Performances thermiques et tests d’équipements : cinq bâtiments à l’échelle 1 pour mener des expérimentations

 performance énergétique  performance thermique  biosourcé  cycle cerema  cycle batimat
Publié par Roche Ceridwen

A Angers, le Cerema bénéficie d’une plateforme expérimentale à l’échelle 1 permettant de tester des équipements, de disposer de données de mesure pour valider des modèles de simulations ou d’évaluer la performance thermique de solutions techniques. Eclairage avec Viviane Le Tirilly, directrice adjointe du département laboratoire.

 

En quoi consiste la plateforme d’expérimentation d’Angers ?

C’est un ensemble d’équipements qui existe depuis une dizaine d’années et qui a pour principale caractéristique de proposer des expérimentations à l’échelle 1. Cela permet de prendre en compte des contraintes réelles de fonctionnement qui sont généralement éludées durant les tests en laboratoire qui se déroulent généralement dans des conditions maîtrisées.

Nous proposons, en outre, de travailler sur des sites réellement occupés pour ce qui est de nos deux bâtiments tertiaires. Dans nos expérimentations cela nous permet donc d’inclure un facteur clé : les interactions des utilisateurs avec le bâtiment.

Initialement, la plateforme était surtout tournée vers l’évaluation de la performance énergétique des bâtiments. Aujourd’hui nous avons élargi le spectre des expériences à des éléments de façades, des équipements comme la ventilation ou le chauffage, en tenant compte de la qualité d’usage (confort hygrothermique par exemple) et de la qualité de l’air.

Une autre de nos particularités est de regrouper sur un même site à la fois des bâtiments expérimentaux et les équipes d’experts. Cela ôte le frein de la distance pour certains relevés de données qui peuvent donc être effectués plusieurs fois par jour in situ. Nous sommes ainsi en mesure de préconiser un plan d’expérimentation, d’indiquer quels capteurs utiliser, de réaliser l’enregistrement des données, de les récolter et de les analyser.

L’avantage du Cerema est aussi son réseau interne. En cas de besoin, nous pouvons faire appel à l’expertise de collègues sur des thématiques très pointues.

 

De quels types de bâtiments bénéficiez-vous ?

Nous avons deux bâtiments tertiaires instrumentés et occupés par nos équipes. L’un est un bâtiment neuf performant sur lequel sont mesurés le confort thermique, les consommations et besoins en énergie et les cycles d’occupation. L’autre est un bâtiment rénové et pré-instrumenté pour les suivis énergétiques.

Nous bénéficions aussi d’une maison expérimentale en torchis de 20 m² qui a été construite dans le cadre d’un projet de recherche en partenariat avec le CSTB, plusieurs laboratoires universitaires et des industriels. Nous y testons des solutions d’isolation thermique, d’étanchéité et des systèmes de ventilation et évaluons notamment leurs impacts sur les transferts hygrothermiques à l’intérieur des parois et les risques de pathologies liées à l’humidité.

Nous avons aussi réhabilité d’anciens bureaux en deux cellules de 20m², destinées à l’étude de la rénovation en tuffeau (pierres de taille et moellons). Il y a également d’autres cellules dont les façades peuvent être modifiées en fonction des expérimentations.

Plateforme Angers Cerema efficacité thermique

 

Pouvez-vous nous citer quelques projets emblématiques ?

Nous travaillons à la fois sur de la recherche institutionnelle et pour des industriels. Nous avons par exemple eu un contrat de recherche avec un industriel pour évaluer l’impact des défauts de mise en œuvre des pare-vapeurs.

Nos bâtiments tertiaires nous permettent de mettre en place des outils pour garantir la performance énergétique. Dans le cadre du projet ANR OMEGA, nous avons défini et vérifié des modèles de prédiction des performances énergétiques des bâtiments.

