre, pour certaines zones géographiques déventées ou pour certaines périodes de l’année où le vent est faible, la stratégie de ventilation développant des courants d’irrigation dynamiques naturels aura besoin d’être aidée. On aura alors recours au brasseur d’air en plafonnier.

    Cette solution est mise en place sur le projet du Siège de l'Ordre avec un brasseur d'air par bureau ou zone de travail/petite réunion.
    La salle du Conseil comportera 4 brasseurs d'air pour assurer un confort réel à tous les occupants.

    Non occupé à ce jour.

Coûts de construction & exploitation

  • 33 557
  • 247 350
  • Une part importante du budget (94 000 €) correspond aux installations et frais généraux, travaux de VRD et surtout renforts de la structure existante (54 000 €).

Environnement urbain

Le projet se situe dans le quartier des Bas de la Rivière à Saint Denis, chef lieu de l'île. C'est un quartier historique qui a marqué la Ville et comporte encore des aménagements et bâtiments historiques comme la « fontaine Tortue » érigée en 1937 sur la place Fontaine Tortue, au pied de l'escalier Ti Quat' Sous1. Cette place apparaît dans les saynètes du poète créole Georges Fourcade.

Le projet s'implante Rue de la République en face de l'ancien Collège Reydellet, auparavant "Jardin du Roy" (puis du gouverneur). Un peu plus loin, on trouve la rue de la boulangerie, où fut longtemps établie une boulangerie (royale, également) et un moulin alimenté par une déviation d'eau de la rivière, dont les vestiges subsistent.

Ce quartier est particulier dans sa topographie : il est en effet en complet décaissé par rapport au centre ville. D'anciens aménagements de rampes et d'escaliers perdurent. Mais afin de relier efficacement ces deux morceaux de ville pour tous, un aménagement vertical de circulations et de stationnements a été édifié redynamisant le quartier des bas de la Rivière. Ainsi, depuis l'ascenceur panoramique, nous pouvons observer les vestiges du canal des moulins.

Le projet s'implante donc dans un quartier résidentiel vivant composé principalement d'habitations individuelles ou de petits collectfs, de commerces de proximité et d'équipements scolaires de type écoles primaire et maternelle.

Il profite du micro climat particulier crée par la Rivière Saint Denis se jettant dans l'Océan.

Surface du terrain

328,00 m2

Surface au sol construite

27,00 %

Espaces verts communs

180,00

Parking

2 places de stationnement dont 1 PMR.
1 cheminement accessible depuis la zone de stationnement permet de garer les vélos abrités en fond de parcelle.

Qualité environnementale du bâti

  • Santé, qualité air intérieur
  • Chantier (incluant déchets)
  • gestion des déchets
  • efficacité énergétique, gestion de l'énergie
  • produits et matériaux de construction

Réemploi (même usage) / Réutilisation (changement d'usage)

    • Charpente
    • Couverture
    • Façades
    • Serrurerie-Metallerie
    • Menuiseries Extérieures
    • Revêtements de sol
    • Electricité
    • Aménagements extérieurs
    • autres..

    • Toiture tôle: 84m²
    • Charpente bois : 6m3
    • Parquet bois: 55m²
    • Menuiseries extérieures / Portes vitrées huisseries bois: 11 unités
    • Menuiseries extérieures / Fenêtres huisseries bois 4 carreaux: 4 unités
    • Menuiseries extérieures / Fenêtres huisseries bois imposte vitrée: 4 unités
    • Porte intérieure - Bois : 1 U
    • Garde-corps métallique: 18mL
    • Sanitaires: 2 unités
    • Eviers / lavabos: 3 unités
    • Miroirs: 1 unités
    • Accesoires sanitaires: 1ENS
    • Clôtures:17mL
    • Revêtements de sol extérieurs: 120m²
    • Joues brises-soleil: 24 ENS
    • Brises-soleil horizontaux sur trois rangées: 11mL
    • Faïence: 3m²

    Toiture tôle : 84m² - Déposée par S2R (entreprise titulaire du lot GO)  pour la surrélévation de la Clinique Sainte Clothilde (Réunion), réemployée.

    Charpente bois : 6m3 - Rebus de stock de l'entreprise EBOI (titulaire du lot charpente), réemployée pour les portiques bois dimensionnés selon les sections disponibles.

