Saisons Zéro - Monastère des Clarisses

  • par Marion Blanc
  • /
  • 2022-05-30 00:00:00
  • /
  • France
  • /
  • 290 / FR

Rénovation patrimoniale

  • Type de bâtiment : Autre bâtiment
  • Année de construction : 1874
  • Année de livraison : 2023
  • Adresse : 2 rue de Wasquehal 59100 ROUBAIX, France
  • Zone climatique : [Cfb] Océanique hiver tempéré, été chaud, pas de saison sèche

  • Surface nette : 6 500 m2
  • Coût de construction ou de rénovation : 815 152 €
  • Coût/m² : 125.41 €/m2
  • Consommation d’énergie primaire :
    kWhep/m2.an
    (Méthode de calcul : Etude réalisée avant ces réglementations )
Consommation énergétique
Bâtiment économeBâtiment
< 50A
A
51 à 90B
B
91 à 150C
C
151 à 230D
D
231 à 330E
E
331 à 450F
F
> 450G
G
Bâtiment énergivore

Saisons Zéro est un projet d’occupation transitoire mené par l’association Zerm, consistant à réactiver et animer progressivement l’ancien monastère des Clarisses de Roubaix. Il s’agit d’un site de 6 600 m² construit à la fin du XIXe siècle dans le quartier de l'Épeule à Roubaix. Vacant depuis 2008 et le départ des dernières sœurs, le bâtiment est inscrit à la liste des monuments historiques depuis 2010. La Ville de Roubaix, propriétaire du bâtiment, activant une culture du zéro déchet depuis plus de dix ans, lance en 2019 un appel à projet pour l’occupation transitoire du site, souhaitant faire du monastère désacralisé un lieu dédié à l'accélération de la transition écologique sur le territoire. Zerm est accompagnée par l'association Yes We Camp sur le lancement du projet.

Après 11 ans de vacance et une démolition en perspective, Saisons Zéro transforme le monastère en un lieu convivial et expérimental où l’on repense le quotidien dans un contexte de crise climatique. Les activités de tous les jours retrouvent leur place : cuisine et réfectoire pour manger, cellules pour dormir, cour d’école pour les événements, chapelle pour célébrer, admirer, écouter. Les expériences se suivent : réduction des consommations énergétiques, utilisation de matériaux de réemploi, réactualisation de mobiliers thermiques anciens, prise de conscience de la provenance des produits et gestion des déchets sont autant de sujets traités.

Véritable expérience d'intervention alternative sur le patrimoine, les Saisons Zéro permettent de mettre en place des protocoles expérimentaux, en partenariat avec la DRAC et la préfecture du Nord, afin de tester au quotidien des techniques pratiques, économiques et simples pour répondre aux besoins essentiels du logement, du travail, de la fête et de la cohabitation. 

Pour cela, Zerm occupe et transforme ce lieu historique pour le faire revivre en phase avec les problématiques de son quartier et les enjeux du monde contemporain : réchauffement climatique, raréfaction des ressources, vacance urbaine... Au sujet de cette dernière (très conséquente dans le nord), l’objectif est de tester une méthode réplicable à d’autres friches pour augmenter les réhabilitations et réduire les démolitions, ce qui participe fortement à la lutte contre les impacts environnementaux du BTP. L’ancien monastère est suffisamment grand pour tester des sujets complexes et dans un même temps suffisamment petit pour conserver un cadre expérimental.

L’expérimentation Saisons Zéro se développe autour de trois grands axes et les envisage comme modèles de réplicabilité : 

  • une réhabilitation alternative du patrimoine vacant : une ré-activation d’un bâtiment en situation de blocage, de ses spécificités architecturales et aussi de son environnement culturel et social ;
  • la recherche de nouveaux modes de vie frugaux : c’est un lieu où les expérimentations du quotidien permettent de penser la transition écologique, en collectif, avec enthousiasme,  et ce à travers tous les sujets qui font société (travail, sommeil, apprentissage, alimentation, découverte, culture, etc) ;
  • une coopération entre la collectivité et la société civile : c’est un projet qui offre des espaces de dialogue permettant de repenser les modes de coopération entre les institutions publiques, les habitant·e·s et les acteur·rice·s locaux pour créer de la synergie et des impacts positifs sur le territoire.

