Comment bien aborder la transition numérique du secteur du BTP ? Deux questions à Franck Le Nuellec du CCCA-BTP

Construction21 s'est entretenu avec Franck Le Nuellec, Directeur Marketing, Développement et Innovation Stratégique au CCCA-BTP, à propos de la numérisation des pratiques dans le monde du bâtiment. Quelles aptitudes sont recommandées pour se préparer et tirer profit de ces évolutions, et quel accompagnement est proposé par le CCCA-BTP en ce sens ?  

Les pratiques numériques font évoluer les métiers du BTP, quelles compétences et notamment quelles soft skills sont nécessaires pour s’y adapter ? 

Commençons déjà par identifier ces grandes mutations. Dans un premier temps, nous avons la connexion des chantiers. C’est une révolution pour la construction, la conception et l’usage du bâtiment. Le jumeau numérique est notamment un élément essentiel, puisqu’il amène à penser le projet dans sa globalité. L’accélération du BIM correspond également à une nouvelle façon de travailler, liée à l’interopérabilité entre les corps de métier du BTP. Enfin, il faut souligner le développement des marketplaces, qui fait que nous passons d’une relation très locale et centrée sur l’humain à une dématérialisation de la relation. Il faut donc désormais soit passer par des intermédiaires, soit se mettre au digital. 


Sur cela, nous avons un élément clé en termes de compétences qui est l’exploitation de la data, qui ne cesse d’augmenter. L’important est d’arriver à les utiliser à bon escient pour gagner en performance et en efficience. 


Par ailleurs, le mode projet est indispensable car nous assistons aujourd’hui à une percée de plus en plus forte du hors site. Cela comprend l’optimisation des tâches, la mesure des engagements, l’accélération de l’usage des nouveaux matériaux et l’évolution des techniques de construction.  


Du côté des soft skills requis, je pense au décloisonnement des métiers. Aujourd’hui, le numérique et les enjeux environnementaux demandent d’avoir la capacité de transversaliser les approches métiers et ne plus travailler seul dans son coin. Il faut donc apprendre à œuvrer en collaboratif, avoir une écoute client renforcée et être agile dans sa façon de fonctionner. 

 

Comment le CCCA-BTP propose-t-il d’accompagner cette transition des métiers et le développement de ces compétences ? 


Les apports du CCCA-BTP sont multiples. Le premier élément, c’est la capacité d’avoir cette approche prospective. C’est-à-dire, de pouvoir se projeter à horizon 5 ans, 10 ans, pour identifier les nouveaux usages de la construction, et de le traduire en termes d’évolution des métiers et des compétences. 


Ensuite, il faut pouvoir décliner cela en parcours de formation. Là, nous avons tout un dispositif qui nous permet d’accompagner les organismes sur le développement de nouvelles formations en les digitalisant. Nous avons d’ailleurs été sélectionnés par Deffinum pour produire près de 600 modules en réalité virtuelle. Cela permet de répondre aux nouveaux enjeux technologiques de la filière.  


Nous impulsons aussi toute une démarche d’expérimentation sur la base des études prospectives, au travers d’appels à projets. Cette année, ce sont près de 75 millions d’euros qui ont été mis en œuvre pour accompagner les organismes de formation sur de grands enjeux tels que l’économie circulaire. 


Enfin, nous avons la partie promotion, qui nous permet de rapprocher tous ces futures nouvelles générations de la construction avec les entreprises existantes du BTP. Ainsi, ces dernières peuvent voir le bâtiment autrement, avec toute sa dimension innovante. 
 

Propos recueillis par Amandine Martinet - Construction21

 transition numérique
 numérique
 btp
 innovation
 nouvelles pratiques
 compétences

Auteur de la page


  • Autres actualités

    Plus d'articles

    Sur les mêmes thèmes

     transition numérique
     numérique
     btp
     innovation
     nouvelles pratiques
     compétences