Une nouvelle Chaire Ville-Métabolisme, connectée aux enjeux urbains

Rédigé par
Mariette Guermonprez - Construction21

Cheffe de projet concours

342 Dernière modification le 07/02/2024 - 11:10
Une nouvelle Chaire Ville-Métabolisme, connectée aux enjeux urbains

Etudier la ville comme un organisme vivant pour répondre aux défis environnementaux et sociaux, telle est l’ambition de la nouvelle Chaire inaugurée lundi 5 février par l’université Paris Sciences & Lettres, PCA-STREAM, Groupama Immobilier et Artelia.
 

Le projet est né de la collaboration, dès 2017, entre l’agence d’architecture et d’urbanisme PCA-STREAM et plusieurs enseignants-chercheurs de l’université PSL. A l’origine, un constat : les villes fonctionnent en réseaux complexes où s’entrelacent dynamiques écologiques et activités techniques. Pourtant, les études des villes en France restent cantonnées à des disciplines spécifiques, avec
un manque de transversalité, ce qui a abouti à des politiques de planification urbaine inadéquates aux enjeux contemporains. Le concept de « ville métabolisme » permettrait de traiter de toute la complexité des phénomènes urbains et d‘explorer ainsi de nouvelles façons de construire, rénover et d’habiter
nos villes. 

Cette nouvelle Chaire s’inscrit donc au croisement de nombreuses disciplines : urbanisme, anthropologie, physique, chimie, économie (...) et même arts visuels. Sa conception est le fruit de groupes de travail informels entre enseignants-chercheurs et architectes-urbanistes, qui ont permis de trouver un langage commun et de définir plusieurs axes de recherche. 

Objectifs et défis de la Chaire
Comme l’affirme Perig Pitrou, anthropologue et responsable scientifique de la Chaire, l’ambition de cette dernière est de "tenter de penser des constructions urbaines et humaines qui viennent mieux s'insérer dans des milieux écologiques". Plus précisément, les travaux de la Chaire répondront à trois besoins :

  • mieux diagnostiquer les problèmes urbains ;
  • éclairer les décideurs pour un urbanisme plus en phase ;
  • former les étudiants différemment pour qu’ils puissent mieux anticiper et 
  • étudier les défis auxquels font face les villes.  

Derrière ces objectifs se cachent des réponses à d’autres enjeux. Comment améliorer la qualité de vie des citadins et rendre les villes à nouveau désirables ? Comment transformer et réparer les éléments déjà construits ? Comment préserver les milieux écologiques dans l’espace urbain ? Comment mettre à profit les nouvelles technologies et les données récoltées pour informer nos méthodes ?

Sur le terrain
Les publications des groupes de travail de la Chaire seront accessibles par tous, sur la plateforme numérique hébergée par PCA-STREAM. Deux territoires aux antipodes se sont également portés volontaires pour permettre aux chercheurs d’expérimenter l’approche : l’établissement public Paris-La Défense et la Ville de Saint-Dizier. Le quartier d’affaires parisien espère que l’analyse interdisciplinaire et « plus libre » de la Chaire permettra de trouver des solutions aux problèmes qui découlent de la planification urbaine extrême dont elle a fait l’objet, telle que la demande de transformation des espaces de bureaux délaissés en logements.

L’établissement public a accumulé de nombreuses données – et a même réalisé un jumeau numérique en partenariat avec le CSTB – qui seront mises à disposition des groupes de travail. La Ville de 
Saint Dizier est elle à l’image des villes moyennes marquées par un déclin démographique dû à la désindustrialisation. La Mairie a entamé depuis plusieurs années une refonte de ses méthodes pour rendre la ville plus attractive, et compte donc sur les travaux de la Chaire. 

Portée par l’Université PSL, à l’initiative de l’agence d’architecture PCA-STREAM, la Chaire Ville Métabolisme est un programme interdisciplinaire de recherche-action soutenu par Groupama Immobilier, Artelia et PCA-STREAM.

Partager :