85 Rue Petit

  • Type de bâtiment : Logement collectif < 50m
  • Année de construction : 1968
  • Année de livraison : 2021
  • Adresse : 85 rue Petit 75019 PARIS, France
  • Zone climatique : [Cfb] Océanique hiver tempéré, été chaud, pas de saison sèche

  • Surface nette : 6 250 m2
  • Coût de construction ou de rénovation : 14 500 000 €
  • Coût/m² : 2320 €/m2

Proposé par :

Label / Certifications :

  • Consommation d’énergie primaire :
    74.29 kWhep/m2.an
    (Méthode de calcul : RT 2012 )
Consommation énergétique
Bâtiment économeBâtiment
< 50A
A
51 à 90B
B
91 à 150C
C
151 à 230D
D
231 à 330E
E
331 à 450F
F
> 450G
G
Bâtiment énergivore

Transformation d'un parking en logements

Dans un contexte urbain dense et en pleine mutation, le projet consiste en une démolition partielle et une réhabilitation lourde d'un ancien garage automobile en immeuble d'habitations. Le défi de conservation de la structure et de plus de la moitié des surfaces de planchers existants est une prouesse environnementale qui a permis d'économiser plus de 7000 tonnes de déchets en mettant à disposition plus de 5000 m² de logements. La transformation se fonde sur la structure existante ce qui donne à ces 75 habitations et aux espaces communs des qualités spatiales peu fréquentes dans la construction neuve classique.

L'intégration du réemploi s'est faite à l'initiative de Encore Heureux, architectes mandataires du projet et ce dès les intentions décrites en phase concours. Alors que le règlement de consultation programmait une démolition totale et définitive du parking, la candidature de l'équipe de maîtrise d'œuvre a finalement été retenue en proposant un ambitieux projet de transformation de l'existant, avançant plusieurs arguments au bénéfice des futurs habitants. En effet, la conservation du parking permet de garder l'enveloppe existante, et donc de s'extraire du Plan Local d'Urbanisme en vigueur qui s'applique aux bâtiments neufs. La volumétrie aussi conservée offre aux habitants des volumes intérieurs spacieux peu fréquents dans la construction neuve classique, des terrasses et des balcons ainsi que des espaces extérieurs agréables pour une parcelle située dans un environnement urbain très dense. La maîtrise d'ouvrage Emerige s'en est ensuite saisie pour en faire l'un des sujets centraux de son opération. L'opération s'est faite en collaboration avec Archi5 (Paris Habitat) pour la seconde moitié de la parcelle qui a adopté pour sa part une stratégie différente liée à l'implantation de la rampe originelle du parking, qui gênait une logique de réemploi du bâti existant.
 

  • Réhabilitation et transformation complète d'un parking en logements d'habitation dans un quartier urbain et dense ;
  • Réemploi et conservation de la structure poteaux-poutre existante ;
  • Réemploi et conservation de plus de la moitié des surfaces de planchers existants ;
  • Volume de béton non démoli : 3080 m3 soit environ 7000 tonnes, l'équivalent de 700 bennes ;
  • Conservation de l'emprise au sol et de la volumétrie globale du bâtiment préservant la pleine terre de la parcelle ;
  • Végétalisation de la parcelle et des toitures ;
  • Mise en œuvre d'un bardage bois en mélèze de Sibérie.

Et si c'était à refaire ?

La difficulté majeure rencontrée a été de s'adapter à une structure existante dont la conception initiale n'était pas forcément conforme aux plans préfigurés, ce qui a donné des surprises lors du curage du bâtiment. Les poteaux censés se superposer ne l'étaient finalement pas précisément et cette déconvenue a nécessité d'une part des ajustements essentiels dans la conception générale du bâtiment et d'autre part de bien dialoguer avec la maîtrise d'ouvrage pour faire accepter ces imperfections. Les surprises existent toujours dans les démarches de réhabilitation et une capacité d'adaptation collective est importante.