    Parquet bois : 55m² - Lames bois déposées suite à la réhabilitation du Pont de la Rivière de l'Est (Réunion), réemployées en usage intérieur.

    Menuiseries extérieures / Portes vitrées huisseries bois : 11 unités - Menuiseries issues de la réhabilitation de la Clinique Sainte Thérèse (Réunion), réemployées.

    Menuiseries extérieures / Fenêtres huisseries bois 4 carreaux : 4 unités - Menuiseries issues de la démolition du Gîte du Volcan (Réunion), réemployées.

    Menuiseries extérieures / Fenêtres huisseries bois imposte vitrée : 4 unités - Menuiseries issues de la démolition du Gîte du Volcan (Réunion), réemployées.

    Porte intérieure - Bois : 1 U - déplacée sur le projet, réemployées.

    Garde-corps métallique : 18 mL - Déposés dans le cadre de la surrélévation de la Clinique Sainte Clothilde ( Réunion)  réemployé pour même usage.

    Sanitaires : 2 unités - Déposé dans le cadre de la réhabilitation du Lycée de la Renaissance (Réunion), réemployés.

    Eviers / lavabos : 3 unités - Déposé dans le cadre de la réhabilitation du Lycée de la Renaissance (Réunion), réemployés pour même usage.

    Miroirs : 1 unités - Déposé dans le cadre de la réhabilitation du Lycée de la Renaissance (Réunion), réemployés.

    Accessoires sanitaires : 1ENS - Déposé dans le cadre de la réhabilitation du Lycée de la Renaissance (Réunion), réemployés.

    Clôtures : 17 mL - Brises soleil déposés dans le cadre de la surrélévation de la Clinique Sainte Clothilde (Réunion), réutilisés en clôture.

    Revêtements de sol extérieurs : 53 m² réalisés à partir de gravats issus des démolitions ou réutilisant les dalles de sols déposées sur site, réemployés.

    70m² réalisés à partir de dalles d'enrobées déposé dans le cadre de la réhabilitation du Lycée de la Renaissance (Réunion), réutilisés.

    Joues brises-soleil : 24 ENS réalisés à partir de lames bois issus de palettes, revendues par Ecopal, réutilisées.

    Brises-soleil horizontaux sur trois rangées : 11 mL, réalisés à partir de lames bois issus de palettes, revendues par Ecopal, réutilisées.

    Faïence : 3 m² issus de rebus de stock de chantier S2R, réemployées.

Eco-conception

    Parquet bois: 55m² - Lames bois  déposées suite à la réhabilitation du Pont de la Rivière de l'Est (Réunion), réemployées en usage intérieur

    Ces lames de bois proviennent du Pont de la Rivière de l'est, une construction emblématique du paysage réunionais. S2R étant en charge du désamiantage de ce Pont, nous avons pu facilement être mis en relation avec les interlocuteurs, dont Freyssinet, en charge de la réhabilitation de ce pont. Pour éviter les chutes de déchets dans la rivière surplombée, le protocole de dépose joue en notre faveur. Les lames de bois seront découpées le long des lignes de clous de fixation.

    Nous avions convenu avec l'entreprise EBOI chargée de la pose, qu'elle n'aurai pas d'intervention à réaliser sur ces lames, afin de ne pas risquer d'abîmer leurs machines. C'est donc un peu un "pari", que de réutiliser ces lames telles quelles. En ce sens, leur exposition aux pluies et à la salinité témoigne de la grande résistance de ces éléments, dimensionnés pour le passage de véhicules. Nous les utiliserons en parquet intérieur, leur usage est donc "déclassé" et garantie ainsi la pérénité de ces lames.



    Menuiseries extérieures / Fenêtres huisseries bois 4 carreaux: 4 unités - Menuiseries issues de la démolition du Gîte du Volcan (Réunion), réemployées

    Ces menuiseries sont les uniques matériaux déposées par une entreprise externe au groupement, EGB Zilmia. Nous avions été invité par les architectes afin de nous proposer les matériaux issus de la démolition de ce gîte, pour lesquels nous avons réalisé un diagnostic réemploi. Cependant, et une fois un grand nombre de matériaux ciblés, le gîteur récupéra une bonne partie des stocks disponibles et l'entreprise avait de son côté, des arrangements avec les agriculteurs locaux pour reprendre une partie des matériaux. Nous n'avons pu récupérer que ces menuiseries, après beaucoup d'insistance. Cette expérience nous a amené à poser plus de questions sur les arrangements et organisations internes des chantiers, notament lorsque nous arrivons en bout de chaîne pour récupérer des matériaux.