 

 

Plus de détails sur ce projet

 https://saisonszero.fr/

Crédits photo

Crédits Zerm - Saisons Zéro

Maître d'ouvrage

    Ville de Roubaix

Maître d'œuvre

    Zerm

    simon[a]zerm.fr

Intervenants

    Autre intervenant

    Yes We Camp

    aurore[a]yeswecamp.org

    Accompagnateur

Mode contractuel

Autres méthodes

Consommation énergétique

    Etude réalisée avant ces réglementations

    L’électricité est la seule source d’énergie du projet.

    4530,63 kWh/mois en moyenne de septembre 2021 à avril 2022.
    0,72 kWh/mois/m² (pour 6300 m² plancher).

Systèmes

    • Radiateur électrique
    • Convecteur électrique
    • Autres
    • Chauffe-eau électrique individuel

Coûts de construction & exploitation

  • 99 990
  • 815 000
  • 419 632
  • - 419 632 € de financement extérieur
    - 99 990 € d’étude de faisabilité en acte
    Ne compte pas les diagnostics ou les études techniques isolées.
    - 815 000€ (dont aménagement, équipement, mise aux normes et construction) sur 4 ans (519 000€ réalisé en mars 2022).

    TOTAL INVESTISSEMENT (travaux etc):  815 152 €
    TOTAL FONCTIONNEMENT: 271 142 €
    TOTAL RESSOURCES HUMAINES : 727 369 €
    TOTAL TOTAL DU PROJET SAISONS ZERO (2019 - 2023) : 1 813 662 €

Environnement urbain

Le bâtiment se trouve dans le quartier de l’Épeule à Roubaix. C’est un quartier Politique de la Ville sujet à une conséquente rénovation urbaine dans les prochaines années (NPRNU - ANRU). Il y a un grand parc à proximité, quelques bus. La station de métro la plus proche est à 10 minutes.

Le monastère à été construit pour être fermé (l’ordre des Clarisse observe la clôture active) et l’ouverture au public se fait en tenant compte de cette particularité. Il n’y a par exemple que trois portes donnant vers l’espace public. Le projet s’autofinance à hauteur de ⅔ environ et ses différents blocs économiques (auberge, buvette, bureaux, privatisations et programmation culturelle) s’appuient fortement sur l’ouverture aux publics.

Le monastère à hébergé autrefois l’école Sainte Claire, ce qui a enraciné le site dans la mémoire des habitants et du quartier. Cette mémoire est encore vive, malgré les 11 ans de fermeture du site.

Le site est inscrit à l’inventaire supplémentaire des bâtiments historiques en totalité. Zerm à dû inventer un protocole de communication pour associer les services de l’UDAP et de l’ABF en attendant un projet de réhabilitation finale et un permis de construire global.

Qualité environnementale du bâti

  • Adaptabilité du bâtiment
  • Chantier (incluant déchets)
  • gestion des espaces, intégration dans le site
  • procédés de construction
  • produits et matériaux de construction

Réemploi (même usage) / Réutilisation (changement d'usage)

    • autres..

    Stock de matériaux :

    • Prises d'escalade : 75 unités de seconde main récupérées gratuitement auprès du Club Bou'D'Brousse
    • Tube acier carré laqué : 20 mètres linéaire provenant d'une ancienne boutique New Look à Lille (Achat auprès de l'entreprise de démolition Vitse)

     

    Cuisine auberge :

    • Trespa : 5 m² (réemploi provenant du projet de la Maillerie : réhabilitation de l'ancien site des 3 suisses)

     

    Stock alimentaire :

    • Trespa : 5 m² (réemploi provenant du projet de la Maillerie : réhabilitation de l'ancien site des 3 suisses)
    • Grille inox : 2 unités récupérées sur place
    • Chariot inox : 5 unités récupérées sur place
    • CP maritime : 10 m² récupérés sur place après l'exposition World Design Capital

     

    Cuisine Zerm et occupants :

    • Evier inoxydable : 1 unité récupérée sur place
    • Hotte et moteur : 1 unité récupérée sur place
    • Divers mobiliers de rangement : 10 unités récupérées sur place
    • Evier en pierre bleu : 1 unité réparée et récupérée sur place
    • Carreaux de céramique : 3 m² récupérés sur place

