[Etude] 4,8 millions de passoires énergétiques au compteur français

Rédigé par

La rédaction C21

1172 Dernière modification le 30/11/2023 - 10:24
[Etude] 4,8 millions de passoires énergétiques au compteur français

Selon les statistiques de 2023 des classes DPE du ministère de la Transition écologique, la France compterait 30 millions de résidences principales dont 4,8 millions sont des passoires énergétiques, et 1,8 million peu énergivores. Hellio en rappelle aujourd'hui les principaux enseignements. 

Dans l’optique d’une amélioration significative des performances énergétiques, les diagnostics de performance énergétique (DPE) permettent de faire le point sur la consommation d’énergie et les émissions de gaz à effet de serre de chaque logement. Cette démarche s’inscrit dans l’initiative de réduire les passoires énergétiques en incitant à la rénovation énergétique.

Régulièrement, une étude sur le parc de logement permet de visualiser les évolutions sur l’efficacité énergétique en France. En 2023, divers changements ont été faits sur la méthodologie appliquée aux DPE. La récente étude réalisée auprès de 37 millions de logements dévoile ainsi de nouveaux chiffres.

Parc logement par classe de performance énergétique : chiffres clés des résidences principales

  • 15,7 % avec étiquettes F et G sont des passoires énergétiques
  • 6 % avec étiquettes A et B sont peu énergivores
  • 24 % avec étiquette C
  • 33,3 % avec étiquette D
  • 21 % avec étiquette E

La performance énergétique des résidences secondaires et les logements vacants
Les résidences secondaires et les logements vacants ont les chiffres les plus élevés en termes de logements énergivores.

  • 30 % des résidences secondaires (1,1 million de logements) estimées en tant que passoires énergétiques (étiquettes F et G)
  • 24 % des logements vacants (0,7 million de logements) considérés comme passoires énergétiques (étiquettes F et G)

La performance énergétique du parc locatif social et du parc privé

La classe DPE est de plus en plus scrutée, à l’heure où la location des passoires thermiques est progressivement interdite. En effet, la Loi prévoit que les habitations consommant trop d'énergie soient considérées comme « indécentes », et donc impropre à la location.

Dans le parc locatif social et le parc privé, on distingue les appartements et les maisons. Ils sont différenciés dans les statistiques afin d’identifier la performance énergétique de chaque type de logement.

Le parc locatif social a une meilleure performance énergétique avec 380 000 logements, dont 8,1 % de logements considérés comme passoires énergétiques (étiquettes F et G).

  • 8,2 % pour les appartements
  • 7,3 % pour les maisons

Le parc privé, qui représente 4,4 millions de passoires énergétiques, a un taux plus élevé de passoires énergétiques : 17,1 % ayant les étiquettes F et G soit 134 000 logements.

Le parc locatif privé avec étiquettes F et G est composé de :

  • 17,1 % pour les appartements
  • 21,6 % pour les maisons

Les logements occupés par les propriétaires avec étiquettes F et G représentent :

  • 13,3 % pour les appartements
  • 17,4 % pour les maisons

Consulter l'étude 

-> Quelles régions ont les logements les plus économes ? Consulter la source

Partager :