    Le jeu en vaut néanmoins la chandelle. Une fois poncée et repeinte, ces menuiseries tiennent encore bien la route et sont également témoin d'un patrimoine architecturale emblématique de la Réunion.
     


    Revêtements de sol extérieurs: 53m² réalisés à partir de gravats issus des démolitions ou réutilisant les dalles de sols déposées sur site, réemployés

    Les revêtements de sols ont fait l'objet d'un travail et d'une recherche soignée de la part du paysagiste Ad'hoc. Dans la même dynamique que celle du bâtiment, les revêtements de sols existants ont été déposés soigneusement (facilités par leur pose sur lit de sable) afin d'être réutilisé en pavement, sous forme de callade. Des dalles d'enrobées viendront compléter ce patchwork végétal dont les joints seront enherbés. En annexes, un plan de repérage des intentions paysagères pour ces revêtements.
     

    La surrélévation de cette case a été pensée en structure bois afin de permettre son entière démontabilité. Cette structure a été dimensionnée à partir des sections de bois d'un rebus de stock disponible chez l'entreprise EBOI, titulaire du lot.

    Le plan libre de cet étage, éclairé et ventilé naturellement, permettra également une nouvelle compartition de l'espace dans un usage futur.

    La case béton, elle, a été préservée au maximum, ne touchant presque pas aux cloisonements initiaux, afin de limiter les quantités de déchets générés ainsi que l'utilisation de matériaux nouveaux.

    Les éléments qui n'ont pas pu être fournis en réemploi ont été réalisés en bois de Cryptoméria, un bois local réunionais encore trop peu utilisé en construction. Nous cherchons par cela à démontrer les possibilités de ce matériau et à promouvoir son utilisation.

    De même, afin de préserver la structure existante de la case, des opérations de renforts ont été mises en oeuvre. Des liaison de poutres - dalles ainsi que des renforts carbones ont été réalisés afin de permettre la surrélévation.

Bilan environnemental

    Les données ci-après sont restituées en Kg

    Toiture tôle: 84m²

    • eq Kg CO2 : 2066.15
    • eau : 0.02
    • déchets : 5024.92

     

    Charpente bois : 6m3

    • eq Kg CO2 : 902
    • eau: 14.5
    • déchets: 788

     

    Parquet bois: 55m²

    • eq Kg CO2 : 152.53
    • eau : 3.42
    • déchets : 257.79

     

    Menuiseries : 18.02 m² Menuiseries extérieures / Portes vitrées huisseries bois: 11 unités / Fenêtres huisseries bois 4 carreaux: 4 unités / Fenêtres huisseries bois imposte vitrée: 4 unités ]

    • eq Kg CO2 : 11141.77
    • eau : 10.37
    • déchets : 1421.87

     

    Garde-corps métallique: 18mL

    • eq Kg CO2 : 1671.46
    • eau : 11.61
    • déchets : 821.56

     

    Sanitaires: 2 unités

    • eq Kg CO2 : 136.94
    • eau : 2.22
    • déchets : 123.84

     

    Eviers / lavabos: 3 unités

    • eq Kg CO2 : 270.66
    • eau : 2.60
    • déchets : 161.56

     

    Miroirs: 1 unité

    • eq Kg CO2 : 14.19
    • eau : 0.03
    • déchets : 10.60

     

    Accesoires sanitaires: 1ENS

    • eq Kg CO2 : 
    • eau :
    • déchets :

     

    Clôtures:17mL

    • eq Kg CO2 : 6881.07
    • eau : 43.69
    • déchets : 6504.59

     

    Revêtements de sol extérieurs: 120m²

    • eq Kg CO2 : 5798.73
    • eau : 25.22
    • déchets : 14431.01

     

    Fermetures et protections solaires : 61.55 m² [ Joues brises-soleil: 24 ENS / Brises-soleil horizontaux sur trois rangées: 11 mL ]

