COP28 : Climate Chance fait le bilan mondial de l'action climat

Rédigé par
Anne-Sophie Tardy - Construction21

Responsable de l'éditorial

691 Dernière modification le 27/11/2023 - 10:38
COP28 : Climate Chance fait le bilan mondial de l'action climat

Selon la sixième édition du bilan dressé par l'Observatoire Climate Chance en amont de la COP28 à Dubaï, les technologies de rupture telles que l'hydrogène et le CCUS sont encore trop marginales dans le monde et la production d'électricité fossile ne diminue toujours pas.

Jeudi 30 novembre débute la COP28 à Dubaï et avec elle, le temps de regarder les efforts réellement réalisés depuis l'Accord de Paris en 2015. A l'occasion de ce premier bilan global, Climate Chance publie un panorama des actions mises en œuvre par les entreprises, les collectivités territoriales et la société civile du monde entier pour réduire les émissions de CO2 de la production d'énergie, des transports, des bâtiments, de l'industrie ou encore des déchets et de l'usage des sols. Si ce rapport se veut lucide sur la situation, "nous ne tiendrons pas l'objectif de stabilisation du climat sous les 1,5 °C d'augmentation", constate Ronan Dantec, président de l'association, qui souligne également la multiplication des initiatives, la mutation de certains secteurs et le rôle clé des territoires.

"Des signaux positifs existent, même si nous n'éludons pas dans ce rapport une tendance très claire à l’échelle mondiale : l’uniformisation des modes de vie sur des modèles très consuméristes, déplore Ronan Dantec. La bataille culturelle de la sobriété est loin d’être gagnée." Climate Chance dresse donc dix grands enseignements de ce bilan prouvant que le chemin est encore long. Première constatation, les émissions mondiales de CO2 continuent de croître et ce malgré l'Accord de Paris et la Covid-19. De même, la production d'électricité à base d'énergies renouvelables augmente, mais la production fossile ne baisse toujours pas.

Le transport électrique proche du burn-out

Concernant les mobilités, Climate Chance estime que la transition vers l'électrique reste surpassée par la demande croissante des transports. Quant au secteur du bâtiment, selon l'association, les politiques de décarbonation ne sont pas à la mesure des besoins de rénovation et de construction. Si l'innovation est à saluer, Climate Chance estime que les technologies de rupture à l'instar de l'hydrogène vert et du captage, stockage et utilisation du CO2 (CCUS) restent marginales et dépendantes des industries fossiles.

Autre enseignement du rapport, voire même interrogation, le puits carbone continue de s'effondrer malgré le ralentissement de la déforestation. Le recyclage, quant à lui, semble perdre du terrain dans le monde, mais bonne nouvelle soulevée par Climate Chance, de nouvelles filières industrielles circulaires se développent, comme le réemploi sur les chantiers en France. 

Reste à voir comment ces enseignements seront exploités par les parties prenantes, entreprises privées, société civile mais également gouvernements. Et Ronan Dantec, président de Climate Chance de conclure : "sans analyse lucide, il est impossible de définir des scénarii crédibles de stabilisation du climat, nécessaires pour entraîner mobilisation et engagement à la hauteur des enjeux."

Partager :