Souveraineté énergétique : la Fedene veut retrouver la chaleur perdue dans la loi

Rédigé par

Anne-Sophie Tardy - Construction21

Responsable de l'éditorial

1348 Dernière modification le 11/01/2024 - 10:37
Souveraineté énergétique : la Fedene veut retrouver la chaleur perdue dans la loi

Alors qu’un projet de loi sur la souveraineté énergétique doit être présenté en conseil des ministres, la Fedene a réaffirmé "le rôle essentiel de la chaleur renouvelable et de récupération dans le mix énergétique national".

"Il est urgent de développer la chaleur et le froid renouvelables tout autant que de récupérer la chaleur perdue." Ce sont les mots de la Fedene à la lecture du projet de loi sur la souveraineté énergétique en consultation avant sa présentation en conseil des ministres au plus tard début février. L'organisation regroupant plusieurs syndicats professionnels de l'efficacité énergétique a souhaité rappeler l'importance de la chaleur, qui représente "près de la moitié de l’énergie consommée, mais un quart seulement de cette chaleur est issu de source d’énergie renouvelable", constate la fédération.

Tout n'est pas à jeter dans ce projet de loi, selon la Fedene qui salue la présence d’un objectif de chaleur et de froid renouvelable. "C’est la première fois que le froid est mentionné dans la loi : cela traduit une réelle prise de conscience du fait que, pour s’adapter au changement climatique, il est indispensable de développer des modes de rafraîchissement vertueux, comme les réseaux de froid ou les pompes à chaleur géothermiques." Cependant, le gouvernement pouvait mieux faire d'après l'organisation.

La Fedene regrette en effet l’absence de mention de la chaleur de récupération, chaleur issue des fours d’usines, des déchets ou encore des datacenters. "Ces ressources, encore largement inutilisées en France, sont indispensables pour atteindre les objectifs de défossilisation de la chaleur. Pour réussir, il faudra mobiliser toutes les ressources : celles-ci, la géothermie, le solaire thermique, le bois énergie."

La chaleur perdue, l'arme fatale pour décarboner l'énergie

La fédération milite surtout pour une action immédiate. "Au-delà des objectifs, ce qui est clé c’est d’engager dès maintenant les moyens d’atteindre ces objectifs : 2030, c’est demain", a insisté l'association avant de détailler ses mesures "concrètes et efficaces " à mettre en place "rapidement pour s'assurer que ces objectifs soient atteints".

Ont notamment été proposées l'amélioration de certains dispositifs existants (CEE, cumul des aides fonds chaleurs et CEE, CPE avec obligation de résultats…), la révision à la hausse de la trajectoire du Fonds chaleur, la création de nouveaux outils pour faciliter le financement des projets de récupération de chaleur fatale industrielle (fonds de garantie chaleur fatale), une meilleure valorisation du potentiel de chaleur de récupération des déchets, ainsi qu'une précision de la trajectoire de croissance des usages de la biomasse et établir un diagnostic partagé de l’usage de la biomasse, avec la mise en place d’un pilotage de l’évaluation des ressources et d’un suivi de son utilisation.

La Fedene attend désormais "un engagement fort de la part du gouvernement" afin de publier "au plus vite" la nouvelle PPE et de lancer, "sans attendre l’issue des débats législatifs, les mesures concrètes nécessaires".

Partager :