    • eq Kg CO2 : 2508.16
    • eau : 42.94
    • déchets : 1207.02

     

    Faïence: 3m²

    • eq Kg CO2 : 47.56
    • eau : 10.15
    • déchets : 98.06

     

    Mobilier de bureau: 2 U

    • eq Kg CO2 : 218.03
    • eau : 2.28
    • déchets : 151.63

     

    Luminaire - Suspension industrielle : 10 U

    • eq Kg CO2 : 1738.16
    • eau : 14.22
    • déchets : 2154.82

     

    Porte intérieure - Bois : 1 U

    • eq Kg CO2 : 104.98
    • eau : 97.81
    • déchets : 130.63

     

    L'opération de réemploi a économisé l'équivalent de  25273 de kilomètres parcourus par une petite voiture, soit 215 trajet Paris-Nice, 1875 baignoires rectangulairs remplies d'eau et 67 année de déchets ménagers.

     

Réplicabilité et Innovation

    Le projet, comme nous l'avons expliqué, a été, dès la phase concours, présenté sous l'angle du réemploi. Nous avons donc eu un grand soutien de la part du MOA , qui nous a soutenu pour cette démarche. Un bail locatif a été signé en attendant la remise des clés officielles afin de nous permettre de stocker les matériaux engagés. De plus, le choix du controleur technique s'est porté sur un professionnel ouvert et aidant quant aux freins réglementaires que l'on peut rencontrer. Il a accepté de limiter ses missions à la structure et à l'accessibilité, cela nous permettant, entre autre, de ne pas présenter de fiches techniques ou de caractéristiques AEV aux menuiseries réutilisées.

    Les matériaux ont été sourcés tout au long de la conception avant d'être intégrés et décrits au dossier marché. N'étant pas soumis à un appel d'offre public, et ayant été largement accompagnés et alimentés en matériaux par les entreprises S2R et EBOI, nous leur avons donc proposé de se joindre officiellement à l'aventure.

    Dans les pièces écrites, les éléments de réemploi ont été décrits dans le lot correspondant, et non dans un lot à part. Il a été chiffré pour chacun, les prestations attendues (remise à neuf, ponçage, découpe), en précisant s'il s'agissait de fourniture ou de pose. L'origine du gisement était également précisée dans le CDPGF. Les opérations étaient ensuite décrites précisément dans le CCTP. Le préambule de ce dernier présentait les enjeux du réemploi, et insistait sur la nécessité de privilégier des ressources réemployées plutôt que neuves. 

    Enfin, un carnet spécifique réemploi recensait tous les matériaux sourcés, sous forme de fiches de traçabilité afin de permettre un visuel et un suivi complet des ressources.

    Le stockage des matériaux a été permis sur site, grâce au bail temporaire signé par la MOA, notamment pour les matériaux déposés par les entreprises extérieures au projet (comme EGB Zilmia). Dans ce cas-ci, nous avons signé un devis pour le transport depuis le Gîte du Volcan jusqu'à notre site avec l'entreprise en charge de la dépose (EGB Zilmia). Nous avons également bénéficié de stockage auprès de Synergie Péi, qui organise des "Brocante aux matériaux", alimentées entre autre, par S2R, et chez qui nous avions sélectionné des menuiseries qu'ils ont eu la gentillesse de nous stocker jusqu'au démarrage des travaux. La toiture a été stockée par le transporteur mandaté par S2R pour l'évacuer. Le rebus de bois était déjà présent dans les locaux des charpentiers qui l'ont conservé jusqu'aux étapes de fabrication.

    Les principaux freins ont été de pouvoir assurer la disponibilité des matériaux, d'une part avant que d'autre intervenants tout aussi légitimes que nous ne décident de les récupérer, et d'autre part dans la gestion du planning. Il s'agissait d'anticiper une dépose pas trop tôt pour éviter le stockage, ni trop tard, ce qui impactait lourdement le chantier. Nous avons été obligé de faire des prospectives sur un certain nombre de matériaux, et de parfois revenir en arrière lorsque ces derniers n'étaient finalement plus disponibles.

    Enfin, nous avons rédigé des éditos "Matières Péi" tout au long de la conception et du projet afin de partager et communiquer autour de la démarche. L'occasion également de promouvoir les acteurs qui sont intervenus dans le projet et qui nous ont accompagnés dans la démarche.

