L’énergie mondiale fait grimper la cote du CO2

Rédigé par

Stéphanie Santerre - Construction21

Journaliste

322 Dernière modification le 04/03/2024 - 11:00
L’énergie mondiale fait grimper la cote du CO2

Encore un record dont la planète se passerait bien. Après l’augmentation de la température mondiale de l’air de 1,5 °C établie en ce début d’année, ce sont les émissions mondiales de CO2 qui plombent une nouvelle fois le bilan de l’énergie dans le monde.

Selon le dernier rapport de l’Agence internationale de l’énergie (AIE), les émissions mondiales liées à l’énergie ont ainsi bondi de 1,1 % en 2023, un record imputé notamment à la faible production hydroélectrique causée par les sécheresses et la croissance des économies émergentes, Chine en tête. Selon l’agence, ces émissions énergétiques, qui représentent près de 90 % du gaz carbonique émis par les humains, ont progressé de 410 millions de tonnes pour atteindre 37,4 milliards de tonnes l’an dernier. Si la courbe ne fléchit pas, celle-ci n’est toutefois pas aussi flagrante que l’année 2022, période où les GES avait augmenté de 490 millions de tonnes.

Le pic de fossiles avant 2030

A l’instar de son précédent bilan publié en octobre 2023, l'AIE maintient que les énergies fossiles – charbon, pétrole et gaz, connaîtront un pic avant 2030. Avant cette prévision, le pic de la demande en gaz naturel était plutôt situé autour de 2035. Son directeur exécutif, Fatih Birol, souligne toutefois le bénéfice progressif des énergies « propres » dont les renouvelables, dont la transition « se poursuit rapidement et freine les émissions ; même avec une demande énergétique mondiale augmentant plus rapidement en 2023 qu’en 2022 ». Sans l’élan apporté par le renouvelable, cette augmentation « aurait été trois fois plus importante sans le déploiement de cinq technologies clés : le solaire, l’éolien, le nucléaire, les pompes à chaleur et les voitures électriques », conclut l’AIE.

wwww.depositphotos.com

Partager :