BTP : le circulaire et le réemploi se font labels

244 Dernière modification le 13/02/2024 - 10:00
BTP : le circulaire et le réemploi se font labels

L'économie circulaire se déploie dans le domaine du BTP, avec des objectifs ambitieux en termes de réduction de déchets et de recyclage des matériaux. Le Cerema pilote le label 2EC, qui permet aux porteurs de projets d'être guidés dans leur démarche à toutes les étapes du chantier, et qui est complémentaire avec le label Circolab axé sur le réemploi des matériaux.


Focus sur ces deux labels, qui permettent d'inscrire les projets une démarche exemplaire.
Désormais les chantiers d'aménagement et de construction répondent aux objectifs d'économie circulaire: la réduction des déchets et la réutilisation des matériaux sont des ambitions forte de nombreux chantiers. Ces démarches sont complexes à mener pour les porteurs de projet, et les deux labels complémentaires, le label 2EC et Circolab, apportent une expertise et permettent de s'assurer que toutes les actions ont été mises en œuvre.

Des outils complémentaires pour l'économie circulaire 
Le label E2C englobe d'une façon opérationnelle la totalité des actions en faveur du déploiement de l'économie circulaire dans les projets de construction et d'aménagement. La charte du label 2EC permet de formaliser les engagements de la maîtrise d’ouvrage. Elle aborde les thèmes de la prévention et gestion des matériaux et déchets ainsi que la valorisation de matériaux alternatif dans le respect de la réglementation associée à une traçabilité sans faille. 

De son côté, le label CIRCOLAB évalue la performance du réemploi dans les projets immobiliers neufs ou rénovés. Cela se traduit par un cadre méthodologique terrain qualitatif pour faciliter et rendre efficace le réemploi des produits construction ainsi qu’un volet éco-conception qui prend en compte le choix des matériaux, équipements et produits neufs, selon des critères de durabilité, accessibilité, démontabilité afin de préparer leur futur réemploi.

Il a également pour objectif d’évaluer la performance liée aux quantités de matériaux réemployés sur le projet en proposant des indicateurs environnementaux basés sur le principe de l’analyse du cycle de vie (ACV) des produits.

Le label 2EC quant à lui, apporte des engagements complets sur la prévention et la gestion des matériaux et déchets ainsi qu’une vision d'aménagement et de travaux publics.

Ainsi ces deux labels permettent d’avoir une démarche complète sur la gestion des ressources à toutes les phases d’un projet. À noter qu’ils sont tous deux amenés à évoluer en fonction des enjeux récents et de s’adapter aux nouveaux besoins des maîtres d’ouvrage de projets du BTP. 
 

Le Label 2EC et Circolab en quelques mots 

Label 2EC - Porté par le Ministère de la Transition écologique et piloté par le Cerema, le label national 2EC a pour objectif d’amener les maîtres d’ouvrage, maîtres d’œuvre et entreprises à libérer, dans les territoires, les potentiels d’économie circulaire dans la construction et l’aménagement.

Il vise à accompagner, sur tous les temps d’un projet, les acteurs de l’acte de construire pour la prévention et gestion des matériaux et déchets de conception générés lors de l’exécution du projet et la valorisation de matériaux alternatifs. L’obtention du label repose sur le respect des engagements pris dans le cadre de la charte par le maitre d’ouvrage dès la phase de conception, et d’autre part le maître d’œuvre ainsi que les entreprises dès leurs réponses aux marchés jusqu’à l’achèvement des travaux liés à la labellisation. Durant la phase de réalisation du projet, le Cerema réalise des audits afin de confirmer le respect des engagements d'économie circulaire.

L'application du label 2EC permet de mettre en lumière les projets exemplaires qui intègrent les enjeux d’économie circulaire. Il facilite également la montée en compétence de l’ensemble des acteurs en matière de prévention et de gestion des matériaux et déchets issus des chantiers. 

Circolab - Le label CIRCOLAB a pour objectifs de fixer à la fois un cadre méthodologique pour mener à bien une opération de réemploi, et de proposer un outil d’évaluation de la performance qualitative et quantitative sur cette opération. Un référentiel technique permet de guider l’utilisateur dans la démarche et s’appuie sur son propre outil pour calculer l’impact environnemental multicritères lié aux étapes de reconditionnement des produits réemployés, en le comparant à des achats de produits neufs équivalents. 

Un Référent réemploi ainsi qu’un Evaluateur formé et accrédité par CIRCOLAB doivent obligatoirement être désignés par le demandeur du Label pour piloter la mise en œuvre du réemploi tout au long des phases de l’opération, qu’elles soient optionnelles (naissance et conception) ou obligatoires (chantier et livraison).

Cette démarche permet en fin d’opération, de délivrer un certificat de performance associé au bâtiment qui reçoit les produits réemployés, avec 5 niveaux de performance possibles. Il s’adresse à toutes les typologies de bâtiments, en neuf ou restructuration.
 

Couvrir la totalité des engagements d'économie circulaire d'un projet de construction

Les deux labels marquent à la fois des points communs et une complémentarité qui permettent aux maîtres d’ouvrage et aux autres acteurs d'un projet de construction et d'aménagement d’être accompagnés sereinement en matière de gestion de la ressource à travers un cadre méthodologique qui guide la stratégie d’économie circulaire d’un projet dès sa conception. 

Ces deux démarches donnent l’opportunité aux acteurs de mettre en valeur le caractère vertueux des actions d’économie circulaire menées et leur singularité qui se dégagent sur les travaux réalisés.

De plus, déployer ces deux labels invite ceux qui s’y engagent à mettre en œuvre une traçabilité des flux de produits, équipements, matières et déchets générés par le projet. Par conséquent, cela développe l’activité économique autour des filières d'économie circulaire des matériaux et déchets dont le réemploi

Ces deux labels ont pour vocation de favoriser la sobriété matière, la maîtrise des coûts de gestion des déchets et des risques juridiques qui en découlent, en appliquant une démarche éprouvée qui renforce la visibilité des engagements des acteurs du projet en faveur de l'économie circulaire. 

 
Les objectifs des deux labels sont communs : 

  • Dynamiser le tissu économique local par des emplois non délocalisables.
  • Préserver l’environnement. 
  • Développer le réemploi, de la dépose aux filières locales.
  • Faciliter la mise en œuvre de matériaux alternatifs à travers notamment la réutilisation, le recyclage et la valorisation matière.
  • Limiter l’utilisation de ressources non renouvelables.
  • Respecter la réglementation et aller plus loin.
  • Mettre en avant l’exemplarité des maîtres d’ouvrage de projet du BTP en matière d’économie circulaire. 

Photo Bernard Suard - TERRA

Lire la suite

Consulter la source

Partager :