Trophées Bâtiments Résilients : Un Campus Sanitaire et Social résilient au climat tropical de la Guadeloupe

1309 Dernière modification le 02/11/2023 - 09:39
Trophées Bâtiments Résilients : Un Campus Sanitaire et Social résilient au climat tropical de la Guadeloupe

Suite de la campagne de valorisation des lauréats des Trophées Bâtiments Résilients 2022, avec le Campus Sanitaire et Social situé en Guadeloupe qui a remporté le premier Prix Tertiaire et Industriel.


L’université autour des métiers de la santé et du social, dont il est question ici, est un ensemble de deux bâtiments situés en outre-mer, plus précisément à Basse-Terre, en Guadeloupe. Livré en 2015, ce site est exposé à divers aléas, tels que :

  • Le risque de vents forts et de cyclones
  • La canicule
  • Le risque sismique
  • Les inondations par ruissellement

Pour faire face à ces aléas, le complexe combine résilience et solutions fondées sur la nature, incarnant ainsi une approche novatrice de l’architecture bioclimatique.

La conception du Campus Sanitaire et Social, dirigée par l’architecte Périne Huguet, repose sur une analyse minutieuse des contraintes et des opportunités offertes par le site en termes de conditions climatiques et environnementales. Les deux bâtiments, orientés nord-sud et reliés par des passerelles en bois « ouvertes à tous les vents » surplombant une coulée verte, sont au cœur de cette approche qui prend en compte non seulement la fonctionnalité mais également la résilience aux aléas naturels.

En effet, cette conception présente plusieurs avantages : elle permet aux vents cycloniques de s’engouffrer sans abîmer la structure, apporte fraîcheur et ombrage aux occupants en période de fortes chaleurs, tout en servant de refuge pour la biodiversité.

De plus, des espaces traversants et ouverts ont été prévus dans chaque bâtiment, contribuant ainsi à contrer les vents cycloniques, favorisant la circulation d’air et maintenant une atmosphère fraîche. Les pare-soleils en bois sur l’édifice éducatif, en plus de lutter contre les températures élevées, ont pour fonction d’arrêter les éventuels projectiles et de protéger les façades en cas de vents forts, voire de cyclones.

La problématique des séismes a également été prise en compte, puisque le Campus Sanitaire et Social se situe en zone de sismicité 5, nécessitant l’application de normes parasismiques strictes au projet.

Enfin, des efforts importants ont été déployés pour limiter le ruissellement, avec plus de 90% des sols végétalisés, pour favoriser l’infiltration des eaux de pluie.

La « coulée verte » située entre les deux blocs constitue une percée herbeuse venant apporter de la fraicheur à proximité des bâtiments et tous les bienfaits de la biodiversité au projet.

Périne Huguet l’indique en guise de conclusion : "Nous pensons que ce bâtiment est un exemple d’adaptation à tous les aléas sismiques ou climatiques. Nous avons fait en sorte que chaque espace soit traité selon ses spécificités et l’adaptation à ces différents risques".

Rendez-vous le 14 novembre pour découvrir le 1er Prix Résidentiel (habitat individuel ou collectif). 

Consulter la source

Partager :