     

    Salle de bain de l'auberge :

    • Trespa : 2m² (réemploi provenant du projet de la Maillerie : réhabilitation de l'ancien site des 3 suisses)
    • Structure tubulaire de table d'école : 2 unités récupérées auprès du collège Baudelaire de Roubaix

     

    Terrasse de la buvette :

    • Structure tubulaire de table d'école : 45 unités récupérées auprès du collège Baudelaire de Roubaix
    • Système d'éclairage LED : 15 mètres linéaires récupérés de la dépose d'une scénographie pour le Festival du Journal Intime à Paris

     

    L'atelier métal :

    • Structure d'établit : 1 unité récupérée de l'usine Ferlam à Roubaix
    • Tôle : 3 m² récupérés de l'usine Ferlam à Roubaix
    • Meubles de rangement : 4 unités récupérées sur place
    • Diable : 1 unité récupérée de l'usine Ferlam à Roubaix
    • Chariot élévateur mécanique : 1 unité récupérée de l'usine Ferlam à Roubaix
    • Poulies de levage : 4 unités récupérées de l'usine Ferlam à Roubaix

     

    Halle et coulisses :

    • Plancher massif en tripli de pin : 150m² (réemploi provenant de l'Opera de Lille)
    • Luminaires : 10 unités (réemploi provenant du projet de la Maillerie : réhabilitation de l'ancien site des 3 suisses)
    • Plaque de marbre rose : 3m² (achat auprès d'un projet de réhabilitation chez un particulier)
    • Manteau de cheminée en marbre noir : 1 unité (réemploi provenant d'un chantier de réhabilitation chez un particulier)
    • Luminaire caisson étanche : 2 unités (récupération sur site)
    • Panneaux de contreplaqué : 30m² (réemploi de la scénographie de WDC)
    • Système de rail coulissant : 10mL (réemploi de l'ancien stock du Parpaing)
    • Frigo bar : 2 unités (réemploi de la déconstruction des Grands Voisins)
    • Lave verre professionnelle : 1 unité (réemploi de la déconstruction des Grands Voisins)
    • Four : 1 unité (réemploi de la déconstruction des Grands Voisins)
    • Matériel son et lumière pour salle de concert : 1 ensemble complet (réemploi de la déconstruction des Grands Voisins)
    • Projecteur d'exposition : 60 unités + 30 mL de rail (réemploi auprès d'une entreprise d'événementiel).

     

    Lits d’auberge :

    • Plaques d’aggloméré mélaminé :  8,72 m² par lits soit 122,08 m² en tout (réemploi issus du World Trade Center de Bruxelles)
    • Bâches PVC : 10,12 m² par lits soit 141,66 m² en tout (chutes de production de l’entreprise Nordbaches)
    • Couche isolante : 11,58 m² par lits soit 162,2 m² en tout (chutes de production de l’entreprise Iostiss)

    Stock de matériaux :

    • Prises d'escalade : 75 unités de seconde main récupérées gratuitement auprès du Club Bou'D'Brousse
    • Tube acier carré laqué : 20 mètres linéaire provenant d'une ancienne boutique New Look à Lille (Achat auprès de l'entreprise de démolition Vitse)

     

    Cuisine auberge :

    • Trespa : 5 m² (réemploi provenant du projet de la Maillerie : réhabilitation de l'ancien site des 3 suisses)

     

    Stock alimentaire :

    • Trespa : 5 m² (réemploi provenant du projet de la Maillerie : réhabilitation de l'ancien site des 3 suisses)
    • Grille inox : 2 unités récupérées sur place
    • Chariot inox : 5 unités récupérées sur place
    • CP maritime : 10 m² récupérés sur place après l'exposition World Design Capital

     

    Cuisine Zerm et occupants :

    • Evier inoxydable : 1 unité récupérée sur place
    • Hotte et moteur : 1 unité récupérée sur place
    • Divers mobiliers de rangement : 10 unités récupérées sur place
    • Evier en pierre bleu : 1 unité réparée et récupérée sur place
    • Carreaux de céramique : 3 m² récupérés sur place

     

    Salle de bain de l'auberge :

