Infr@2050, un pôle inédit de compétitivité dédié aux TP à l'horizon décarbonné

Rédigé par
Stéphanie Santerre - Construction 21

Secrétaire de rédaction

231 Dernière modification le 09/02/2024 - 11:00
Infr@2050, un pôle inédit de compétitivité dédié aux TP à l'horizon décarbonné

Feu vert pour Infr@2050, le premier pôle de compétitivité dédié au secteur des travaux publics, officiellement sur les rails depuis ce jeudi 8 février. Le fruit de nombreuses attentes portées par la filière en matière de R&D. 

Labellisé par l’Etat en 2023 et soutenu par la Fédération Nationale de Travaux Publics et Syntec Ingénierie, le pôle est porté par le duo de clusters Ecorse-TP de Bourgogne-Franche-Comté et Indura Infrastructures durables Rhône-Alpes, ainsi que par l’IREX Institut pour la recherche appliquée et d’expérimentation en génie civil. Trois organisations pilotes dont les présidents respectifs, Christophe Ribette, Paul Galonnier et Pierre-Alain Roche, ont présenté les défis au côté de son président Cédric Moscatelli.

L'innovation verte à l'honneur 

Dédié aux infrastructures et à l’aménagement des territoires structurant de la filière de la construction, le pôle réunit pour son coup d’envoi 240 membres réunis autour de l’atteinte de la neutralité carbone fixée en 2050 par la loi européenne sur le climat. Ambition : apporter des réponses aux enjeux identifiés par des projets innovants collaboratifs avec les acteurs de la filière (entreprises, maitres d’ouvrage, industriels, centres de recherches et universités) autour de quatre enjeux majeurs : concevoir, construire et exploiter des infrastructures bas carbone ; penser et adapter les infrastructures pour un usage décarboné ; faire évoluer les infrastructures pour assurer la résilience des territoires et enfin intégrer le numérique pour des infrastructures connectées et apprenantes.

Et le prisme est de taille : en 2023, le secteur des infrastructures en France représentait 8 500 entreprises et 350 000 salariés. Quant au budget de la Région ARA, la moitié est consacrée à la mobilité et aux infrastructures. « Si l’industrie tient une place majeure dans le développement de la Région, c’est bien la décarbonisation qui sera le cœur de mission d’Infr@2050 », souligne la gouvernance.

Un catalyseur d’innovations

Maître-mot du triptyque : le collaboratif, « pour catalyser, porter des projets d’innovation et accroître la compétitivité de la filière construction et génie civil à l’échelle nationale ». Dans son rôle d’accompagnateur, d’animateur mais aussi de « facilitateur », Infr@2050 se fera le guide de budgets de financement publics sur lesquels les entreprises peuvent se positionner, appuyées sur des consortiums, universités et laboratoires portés par les mêmes innovations. Pour cela, « la labellisation préalable des projets est un prérequis essentiel pour apporter plus de garanties aux acteurs publics de financement, et apporter cette facilitation dans le respect des délais d’éligibilité », ajoute le pôle, dont la vocation est « d’agglomérer les partenariats jusqu’au montage des projets de travaux publics ».

depositphotos.com

Partager :