Feng Shui urbain : comment stimuler un quartier ?

Rédigé par

Céline SPERANZA

Président

445 Dernière modification le 22/02/2024 - 10:00
Feng Shui urbain : comment stimuler un quartier ?

Un nouveau quartier vient de naître ! Le lieu se trouve entre l’arrière de l’église et la halle du marché. Il y a une place piétonne avec une fontaine ronde en son centre et tout autour des immeubles neufs de 90 logements et des espaces au rez-de-chaussée libres pour accueillir des commerces d’une superficie totale de 2 000 m2.

Tous les espaces au rez-de-chaussée sont prévus pour accueillir des commerces ouvrant sur des voies piétonnes. Les espaces commerciaux ne se louent pas facilement et l’analyse des lieux m’appelle. La place est calme et elle mérite de s’animer et d’être fréquentée.

La première observation sur place est de constater que toutes les voies d’accès sont très droites et en pentes inclinées vers l’extérieur du quartier. Il s’agit certainement de la volonté de faire couler les eaux pluviales vers l’extérieur. Par conséquent, tout sort vite car il n’y a aucune retenue. L’énergie ne peut pas se stocker.

Les formes imposantes sont de l’élément feu et terre. Les bâtiments possèdent des fenêtres ornées de rebords rectangulaires saillants. Le paysage est alimenté par beaucoup d’énergie de terre et de feu. C’est un paysage minéral. Les formes petites sont de l’élément du bois et eau.

La fontaine est entourée de formes de l’élément feu et terre. Sa forme ronde atténue un peu la puissance de ces deux éléments mais ce n’est pas assez pour stimuler la vie. La fontaine est petite en comparaison des constructions.

Le sol ne respire pas puisqu’il est recouvert. La végétation présente est trop yin : arbres encore jeunes et donc fragiles et il n’y a pas beaucoup de couleurs. Le bois, l’élément de la vitalité est donc trop faible dans ce décor. On y voit une végétation plantée comme les herbes observées en bordure de plage ou dans le désert, un signal d’aridité.

La forme des bacs qui accueillent ces plantations représente l’énergie de la terre. Le bois contrôle la terre, ce n’est pas confortable pour le bois, il est occupé à contrôler. Une forme ronde conviendrait mieux pour que la végétation puisse pousser tout en étant contrôlée.


Les espaces où sont plantés les arbres sont entourés de bordures de forme feu. L’arbre qui est supposé se développer est drainé. Ici clôture en piquets de bois que l’on peut voir à la plage pour retenir le sable.

En résumé, les plantations sont des végétaux que l’on trouve dans le sable. Il n’y a aucune fleur, peu de couleurs vives. Les immeubles sont ornés de bordures de fenêtres tranchantes. Le décor se nourrit de beaucoup d’énergie de terre et feu. C’est un paysage minéral, aride et lourd (lire la suite)...

Consulter la source

Partager :