Crédits photo

01 à 05 — Crédits Cyrus Cornut
06 à 10 — Crédits Jérémie Léon

Maître d'ouvrage

    EMERIGE

    Rodolphe Sintes / rsintes[a]emerige.com

Maître d'œuvre

    Encore Heureux Architectes

    contact[a]encoreheureux.org

Intervenants

    Autre intervenant

    CAP-EXE

    Baptiste Molins / b.molins[a]cap-exe.fr / 06 72 70 73 43

    OPC


    Autre intervenant

    Atelier Roberta

    Alice Mahin / contact[a]atelierroberta.com / 01 83 62 69 90

    Paysagiste


    Bureau d'études autre

    Albert & Compagnie

    Baptiste Brisedou / b.brisedou[a]albert-and-co.fr / 09 50 42 95 16

    BE Environnement


    Bureau d'études structures

    EVP

    evp[a]evp-ingenierie.com / 01 40 26 15 97

    BE Structure


    Bureau d'études autre

    B52

    Bruno Nicodemi / bruno.nicodemi[a]ufficio-b52.com

    BE Fluides


    Bureau d'études acoustique

    CAP HORN

    Sébastien Jessu / s.jessu[a]cap-horn-solutions.fr / 06 25 18 35 51

    BE Acoustique


    Bureau d'études autre

    ATEVE Ingénierie

    Erwan Le Helloco / erwan.le-helloco[a]ateve.fr / 01 48 80 86 58

    VRD


    Entreprise

    GTM Bâtiment

    Jérôme Turck / jerome.turck[a]vinci-construction.fr / 06 10 82 00 80

    Entreprise Réhabilitation


    Entreprise

    Arbonis

    Chloe Varrel / cvarrel[a]arbonis.com

    Entreprise bois


    Entreprise

    DSD Démolition

    Jamal El Hadri / jelhadri[a]dsd-demolition.com / 04 42 10 62 00

    Entreprise démolition

Mode contractuel

Contractant général

Consommation énergétique

  • 74,29 kWhep/m2.an
  • 111,29 kWhep/m2.an
  • RT 2012

Systèmes

    • Réseau de chauffage urbain
    • Radiateur à eau
    • Réseau urbain
    • Aucun système de climatisation
    • Simple flux
    • VMC hygroréglable (hygro B)
    • Aucun système de production d'énergies renouvelables

    ENR consommé par réseau de chaleur urbain pour chauffage et ECS. Sur base de la part ENR de ce réseau (53.3%), la part ENR du projet est telle que 44.75% des besoins totaux (cep)

    (Nota : Le projet est raccordé au réseau de chaleur de chaleur urbain CPCU - Paris. Part ENR de 53.3% selon l'arrêté du 21 octobre 2021 modifiant l'arrêté du 15 septembre 2006)

Résilience

    • Îlot de chaleur urbaine

    Préservation des surfaces en pleine terre de la parcelle en plus d'un aménagement paysager et de la végétalisation des espaces extérieurs et de la toiture

Environnement urbain

Dans un contexte urbain dense et en pleine mutation, la parcelle du projet rue Petit est implantée au Nord-Est de Paris. La réalisation est une démolition partielle et une réhabilitation lourde d'un ancien garage automobile en immeuble d'habitations.

 

Un défi architectural et écologique

Le bâtiment existant, édifié en 1968, abritait anciennement un garage Renault qui comprenait une diversité d'usages, entre ateliers, show-room, bureaux et places de stationnements. Répondant au programme établi par Paris Habitat dans le cadre d’un concours de maîtrise d'oeuvre, le garage est partiellement démoli, offrant d’un côté un programme de logement social neuf en bois, et de l’autre des logements aménagés en réhabilitation lourde dans l'existant conservé du côté de la rue Petit.

 

Un programme inédit de logements

Alors que se loger de façon abordable et confortable en ville est aujourd'hui un défi sensible pour une majorité de citadins, ce programme ambitieux propose une forme d'habiter alternative en s'insérant dans un contexte urbain déjà très dense. Dès les prémisses du projet, Encore Heureux s'est attaché à composer avec ce bâti dense, massif, bétonné, pour y faire entrer la lumière, en créant une grande faille centrale et ainsi créer des espaces aérés et accueillants.

 

Un projet engagé pour la ville de demain

La réponse apportée porte une attention forte et transversale au contexte environnemental, social et écologique. Situé dans un arrondissement où le taux de logements sociaux dépasse déjà de loin le seuil fixé par la Mairie de Paris, le projet présente des surfaces relativement spacieuses et adaptées à des familles qui grandissent en ville, disposant tous d’une terrasse ou d’un balcon plantés.

Le bâtiment et ses aménagements paysagers se distinguent par le Label Biodivercity, signe d'une prise en compte particulière de la biodiversité et du soin accordé aux espaces extérieurs, aux murs mitoyens et à la toiture terrasse nouvellement végétalisés. La voie d'accès est revêtue d'un pavage minéral poreux et des bancs de repos ponctuent l'accès aux habitations.