    L'entreprise en charge du gros oeuvre et de la démolition, S2R, a assuré la continuité et les échanges entre ces phases démolition / curage / construction.

    Les revêtements de sols existants ont été soigneusement déposés afin de prévoir leur réutilisation.

    De plus, 2 petits appentis étaient présents sur la parcelle. Leur déconstruction à permis de générer des gravats qui serviront de remblais à la pente pour l'accessibilité PMR. Les tubes carrés composant leur charpente métallique ont été récupérés par la Ressourcerie, qui est chargée de la réalisation de 2 bureaux et d'une table de réunion en upcycling. Elle propose des meubles intégrant des tubes carrés et des plateaux de mélaminé, le tout issu de matériaux de réemploi.

    La boucle est bouclée!

    Les matériaux issus de la déconstruction et visés par une opération de réemploi ont été stockés sur site. Les tubes carrés ont été évacués au cours du chantier afin d'être déposés chez le preneur, un don à la Ressourcerie.

    Les équipements techniques (ballons d'eau chaude, clim), ont été récupérés par des intervenants sur chantier ou proposés à la Brocante aux matériaux de Synergie Péi, sous forme de don.

Bilan économique

  • 26 %
  • 23 385

Economie sociale et solidaire

    Plusieurs matériaux tels que les menuiseries de la Clinique Sainte Thérèse ont été fournies par Synergie Péi. Synergie Péi est une démarche expérimentale d’Écologie Industrielle et Territoriale (EIT). C'est un pilier de l’économie circulaire, l’écologie industrielle et territoriale est une approche opérationnelle qui vise à favoriser la mutualisation, le réemploi, la réutilisation et le recyclage des ressources industrielles pour en optimiser l’utilisation et réduire l’empreinte environnementale. 

    Les matériaux non utilisés sur site ont été récupérés par la Ressourcerie de l'ADRIE. C'est un membre adhérent du Réseau des Ressourceries et dispose d’un ACI (Atelier Chantier d’Insertion) Ressourcerie. Ceci permet à l'association de mettre à l’emploi des personnes en difficulté sociale et professionnelle. Une commande de mobilier leur a été faite, réutilisant les matériaux récupérés sur site.

Raisons de la candidature au(x) concours

Ce projet consistitue le tout premier projet réalisé en réemploi sur l'île de la Réunion. Accompagné des entreprises en charge du projet (EBOI, S2R et Paysages), les architectes se sont attelés au sourcing des matériaux, alimentant en parallèle le dessin. De nombreux allers-retours ont été nécessaires afin de finaliser le projet.

Les façades de la surélévation seront constituées de menuiseries issues de la déconstruction du Gîte du Volcan et de la Maternité Sainte Thérèse. La toiture tôle provient de la surélévation de la Maternité Sainte Clothilde, le plancher bois est constitué du platelage du Pont de la Rivière de l'Est. Les brises soleils utilisent du bois de palettes recyclé et traité. Les équipements sanitaires sont également issus du réemploi

Nous utilisons également les rebus de stock. Ainsi, la charpente a été dessinée à partir d'un stock de bois de l'entreprise titulaire du lot EBOI. Le carrelage provient de surplus de chantiers S2R.

Dans le cadre des démolitions sur site (petits apentis et revêtements de sol), ces derniers seront utilisés en remblais pour permettre l'accessibilité PMR, et en revêtement de sols extérieurs. 

Les tubes métalliques soutenant les petites toitures ont été repris par la Ressoucerie, entreprise d'intérêt public et d'insertion, créateur de design d'objet en upclycling.

La dépose du bloc clim et du ballon d'eau chaude est soignée, permettant leur revente par Synergie Péi. 

Batiment candidat dans la catégorie

Bâtiments tertiaires / prix de la rénovation

Bâtiments tertiaires / prix de la rénovation

Trophées Bâtiments Circulaires 2022

 Trophées Bâtiments Circulaires 2022
 bâtiment
 rénovation
 économie circulaire
 réemploi
 matériaux et solutions
 déchet
 recyclage
 bâtiment tertiaire

Auteur de la page

  • Clémentine Thenot

    Chargée de projet environnemental

    Suivre

  • Autres études de cas

    Plus

    Concours

    Trophées Bâtiments Circulaires 2022