    • Trespa : 2m² (réemploi provenant du projet de la Maillerie : réhabilitation de l'ancien site des 3 suisses)
    • Structure tubulaire de table d'école : 2 unités récupérées auprès du collège Baudelaire de Roubaix

     

    Terrasse de la buvette :

    • Structure tubulaire de table d'école : 45 unités récupérées auprès du collège Baudelaire de Roubaix
    • Système d'éclairage LED : 15 mètres linéaires récupérés de la dépose d'une scénographie pour le Festival du Journal Intime à Paris

     

    L'atelier métal :

    • Structure d'établit : 1 unité récupérée de l'usine Ferlam à Roubaix
    • Tôle : 3 m² récupérés de l'usine Ferlam à Roubaix
    • Meubles de rangement : 4 unités récupérées sur place
    • Diable : 1 unité récupérée de l'usine Ferlam à Roubaix
    • Chariot élévateur mécanique : 1 unité récupérée de l'usine Ferlam à Roubaix
    • Poulies de levage : 4 unités récupérées de l'usine Ferlam à Roubaix

     

    Halle et coulisses :

    • Plancher massif en tripli de pin : 150m² (réemploi provenant de l'Opera de Lille)
    • Luminaires : 10 unités (réemploi provenant du projet de la Maillerie : réhabilitation de l'ancien site des 3 suisses)
    • Plaque de marbre rose : 3m² (achat auprès d'un projet de réhabilitation chez un particulier)
    • Manteau de cheminée en marbre noir : 1 unité (réemploi provenant d'un chantier de réhabilitation chez un particulier)
    • Luminaire caisson étanche : 2 unités (récupération sur site)
    • Panneaux de contreplaqué : 30m² (réemploi de la scénographie de WDC)
    • Système de rail coulissant : 10mL (réemploi de l'ancien stock du Parpaing)
    • Frigo bar : 2 unités (réemploi de la déconstruction des Grands Voisins)
    • Lave verre professionnelle : 1 unité (réemploi de la déconstruction des Grands Voisins)
    • Four : 1 unité (réemploi de la déconstruction des Grands Voisins)
    • Matériel son et lumière pour salle de concert : 1 ensemble complet (réemploi de la déconstruction des Grands Voisins)
    • Projecteur d'exposition : 60 unités + 30 mL de rail (réemploi auprès d'une entreprise d'événementiel).

     

    Lits d’auberge :

    • Plaques d’aggloméré mélaminé :  8,72 m² par lits soit 122,08 m² en tout (réemploi issus du World Trade Center de Bruxelles)
    • Bâches PVC : 10,12 m² par lits soit 141,66 m² en tout (chutes de production de l’entreprise Nordbaches)
    • Couche isolante : 11,58 m² par lits soit 162,2 m² en tout (chutes de production de l’entreprise Iostiss)

Eco-conception

    Plaques d’aggloméré mélaminé issus du World Trade Center de Bruxelles par l’entreprise Befimmo :

    • réemploi sans changement d’usage (plaques de finitions ou structurelles intérieur) ;
    • se travaille comme un matériau classique une fois les accroches retirées (les plaques étaient suspendues à des crémones avant dépose) ;
    • réemploi courant auquel nous sommes habitués : 
      • les + : réduit les impacts environnementaux, grand format, facile d’entretien, grande quantité donc travail de série possible ;
      • les - : ce n’est pas un matériau que nous affectionnons particulièrement.

     

    Anciennes tables scolaires du Lycée Baudelaire de Roubaix :

    • réemploi avec divers changements d’usage (tables, bancs, structures de scène, structures diverses) issus d’un précédent projet ;
    • pour les bancs, les tables ont été raccourcies, pour les tables, les casiers d’écoliers ont été supprimés, adaptation diverses en fonction des besoins ;
    • détournement de fonction nécessaire : 
      • les + : réduit les impacts environnementaux (l’établissement allait les jeter), bon levier de conception, partenariat local (le lycée Baudelaire n’est pas loin), peut être porteur ;
      • les - : l’obligation de sabler les structures avant de les peindre rend le processus plus long et coûteux.