Ce premier projet de logements collectifs de l'agence Encore Heureux, s'inscrit dans une démarche globale de répondre aux enjeux architecturaux de l'époque, à savoir faire avec l'existant, réhabiliter en évitant la production de déchets, sortir des standards trop rigides de l’habitat. En ce sens, cette réalisation atypique répond par anticipation aux différentes ambitions écologiques du Plan Local d'Urbanisme en passe d'être révisé, et ouvre la voie à ce qui devrait devenir la norme.

Qualité environnementale du bâti

  • Adaptabilité du bâtiment
  • Santé, qualité air intérieur
  • Biodiversité
  • Chantier (incluant déchets)
  • acoustique
  • efficacité énergétique, gestion de l'énergie
  • fin de vie du bâtiment
  • gestion des espaces, intégration dans le site
  • procédés de construction

Réemploi (même usage) / Réutilisation (changement d'usage)

    • Gros Œuvre

    Gros œuvre : 3080 m3 conservé soit 7000 tonnes l'équivalent de 700 bennes.

    Le gros œuvre de la structure poteaux-poutre existante et la moitié de la surface des planchers conservés réemployés pour le même usage fonctionnel et même performance structurelle.

Eco-conception

    La structure et les planchers existants réemployés sont d'origine locale in situ.

    Dans la perspective de changement de destination du bâtiment, les planchers sont réaménagés pour passer, en ce qui concerne les étages hauts, de 4 à 3 niveaux et offrir ainsi une hauteur sous plafond confortable pour des espaces habités. La hauteur du dernier plancher est conservée. La largeur initiale et généreuse du bâtiment permet d'imaginer une coursive centrale et ouverte sur le ciel, qui distribue les logements disposés en U. Les habitations sont de fait toutes traversantes. Les salles humides et les cuisines sont disposées du côté de la coursive intérieure alors que les espaces de vie, chambres et salons, donnent sur les balcons et les terrasses situées sur les façades extérieures du bâtiment.

    Cette stratégie de réemploi a permis d'éviter la mise en œuvre de béton structurel neuf et donc la consommation nouvelle de ressources minérales.

    L'avantage considérable du projet est lié à la typologie du bâtiment existant qui offre une coursive centrale à ciel ouvert et des espaces de vie spacieux bénéficiant de lumière naturelle. La configuration permet au voisinage de se croiser plus facilement, les terrasses ouvertes sont généreuses et l'implantation conservée du bâti permet d'aménager des espaces extérieurs agréables et facile à intégrer dans un tel programme. La configuration atypique de certains logements qui offrent de très grandes terrasses permet parfois de quasiment doubler la surface habitable.

    La difficulté majeure rencontrée a été de s'adapter à une structure existante dont la conception initiale n'était pas forcément conforme aux plans préfigurés, ce qui a donné des surprises lors du curage du bâtiment. Les poteaux censés se superposer ne l'étaient finalement pas précisément et cette déconvenue a nécessité d'une part des ajustements essentiels dans la conception générale du bâtiment et d'autre part de bien dialoguer avec la maîtrise d'ouvrage pour faire accepter ces imperfections. Les surprises existent toujours dans les démarches de réhabilitation et une capacité d'adaptation collective est importante.

    Le bâtiment a été pensé dans une logique totale de transformation et d'adaptation à de nouveaux usages.

    Des matériaux biosourcés sont mis en œuvre notamment pour l'ossature et bardage extérieur (bois).

Bilan environnemental

    Catégories CO2 évité (kg)  Consommation Eau évité (m3) Déchets évités (kg)
    Aménagements extérieurs 0 0 0
    Aménagements extérieurs / Serrurerie - Métallerie 0 0 0
    Charpente 0 0 0
    Cloisons 0 0 0
    Couverture 0 0 0
    Couverture / Aménagements extérieurs 0 0 0
    Eclairages 0 0 0
    Eclairages sécurité 0 0 0
    Equipements de génie climatique 0 0 0
    Equipements électriques 0 0 0
    Façades 0 0 0
    Faux plafonds 0 0 0
    Faux planchers 0 0 0
    Faux-plafonds 0 0 0
    Gros-œuvre 276887.505 1135.26957 2386727.68
    Installations sanitaires 0 0 0
    Isolation 0 0 0
    Menuiserie ext 0 0 0
    Menuiseries intérieures 0 0 0
    Mobilier 0 0 0
    Peinture 0 0 0
    Plomberie 0 0 0
    Revêtements de sols 0 0 0
    Revêtements de sols ou muraux 0 0 0
    Revêtements muraux 0 0 0
    Sécurité du bâtiment 0 0 0
    Serrurerie - métallerie 0 0 0
    VRD 0 0 0
           
      CO2 évité (kg)  Consommation Eau évité (m3) Déchets évités (kg)
    TOTAL 276887.505 1135.26957 2386727.68

    Consommation d'eau évitée : 1135,26957 m3
    Déchets évités : 2386727,68 kg
    CO2 évité : 276887,505 kg

    L'opération de réemploi a économisé l'équivalent de 2215100 kilomètres parcourus par une petite voiture, soit 2517 trajets Paris-Nice, 7568 baignoires rectangulaires remplies d'eau et 4773 années de déchets ménagers d'un français.

