Un budget transport historique sur les rails en Centre-Val de Loire 

Rédigé par

Stéphanie Santerre - Construction21

Journaliste

543 Dernière modification le 21/11/2023 - 10:40
Un budget transport historique sur les rails en Centre-Val de Loire 

Après la Région Pays de la Loire, c’est au tour de la Région Centre-Val de Loire de se voir dotée d’un budget « historique » pour ses infrastructures de transport, dans le cadre du contrat de plan Etat-Région et du protocole relatif au volet mobilités. 


Au total, plus de 500 millions d’euros seront investis pour renforcer l’offre de transport et « verdir les mobilités du territoire », communiquent les deux parties, suite à la rencontre entre Clément Beaune, ministre délégué chargé des Transports et François Bonneau, président de la Région Centre-Val de Loire. A l'instar des Pays de la Loire, les crédits annuels engagés par l’Etat et par la Région ont plus que doublé par rapport à la période précédente. 

Lire aussi : L’État double la mise sur les infrastructures en Pays de la Loire

Cet accord vise à répondre aux objectifs fixés par la loi d’orientation des mobilités de 2019 : « la réduction des inégalités territoriales, le renforcement de la cohésion des territoires, l’amélioration de la desserte des villes, territoires ruraux et périurbains et l’accélération de la transition écologique ». Avec 373 millions d’euros consacrés au ferroviaire, soit près des trois quarts de l’enveloppe, les priorités de ce contrat sont notamment de renforcer les offres de mobilités durables autour des métropoles et de Tours pour améliorer leur accessibilité depuis les zones périurbaines et rurales, ou encore de régénérer et moderniser les petites qui permettent de desservir les territoires, notamment ruraux. Autres objectifs : développer le fret, rendre les gares ferroviaires plus accessibles et améliorer les axes ferroviaires structurants. 

Mobilités vertes au menu 
En complément, l’Etat consacrera 135 millions d’euros sur la seule région Centre-Val de Loire pour la ligne Paris-Orléans-Limoges-Toulouse « afin d’améliorer la qualité de la desserte de cet axe majeur pour les territoires de la région. » Le vélo constitue également un aspect majeur du contrat : 96 millions d’euros, soit près de 20 % des crédits, seront consacrés au développement des véloroutes. « Avec un effort inédit par son ampleur et ses ambitions, le Centre-Val de Loire pose les bases des mobilités de demain, commente François Bonneau. En combinant avec les investissements sur le renouvellement et le verdissement des matériels roulants et sur l'exigence de service au travers de sa convention TER, c'est l'ensemble du réseau RÉMI qui progresse pour offrir à toutes et tous une alternative durable aux déplacements du quotidien. »

Partager :