Prise de parole d'Emmanuel Macron à la COP28 : haro sur le charbon, feu sur le nucléaire

Rédigé par
Amandine Martinet - Construction21

Journaliste

453 Dernière modification le 05/12/2023 - 13:21
Prise de parole d'Emmanuel Macron à la COP28 : haro sur le charbon, feu sur le nucléaire

 

Deux jours après le lancement de la Conférence de Dubaï de 2023 sur les changements climatiques, vendredi 1er décembre, le président de la République française s'est exprimé pendant une dizaine de minutes sur les priorités dessinées par sa politique pour agir pour le climat. 

COP28, J+4. Dès les premiers jours de cet événement mondial de lutte contre le dérèglement climatique, les chefs des 197 pays participants ont été invités à prendre la parole pour donner les grandes lignes de leur vision de la transition écologique et énergétique. 

C'est l'exercice auquel s'est prêté Emmanuel Macron, qui était présent à Dubaï vendredi 1er et samedi 2 décembre. Que retenir de son discours, prononcé vendredi après-midi ? 

Tout d'abord que l'ordre du jour est bel et bien toujours à la sortie définitive des ressources fossiles. En ligne de mire notamment, le charbon. Le président de la République a exhorté les pays du G7 à sortir du charbon avant 2030, regrettant un calendrier actuel trop tardif. Une priorité d'action : arrêter les investissements privés dans les centrales à charbon. Devront suivre dans cette trajectoire dans un second temps les pays émergents, selon le chef de l'État. 

Autre cap fixé : miser plus que jamais sur le nucléaire. En effet, pour Emmanuel Macron, il ne peut exister de transition énergétique réussie en se reposant uniquement sur le EnR — même si ces dernières doivent y avoir leur part. La France fait ainsi partie des pays signataires de deux déclarations établies dans le cadre de la COP28 : l’une appelant à tripler les capacités d’énergies renouvelables d’ici à 2030 et l’autre visant à tripler les capacités nucléaires d’ici à 2050. 

Cette volonté exprimée de mettre un coup d'arrêt sur les ressources fossiles est intervenue quelques jours seulement avant que des propos controversés du président du sommet, Sultan al-Jaber, ne reviennent sur le devant de la scène, publiés par le Guardian dimanche 3 décembre. Dans un échange avec l'ancienne présidente irlandaise Mary Robinson organisé par l'initiative She Changes Climate, l'émirati affirme que mettre fin aux énergies fossiles pourrait « ramener l'humanité à l'âge des cavernes ».

Dans ce contexte particulier, rappelons qu'un accord final sur la sortie des énergies fossiles doit être trouvé par les membres de la COP28 d'ici au 12 décembre prochain. L'histoire ne dit pas encore si les lignes du président de la République française s'y retrouveront. 

 

Partager :