Le Cibi s'offre un nouveau label BiodiverCity pour ses 10 ans

Rédigé par
Anne-Sophie Tardy - Construction21

Responsable de l'éditorial

1007 Dernière modification le 10/11/2023 - 10:22
Le Cibi s'offre un nouveau label BiodiverCity pour ses 10 ans

L'association, qui milite pour une meilleure prise en compte de la biodiversité dans le secteur de l'immobilier, a dévoilé lors de sa cérémonie d'anniversaire le lancement de BiodiverCity Ready pour voir s'épanouir la nature à l'échelle d'un quartier.

C'est au cœur du campus Evergreen du Crédit Agricole à Montrouge (92) que le Conseil international de biodiversité et immobilier (Cibi) a soufflé sa dixième bougie ce lundi 6 novembre. Quoi de mieux que ce parc de 4 hectares où cohabitent employés du secteur bancaire, canards, carpes et espaces végétalisés pour célébrer la symbiose entre la nature et la ville. Olivia Conil-Lacoste, présidente de l'association depuis septembre a d'ailleurs salué le travail des fondateurs du Cibi pour imposer un standard dans les projets de construction à travers la mise en place, il y a dix ans également, du label BiodiverCity. "Je suis convaincue du pouvoir du Cibi pour aiguiller les collectivités, a déclaré celle qui est aussi directrice développement et RSE au sein de Bouygues Immobilier. Cette démarche replace l'écologue dans la phase de conception des projets."

Aujourd'hui, l'association compte 251 projets labellisés, essentiellement en France, même si des initiatives fleurissent également en Suisse, au Luxembourg, au Portugal, en Italie ou encore à Cuba et Singapour. Parmi eux, 231 projets ont donc la mention BiodiverCity Construction et treize sont labellisés BiodiverCity Life, dédié aux sites en exploitation et actifs immobiliers existants. Enfin, trois ont été labellisés BiodiverCity Ready. Cette mention, dont le lancement officiel résonne avec le dixième anniversaire du Cibi, permet de saluer des projets à l'échelle de quartier.

Des labellisations BiodiverCity qui fleurissent

Parce qu'obtenir la labellisation n'est pas si triviale, le Cibi s'appuie sur des comités technique et scientifique afin d'asseoir ses compétences avec comme objectifs de freiner la dépression de la biodiversité, de participer à une meilleure santé et au bien-être des habitants en ville grâce à la nature et de proposer des solutions issues de la biodiversité pour gérer l'adaptation au changement climatique. Invité de marque pour cet anniversaire, Marc-André Selosse, biologiste, notamment professeur au Museum national d'Histoire naturelle, s'est amusé à comparer la ville d'aujourd'hui à celle du temps du Moyen-Âge. "Les rues sont encore habillées de successions de bâtiments entrecoupés parfois de petits carrés verts, le plus souvent réservés aux plus fortunés. C'est triste et peu audacieux. Nous avons besoin de voir fleurir des approches plus riches et plus complexes. Il faut contaminer la profession profondément." Bonne nouvelle, la contamination est activée. Le Cibi compte aujourd'hui 289 démarches de labellisation engagées. Et ce ne sont pas les 144 écologues assesseurs de l'association qui s'en plaindront.

LIRE AUSSI " Le vivant est en crise "

Partager :