L’un des projets les plus ambitieux a été Humibatex, financé par l’Agence Nationale de la Recherche et réalisé entre 2012 et 2016. Ce projet nous a permis de construire la maison expérimentale HamexReno en pan de bois/torchis dans laquelle nous avons réalisé des expérimentations poussées sur les causes des désordres liés à l’humidité. Nous avons ainsi étudié le comportement de la maison sans isolation, avec de la laine de bois et avec différents scénarios et types de ventilation.

 

Après avoir longtemps travaillé pour l’Etat ou des programmes de recherches publics, le Cerema s’ouvre aujourd’hui à la commande privée. Pouvez-vous nous en dire plus ?

L’expérience de nos chercheurs et experts sur cette plateforme, complétée par de nombreux suivis de bâtiments, peut aussi être mise à contribution pour d’autres bâtiments et pour le compte d’exploitants ou gestionnaires de bâtiments, dans le cadre d’audits spécifiques. Ainsi, une collectivité a sollicité récemment l’accompagnement de cette équipe pour traiter une problématique d’humidité dans un bâtiment neuf.

Au-delà des bâtiments instrumentés qui nous permettent de tester des équipements et de récolter des données, nous offrons aussi des prestations qui correspondent au profil des experts présents sur place. Nous proposons ainsi d’accompagner les acteurs dans la gestion de leur patrimoine dans le but de réaliser des économies d’énergie. Un autre aspect concerne l’économie de la construction, secteur dans lequel nous avons un vrai savoir-faire notamment concernant l’étude des coûts d’emploi des matériaux biosourcés. Nous capitalisons sur des retours d’expériences afin de mettre en œuvre des solutions durables sur les plans écologiques et économiques.

 

Propos recueillis par Clément Gaillard - Construction21


En savoir plus :

La présentation de la plateforme d’Angers

 

 

Le Cerema sera présent au salon Bâtimat, Stand 6-H044: l'occasion de découvrir ses projets de recherche dans le domaine du bâtiment, ses publications et actions de diffusion des connaissances auprès des milieux professionnels, ses modes d'intervention auprès des acteurs du bâtiment.

 

Thématiques des produits et innovations présentés sur son stand :

Lundi 4 après-midi et mardi 5 : Concevoir les bâtiments autrement : comment gagner le pari sur les performances environnementales et thermiques du bâti ? (réhabilitation du patrimoine ancien, mesures et performances du bâtiment E+C-, matériaux bio-sourcés, la nature comme condition de performance des bâtiments…)

Mercredi 6 : Stratégies  immobilières pour limiter et anticiper les changements climatiques (Cube.S, contrats de performance énergétique, projets Carnot…)

Jeudi 7 : Pour une meilleure qualité des environnements intérieurs (accessibilité du cadre bâti et de la chaîne de déplacement, qualité de l’air intérieur, systèmes de ventilation…)

Modéré par : Clément Gaillard

Autres actualités dans "Information"

#11 - L’économie circulaire côté assurance

Publié le 19 nov. 2019 - 14:01

Consciente qu’il faut réfléchir aux contours d’un nouveau modèle, SMABTP a initié un travail collaboratif avec ses partenaires pour assurer les chantiers qui ont recours à des matériaux recyclés ou réutilisés. Les explications de Fabi (...)

#10 - Rockcycle : l’économie circulaire peut s’appliquer au bâtiment

Publié le 19 nov. 2019 - 11:40

En lançant son offre de recyclage et réemploi des déchets de laine de roche en 2012, Rockwool a été l’un des pionniers de l’économie circulaire dans le bâtiment. Le cycle de récupération s’est amélioré et s’ouvre aujourd’hui à davanta (...)

[REX - CREBA] Réhabilitation d’un immeuble situé en secteur protégé en logements à loyers modérés

Publié le 19 nov. 2019 - 11:30

Tous les mois et ce jusqu’à la fin de l’année, un nouveau retour d’expérience est mis en ligne sur le Centre de Ressources pour la Réhabilitation Responsable du Bâti Ancien CREBA. Ces retours d’expérience ont pour objet des réhabilita (...)


Commentaires