Restauration des écosystèmes : l’UE au chevet de Mère Nature

Rédigé par

Stéphanie Santerre - Construction21

Journaliste

214 Dernière modification le 01/03/2024 - 10:55
Restauration des écosystèmes : l’UE au chevet de Mère Nature

Il ne s’agit plus uniquement de conserver, mais bien de restaurer les richesses naturelles de l’Europe. Ainsi s’inscrit une nouvelle loi adoptée par le Parlement européen en ce début d’année, visant à restaurer au moins 20 % des zones terrestres et maritimes de l’UE d’ici 2030 et au-delà, l’ensemble des écosystèmes dégradés. 
 

Les États membres doivent restaurer les habitats concernés par la nouvelle législation (forêts, prairies, zones humides, rivières, lacs et fonds coralliens) pour remettre en bon état d’ici 2030 ceux qui sont en mauvais état, 60 % d’ici 2040 et 90 % d’ici 2050 – priorité donnée aux zones Natura 2000 jusqu’en 2030. Une fois qu’une zone est remise en bon état, les Etats devront veiller à ce qu’elle ne se détériore pas, en adoptant notamment des plans nationaux de restauration.

Concernant les écosystèmes agricoles, les Etats sont attendus sur trois indicateurs : l'indice des papillons de prairies; la part des terres agricoles présentant des particularités topographiques à haute diversité et le stock de carbone organique dans le sol minéral des terres cultivées. Les pays devront également prendre des mesures visant à augmenter l'indice des oiseaux communs des milieux agricoles, véritables baromètres de l’état général de la biodiversité. Agriculteurs et propriétaires privés sont également invités à la restauration d’un tiers des tourbières drainées pour réduire les émissions de GES.

Réensemencer la canopée européenne

Le règlement exige également l’amélioration de plusieurs indicateurs des écosystèmes forestiers, la plantation de trois milliards d’arbres et la restauration d’au moins 25 000 km de cours d’eau à courant libre. Objectif : éviter toute perte nette de la superficie nationale totale des espaces verts urbains et du couvert arboré urbain.

Selon l’UE, plus de 80 % des habitats européens sont aujourd’hui en souffrance ou en déclin. Dans cette volonté d’atteindre les objectifs fixés en matière de climat et de biodiversité, et ainsi de respecter ses engagements internationaux, cette législation répond aux attentes des citoyens en matière de protection et de restauration de la biodiversité, des paysages et des océans, telles qu’exprimées dans les propositions 2(1), 2(3), 2(4) et 2(5) des conclusions de la conférence sur l’avenir de l’Europe.

www.depositphotos.com

Partager :