    Le calcul d'impact a été effectué en prenant comme matériau de référence celui qui se rapprochait le plus du matériau composant la structure du parking à savoir : le "parpaing - remplissage béton" catégorie "gros œuvre". Les 3080 m3 de volumes de matériau destinés à être démolis et qui ont été conservés en réemployant la structure ont été convertis en surface équivalente (m2, unité fonctionnelle du tableur) en se basant sur une épaisser de parpaing de 15cm). 

Réplicabilité et Innovation

    Le projet de réhabilitation a été programmé en deux phases distinctes : une première phase de démolition qui a permis de restructurer la hauteur des planchers afin de l'adapter à un programme de logements (pour passer de 4 à 3 niveaux tout en conservant la volumétrie initiale), puis une deuxième phase pour s'assurer de la qualité structurelle de l'existant et l'aménagement définitif des logements. Cette phase a nécessité ponctuellement le renforcement de la structure réemployée.

    Les architectes ont été à l'initiative de l'idée avant que le promoteur ne commence à s'intéresser au sujet, puis est devenu suffisamment curieux pour finir par être convaincu de la démarche et s'en emparer comme un enjeu majeur du projet de réhabilitation.

    Le réemploi de la structure — qui a évité la démolition de 7000 tonnes de gravats, a également évité le problème de nuisances sonores excessives et la multiplication des transports logistiques.

    L'assurance de la qualité structurelle et de certains éléments du bâti ont nécessité des renforts ponctuels, d'après les hypothèses provenant du BE STRUCTURE qui ont été confirmées sur site par les entreprises.

    Cette opération est une grande première, source de production de connaissances et de montée en compétences, à la fois pour le promoteur de la maîtrise d'ouvrage mais également pour les architectes et les entreprises. Le programme ambitieux et inédit fait du projet 85 RUE PETIT une réalisation exemplaire et un projet atypique qui a demandé une mobilisation particulière de tous les acteurs.

    L'opération s'est déroulée en deux marchés séparés, l'une pour la démolition partielle du bâtiment et l'autre conduite par l'entreprise générale pour les renforts structurels ponctuels et l'aménagement global.

    Les seuls matériaux déposés ont été les gravats issus de la démolition partielle de la structure en vue de l'adaptation du bâti à un nouvel usage de logement, par le réaménagement des niveaux de planchers et passer de 4 à 3 niveaux.

Raisons de la candidature au(x) concours

Le projet 85 RUE PETIT est particulièrement ambitieux et novateur au regard des enjeux d’économie circulaire, de réversibilité et d’adaptation du patrimoine bâti déjà construit aujourd’hui. Le choix de la conservation partielle du bâtiment existant se traduit par la conservation de son emprise au sol, de sa volumétrie globale ainsi que de la structure poteaux-poutre d'origine. Ce parti pris revête le double avantage de s'extraire du Plan Local d'Urbanisme parisien en vigueur pour les constructions neuves et de réserver ainsi un grand volume bâti rarement mis en œuvre dans les logements citadins aujourd'hui. Cette opération a permis d'économiser la consommation de matériaux neufs tout en évitant une quantité considérable de déchets de démolition. Alors que la tendance va à la disparition du modèle de la voiture individuelle en ville, le projet de transformation d'un parking en logements répond à un enjeu fondamental de réhabilitation des espaces urbains vacants tout en accompagnant cette transition sociétale.

Batiment candidat dans la catégorie

Bâtiments résidentiels / prix de la rénovation

Bâtiments résidentiels / prix de la rénovation

Trophées Bâtiments Circulaires 2022

 économie circulaire
 déchet
 réemploi
 recyclage
 Trophées Bâtiments Circulaires 2022
 bâtiment
 rénovation
 logement
 matériaux et solutions
 végétalisation

Auteur de la page


  • Autres études de cas

    Plus

    Concours

    Trophées Bâtiments Circulaires 2022