La forte croissance de l'industrie de l'immobilier et de la ville face à l'exigence climatique

Après un coup d’arrêt brutal en 2020, l’industrie de l’immobilier et de la ville a davantage rebondi en 2021 que l’ensemble de l’économie française. Elle s’affirme même comme la première filière économique du pays, révèle la 6e édition du Panorama de l’Immobilier et de la Ville*. Elle affiche une croissance de + 7,7 % entre 2020 et 2021, contre + 7,0 % pour l’ensemble de l’économie. Elle a donc contribué à l’effort de relance et représente désormais 11 % du PIB.

Net rebond en 2021 pour l’immobilier et la ville

Trois dirigeants sur quatre disent avoir égalé ou dépassé en 2021 leur niveau d’activité de 2019.

Cette forte reprise a permis aux entreprises et organisations de l’immobilier et de la ville de créer plus de 70 000 emplois nets en 2020 et 2021 afin d’accompagner la reprise et les mutations servicielles, environnementales et digitales en cours dans tous les secteurs. En 5 ans, l’industrie de l’immobilier et de la ville, qui totalise aujourd’hui 2,3 millions d’emplois, aura créé près de 230 000 postes.

2022 semble poursuivre cette dynamique : 84% des 700 dirigeants interrogés se déclarent optimistes pour les perspectives économiques de leur activité.

 

De forts besoin en compétences, mais des difficultés à recruter

Cet optimisme se retrouve dans les intentions de recrutement. Ainsi, trois dirigeants sur quatre annoncent leur intention de recruter de nouveaux collaborateurs au cours des trois prochaines années. Optimisme partagé par les étudiants, une des cibles de la filière, dont 90 % se disent confiants quant au rebond de l’activité et la poursuite des recrutements.

Pour autant, les dirigeants se disent confrontés à toujours plus de difficultés de recrutement. Plus de trois quarts d’entre eux (76 %) peinent à trouver les bons candidats, ce qui place la filière parmi les secteurs économiques les plus affectés par cette tension. La moitié des dirigeants regrette un manque de candidatures ou une inadéquation entre les candidats et les profils recherchés.

 

Un secteur à mi-chemin sur les enjeux climatiques

La lutte contre le changement climatique est identifiée comme l’enjeu stratégique n°1 (59 % des dirigeants interrogés), et ce devant le vieillissement de la population (46 %), mais aussi la digitalisation des services et modes de vies (46 %).

Toutefois, face à ce compte-à-rebours climatique, seuls 26 % des dirigeants considèrent que les actions déployées sont à la hauteur de l’urgence climatique.

Côté étudiants, 68 % d’entre eux soulignent que les enjeux environnementaux sont déterminants dans leur recherche d’emplois. Ils sont même 44 % à se dire prêts à refuser un poste s’ils jugent qu’une entreprise ne déploie pas suffisamment d’actions concrètes en la matière.

 

Périmètre de l’étude

*La 6e édition du Panorama de l’Immobilier et de la Ville a été réalisée par EY, la Fondation Palladio et Business Immo, en partenariat avec 35 fédérations et organisations professionnelles, couvrant plus de 100 métiers réunis au sein de 8 secteurs d’activités interconnectés : architecture-urbanisme-aménagement, construction des bâtiments, commercialisation, expertise-conseil, gestion de l’immobilier, ingénierie-prestations techniques, investissement-financement, promotion immobilière. Près de 650 dirigeants et 500 étudiants ont été interrogés d’octobre à novembre 2021, auxquels s’ajoutent 31 entretiens approfondis de dirigeants.

Le périmètre couvre l’ensemble des produits immobiliers au cœur du quotidien et des préoccupations des Français, des entreprises et des acteurs publics : logement, équipements publics, immobilier d’entreprise, commerce et loisirs, foncier.

 

Retrouvez ici l'intégralité de l'étude

 bâtiment
 villes et territoires
 emploi
 économie
 climat
 recrutement

Auteur de la page


  • Autres actualités

    Plus d'articles

    Sur les mêmes thèmes

     bâtiment
     villes et territoires
     emploi
     économie
     climat
     recrutement