Logement : France Urbaine plaide pour l'engagement du gouvernement

Rédigé par

Stéphanie Santerre - Construction21

Journaliste

267 Dernière modification le 21/02/2024 - 11:03
Logement : France Urbaine plaide pour l'engagement du gouvernement

Logement, transition écologique..., entre autre dossiers prioritaires, Johanna Rolland, présidente de France urbaine a fixé les priorités des grandes villes et métropoles lors d’une rencontre avec le Premier ministre.

Johanna Rolland, présidente de France urbaine, maire de Nantes, présidente de Nantes Métropole, a rencontré ce jour le Premier ministre, Gabriel Attal à Matignon. Au nom de France urbaine – qui représente des territoires émettant deux tiers des émissions de GES et 30 millions de Français, dont 2/3 de la population la plus modeste - elle a livré les enjeux majeurs des grandes villes et métropoles.

« Être utile et faire avancer le pays »

Pour être efficaces et répondre notamment au défi climatique, les territoires urbains plaident en faveur de la création d’une Autorité organisatrice de la transition écologique solidaire (AOTES), qui s’appuierait sur les grandes intercommunalités et métropoles. Cette nouvelle étape de la décentralisation est l’une des contributions portées à l’attention du député de l’Oise, Éric Woerth, qui s’est vu confier une mission par le président de la République sur les enjeux de la décentralisation. L’occasion d’énoncer des contreparties nécessaires : « Nos territoires émettant 2/3 des GES, nous souhaitons obtenir deux tiers des crédits du Fonds vert. À cet égard, nous déplorons la réduction du Fonds vert, dès cette année, avec une diminution annoncée de 400 millions d’euros. C’est un très mauvais signal pour nos territoires engagés dans la transition écologique et énergétique », a expliqué la présidente de France urbaine. Il a été demandé au Premier ministre de reconsidérer les taux plafonds du Versement mobilités (VM) dans les grandes agglomérations pour une offre à la hauteur des enjeux.

Des engagements sur le logement et la rénovation énergétique

Face à la crise sans précédent que traverse le secteur du logement, Johanna Rolland a rappelé la nécessité que l’État s’engage pleinement, en particulier sur l’hébergement d’urgence qui est et doit rester de la compétence de l’État. Elle a également plaidé contre toute remise en cause de la loi SRU, qui permet de loger des ménages aux revenus modestes : « Le détricotage de cette loi fragiliserait notre pacte républicain déjà fracturé ».

La présidente a aussi proposé un renforcement des Autorités organisatrices de l’habitat (AOH) portées par les intercommunalités, sur la base du volontariat. « Il convient d’aller plus loin et plus vite, via ces AOH notamment en leur déléguant les crédits de la rénovation énergétique des logements pour plus d’efficacité ».

Partager :