Les usages au cœur de la performance des bâtiments

Depuis son lancement en France en 2009, le Contrat de Performance Énergétique (CPE) n’a cessé de se démocratiser. Les donneurs d’ordre, qu’il s’agisse de collectivités locales et territoriales, de bailleurs sociaux ou privés, de parcs résidentiels ou tertiaires, d’industriels… ont tous pris conscience de l’intérêt de cette formule, depuis largement éprouvée.

75% du coût global d’un ouvrage interviennent lors de sa phase d’exploitation et la quasi-totalité de l'énergie consommée au cours du cycle de vie d’un bâtiment est utilisée pour éclairer, chauffer, rafraichir, ventiler, faire fonctionner des appareils électriques, etc.

Une ambition nationale

Dans un contexte de mobilisation planétaire autour du réchauffement climatique, on imagine ainsi aisément les enjeux énergétiques liés aux usages des bâtiments tertiaires et résidentiels, responsables de 25% des émissions de gaz à effet de serre en France, où près de la moitié des bâtiments ont été construits avant 1975.

Le 24 novembre 2017, le gouvernement a présenté son ambitieux Plan de rénovation énergétique des bâtiments attenant au Grand plan d’investissement annoncé quelques mois plus tôt. Ce sont ainsi 500 000 logements qui doivent être rénovés chaque année, un chiffre que le plan prévoit d’atteindre via la massification des travaux « simples » comme l’isolation des combles et le changement des équipements de chauffage. En 2016, la Ville de Paris, par exemple, a confié la rénovation de 140 de ses écoles à ENGIE Cofely avec un objectif de réduction des consommations du parc de 30%.

Quels que soient son approche et son mode de financement, le Contrat de Performance Énergétique répond à trois problématiques qu’il faut envisager simultanément : pérenniser le patrimoine, réduire durablement les consommations d’énergie, et assurer le confort des usagers.
La performance dite « des usages » est désormais prise en compte pour construire une performance globale et réelle.

Un CPE 2.0

Si les objectifs premiers du CPE étaient bien la réduction des consommations et des factures d’énergie, il n’est plus possible de ne considérer la performance d’un bâtiment qu’en termes énergétiques. L’un des enjeux de la rénovation énergétique est de penser le bâtiment au service de ses usages et de s’engager pour la satisfaction des occupants, le tout dans une démarche de pérennisation et de valorisation du patrimoine. Et la valeur d’un immeuble, c’est aussi et surtout sa valeur immatérielle, non quantifiable, qui inclut le capital humain ou encore l’aspect sociétal. On estime aujourd’hui que ce patrimoine immatériel représente 2/3 de la valeur d’un bâtiment, ratio basé sur son attractivité vs sa valeur comptable.

La valeur immatérielle d’un bâtiment est donc la valeur générée par les moyens et services fournis par le bâtiment à ses usagers afin d’augmenter leurs performances. On parle alors de valeurs d’usage. Ces usages évoluent, par exemple dans le tertiaire, où les nouveaux modes de travail révolutionnent les espaces, les comportements et les conditions de travail. Les acteurs des secteurs de l’immobilier et de l’énergie l’ont bien compris : pas de bâtiment durable sans prise en compte des usages finaux. A l’image d’ENGIE, qui a ainsi imaginé le CPE tertiaire 2.0, une offre de rénovation au service du bâtiment et de ses usages appelée Contrat de Performance des Usages Building®. Bien-être, convivialité, adaptabilité et modularité des espaces sont au cœur des engagements de l’offre, preuve du changement de paradigme impulsé chez les énergéticiens et intégrateurs de services.

Quels pourraient être les usages de demain ? Autant d’opportunités qui propulsent les ouvrages dans l’ère de la performance globale, au service du bâtiment et des personnes qui l’occupent. En route pour le CPE nouvelle génération !

Par

Denis Dhugues -  Project Manager Building Renovation ENGIE Cofely
Paulo Cameijo – Directeur de marchés ENGIE Métier BtoB

Dossier GPE
Retrouvez tous les articles du Dossier Garantie de Performance Energétique
en cliquant ici.
Outils juridiques et financiers de l'efficacité énergétique
Intéressé-e ? Rejoignez notre communauté consacrée aux outils juridiques et financiers de l'efficacité énergétique.

Modéré par : Guillaume Aichelmann

Autres actualités dans "Information"

#9 Entretien avec Marika Frenette sur les stratégies de changement des villes et territoires

Publié le 22 juil. 2019 - 15:40

« Il faut changer notre stratégie, mettre en avant l’invisible même s’il est moins beau, plus ingrats » ne cesse de répéter Marika Frenette de Wigwam. Voici un entretien qui nous amène à repenser notre approche du changement que ce (...)

Réinventons nos cœurs de ville : 19 communes lancent leur appel à projets

Publié le 19 juil. 2019 - 10:50

TERRITOIRES. Suite aux Assises du logement, qui se sont déroulées le 24 juin 2019 au Conseil économique social et environnemental (CESE), où 23 élus étaient venus présenter les sites qu'ils ont retenus pour participer au projet "Réinv (...)

Nature en ville et agriculture urbaine dans les projets d’ÉcoQuartier : retour sur la journée du 26 juin 2019

Publié le 19 juil. 2019 - 09:30

Organisé par la Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement de Nouvelle-Aquitaine en partenariat avec le Cerema, le séminaire du club régional ÉcoQuartier du 26 juin à Lormont a réuni une cinquantaine de (...)


Commentaires





Recherchez parmi les Actus

Entrez votre propre mot-clé



Autres actualités



Catégories


Articles les plus lus