     

    Luminaires :

    • réemploi régulier de luminaires : 
      • trouvés sur leboncoin.fr ;
      • dépose issue d’une ancienne salle de sport à Lomme ;
      • dépose issue de l’école d’architecture de Lille.
    • pose identique sans changement d’usage, remplacement de différentes parties (soquet, cable, etc.).
    • réemploi d’opportunité (nous prenons dans notre stock quand c’est possible) : 
      • les + : réduit les impacts environnementaux, grande quantité donc travail de série possible, levier de conception intéressant ;
      • les - : toujours vérifier la mise à la terre et les ballasts, vérifier que les ampoules sont toujours disponibles sur le marché, éviter les tubes fluo (consomme beaucoup et c’est un déchet dangereux).

Bilan environnemental

    Catégories CO2 évité (kg)  Consommation Eau évité (m3) Déchets évités (kg)
    Aménagements extérieurs 0 0 0
    Aménagements extérieurs / Serrurerie - Métallerie 0 0 0
    Charpente 2427.75 12.77225 54.17115
    Cloisons 2094.66 15.47974385 119.8831154
    Couverture 790.3682729 5.345256078 680.3761118
    Couverture / Aménagements extérieurs 0 0 0
    Eclairages 9151.108665 51.28512236 8999.614692
    Eclairages sécurité 0 0 0
    Equipements de génie climatique 203.88 6.619223 112.318
    Equipements électriques 6.415231118 13.14124836 19.71449989
    Façades 1882.172939 436.440859 1855.875826
    Faux plafonds 0 0 0
    Faux planchers 0 0 0
    Faux-plafonds 0 0 0
    Gros-œuvre 0 0 0
    Installations sanitaires 87.67136956 0.662751538 89.21638261
    Isolation -956.2968 12.0801564 3389.721707
    Menuiserie ext 3770.067971 42.73949764 1478.684292
    Menuiseries intérieures 416 9.334225 703.0735353
    Mobilier 3409.543493 48.43580861 4752.040098
    Peinture 0 0 0
    Plomberie 0 0 0
    Revêtements de sols 47.56106948 10.1588978 98.0695322
    Revêtements de sols ou muraux 0 0 0
    Revêtements muraux 71.06693438 28.17248181 209.9903647
    Sécurité du bâtiment 0 0 0
    Serrurerie - métallerie 556.0813636 3.45763418 703.7955718
    VRD 0 0 0
           
      CO2 évité (kg)  Consommation Eau évité (m3) Déchets évités (kg)
    TOTAL 23958.05051 696.1251556 23266.54488

    L'opération de réemploi a économisé l'équivalent de 191 664 kilomètres parcourus par une petite voiture, soit 218 trajets Paris-Nice, 4641 baignoires rectangulaires remplies d'eau et 47 années de déchets ménagers d'un français.

Réplicabilité et Innovation

    Le réemploi n’est pas intégré dans un marché et il n‘y a pas d’AMO spécifique pour le réemploi.

    L’association Zerm travaille naturellement avec des matériaux de réemploi et possède un stock de vente de matériaux qui facilite l’approvisionnement et l’entretien du réseau d’acteurs sur ce sujet. Chaque fois que cela est possible, le réemploi est utilisé. Le projet des Saisons Zéro à pour objectif de constituer un laboratoire de la frugalité appliquée. La réduction des impacts environnementaux de la construction et de l’aménagement mais aussi de la gestion et du fonctionnement est au centre des préoccupations du projet. L’association Zerm assure en interne la conception, la construction et la gestion du site (donc la maintenance et l’assurance aussi) , ce qui facilite grandement le recours au réemploi.

    Un contrat d’AMO-AMU appelé étude de faisabilité en acte a récemment été signé entre la Ville de Roubaix et Zerm. Cela permet notamment de renseigner au maximum les mécaniques du projet dans un soucis de réplicabilité.

Batiment candidat dans la catégorie

Prix hors-cadre

Prix hors-cadre

Trophées Bâtiments Circulaires 2022

 économie circulaire
 réemploi
 déchet
 bâtiment
 rénovation
 rénovation patrimoniale
 tiers lieu
 frugalité
 habitat participatif
 recyclage
 Trophées Bâtiments Circulaires 2022
 matériaux et solutions

Auteur de la page


  • Autres études de cas

    Plus

    Concours

    Trophées Bâtiments Circulaires 2022