La chaufferie bois, une solution écologique développée par le SDEM50 dans le département de la Manche

Rédigé par
SDEM 50

2448 Dernière modification le 20/01/2023 - 11:35
La chaufferie bois, une solution écologique développée par le SDEM50 dans le département de la Manche


Depuis quelques années, nous assistions à un ralentissement du nombre de projets de chaufferies bois en milieu rural. Ce ralentissement était dû au prix inférieur des énergies fossiles, mais également aux compétences techniques, économiques et juridiques requises pour la mise en œuvre de ces équipements.

Les chaufferies bois, de petite puissance en milieu rural, représentent pourtant un intérêt majeur pour atteindre les objectifs collectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre, mais également de maintien, voire de reconquête du tissu bocager Normand en valorisant la haie et les produits de sa gestion durable.
 
Et si nous y rajoutons le contexte énergétique actuel, alors l’intérêt n’est plus à démontrer !

Un syndicat engagé en faveur du développement de son territoire

Le département de la Manche est un territoire propice au développement de chaufferies biomasse du fait de sa physionomie rurale et de la présence de nombreuses haies bocagères.

Fort de ce constat et de sa proximité avec les collectivités Manchoises , le SDEM50 (Syndicat Départemental d’Énergie de la Manche) décide début 2018, de se positionner comme porteur de projet avec la volonté d’agir pour favoriser le développement des chaufferies bois sur le département. 

Pour cela, le syndicat décide d’intégrer dans ses statuts, une nouvelle compétence de production et de distribution publique de chaleur. Cette nouvelle mission s’inscrit pleinement dans les démarches que le syndicat accompli au quotidien auprès de ses communes adhérentes en les conseillant pour réaliser des économies d’énergies et en leur apportant une assistance technique en amont des travaux.

Le rôle du SDEM50

Rapidement le syndicat décide de proposer une solution « clef en main » qui consiste à assurer les missions suivantes :

  • Les études d’opportunités qui sont réalisées en interne au sein du pôle Energies ; 
  • La rédaction des dossiers de demandes de subventions ;
  • Le financement des études de faisabilité réalisée par un prestataire retenu dans le cadre d’un accord cadre bon de commande ;
  • La maitrise d’ouvrage des chaufferies et réseaux de chaleur ;
  • L’approvisionnement local agricole dans un rayon de 20km en s’appuyant sur une CUMA départementale ;
  • La vente d’énergie à l’euro coûtant. 

En effet, du fait de sa compétence en « Conseil en Énergie Partagé » (CEP) et sa proximité avec les communes rurales, le SDEM50 est le partenaire désigné pour réaliser les études préalables permettant de valider la pertinence technique et financière des projets visant à recourir à ce mode de chauffage.

Cette expertise permet par exemple d’éviter un surdimensionnement des chaudières qui a été par le passé source de certains dysfonctionnements qui pénalisent encore aujourd’hui l’image du bois énergie. 

Au-delà de cet accompagnement technique, le SDEM50 apporte aussi un soutien juridique et financier puisqu’il propose de prendre en charge la globalité des projets (études, conception, construction, exploitation,) permettant ainsi d’accroître l’intérêt du bois énergie par rapport aux énergies fossiles et favoriser le développement d’une économie locale en circuit court.

La ressource Bocagère

S’il y a peu de forêts dans la Manche (26 289 ha pour une occupation de 4,4% de la superficie du département), cette dernière est connue pour son bocage et ses haies. Les haies font l’objet d’un entretien et leur renouvellement par recépage, produit du bois valorisable sous forme de plaquette bocagère. C’est cette forme de bois qui génère une filière en ex-Basse-Normandie et notamment dans la Manche. La densité de haie la plus importante de France est dans la Manche avec une distance de 80 000 km de haie pour 53 000 km exploitable.

La haie est une « forêt linéaire », elle a besoin d’être entretenue et de cette manière elle peut être renouvelée tous les 12 à 15 ans. L’ensemble des haies du patrimoine de la Manche représente un linéaire exploitable de 3 533 km/an, soit 883 333 m3 de bois déchiqueté, ce qui équivaut à 220 833 tonnes mobilisables chaque année.

Un partenariat avec l’ADEME, la Région Normandie et le Conseil Départemental de la Manche depuis 2017

Le SDEM50 et ses partenaires l’ADEME, la Région Normandie et le conseil Départemental de la Manche ont souhaité mettre en œuvre un dispositif permettant de massifier les petits projets et ainsi pouvoir bénéficier du fonds chaleur habituellement réservé aux projets de grandes tailles. 

Cela s’est traduit par la signature d’un contrat patrimonial proposé par l’ADEME avec des objectifs de développement de projets (soit 1 200 MWh renouvelables) sur une durée de 5 ans, associé à une aide de la Région Normandie (programme Idée Action) et à une convention avec le Conseil Départemental de la Manche.

Un dispositif florissant

Le succès est très vite au rendez-vous, puisque 5 chaufferies sont mises en service sur la saison 2021.
De plus, un deuxième contrat plus ambitieux de 3 000 MWh est signé avec l’ADEME et déjà à son actif une nouvelle chaufferie mise en service en octobre 2022, une autre bientôt en travaux et une forte demande pour des projets de plus en plus importants. 

Aujourd’hui, c’est donc 3,7 millions d’euros qui ont été investis par le SDEM50 dans la réalisation de ces sept chaufferies bois et réseaux de chaleur avec toujours la même volonté d’assurer un service public du chauffage pour les collectivités adhérentes.

Ces équipements permettent de valoriser annuellement 1 335 tonnes de bois déchiqueté, exclusivement issues de haies bocagères, valorisées dans le respect d’un plan de gestion durable, contribuant ainsi à la préservation du bocage.

Afin de permettre au plus grand nombre de comprendre le fonctionnement d’une chaufferie bois déchiqueté avec réseau de chaleur, le SDEM50 a décidé d’en réaliser une vidéo explicative, en se rendant sur l’une d’entre-elles : 
 

 

Un article rédigé par le Syndicat Départemental d’Énergies de la Manche (SDEM50)


Retour à la page d'accueil du dossier

 

Partager :