Ademe-Nedo, un partenariat franco-japonais historique pour la transition énergétique et écologique

Ademe-Nedo, un partenariat franco-japonais historique pour la transition énergétique et écologique

Dunkerque, dorsale européenne de l’hydrogène, accueille le séminaire annuel organisé par l’Ademe et la Nedo, en partenariat avec Euraénergie.

Le bassin industrialo-portuaire s’apprête en effet à devenir l’un des premiers Hubs Hydrogène bas carbone hexagonal, se positionnant comme un maillon essentiel du dispositif français de décarbonation de l’industrie.

Depuis plus de 30 ans, les agences française et japonaise, Ademe (Agence de la transition écologique) et Nedo (Organisation pour le développement des énergies nouvelles et des technologies industrielles) collaborent étroitement pour partager leurs perspectives dans les domaines de l’énergie et de l’environnement. Cette coopération active se justifie par des enjeux communs et la mise en place de stratégies nationales à long terme pour atteindre la neutralité carbone d’ici 2050.

Un enjeu majeur :  décarboner l’industrie via l’hydrogène bas carbone

Le Japon est le premier pays à avoir annoncé une stratégie dédiée au développement de l’hydrogène bas carbone en 2017 et s’est doté en 2020 d’une stratégie et d’un fonds pour l’innovation verte de 17 milliards d’euros. La France, quant à elle, a lancé une stratégie nationale Hydrogène dotée de 9 milliards d’euros en 2020, s’appuyant sur le plan France 2030, dans le but de développer la filière hydrogène ce qui se traduit notamment par un objectif de 6,5 GW d’électrolyseurs à déployer à horizon 2030 sur le territoire français. Ces politiques s’inscrivent en adéquation avec la feuille de route sur la coopération industrielle franco-japonaise (2019-2023) dans les domaines de la transition énergétique, de la mobilité durable et numérique, de la ville durable, du bâtiment, du transport aérien et de la transition vers une société bas carbone respectueuse de l’environnement.

En présence de la Communauté urbaine de Dunkerque et d’autres acteurs du secteur, ce séminaire du 20 novembre va permettre aux deux agences d’aborder une thématique prioritaire en lien avec leur territoire : la décarbonation de l’industrie par l’hydrogène bas carbone, en échangeant sur son utilisation dans la sidérurgie, les projets de zones industrielles bas carbone et les nouveaux défis autour de la production d’ammoniac, de méthanol ou de carburant d’aviation durable.

La décarbonation de l’industrie

L’une des principales ambitions du Plan d’investissements France 2030 annoncé en octobre 2021, est une décarbonation profonde de l’industrie, via 5 milliards d’euros investis par l’Etat français.

L’objectif central de la stratégie d’accélération est de développer une offre de technologies pour la décarbonation de l’industrie, innovante et compétitive, qui favorisera en premier lieu l’émergence d’une industrie française décarbonée, et de ce fait durable. La stratégie doit donc permettre de produire le plus de valeur possible du côté de l’offre et de la demande. Elle soutient l’innovation en s’appuyant sur des leviers facilitant leur accès au marché et leur industrialisation et permettant de mieux comprendre les freins à la demande et de la stimuler.

Six appels à projets (AAP) opérés par l’Ademe pour le compte de l’Etat ont été lancés dans le cadre de cette stratégie dont l’AAP ZIBAC – Favoriser le développement de Zones Industrielles Bas Carbone : accompagner les zones industrielles dans la définition de leurs trajectoires collectives de décarbonation pour permettre l’atteinte de l’objectif de la Stratégie Nationale Bas Carbone de -81% des émissions de gaz à effet de serre de l’industrie française à horizon 2050.

En parallèle, l’Ademe réalise dans le cadre du projet Finance ClimAct (financé par le programme européen LIFE), les Plans de Transitions Sectoriels (PTS) qui permettent d’élaborer des trajectoires de décarbonation sectorielles, pour les 9 filières industrielles les plus consommatrices d’énergie dont l’acier et la chimie, en proposant différents scénarios permettant de concrétiser les objectifs énergie-climat de la France à l’horizon 2050, et ce, dans une démarche de concertation avec les acteurs des filières. Par la suite, ce travail doit permettre la formulation de propositions d’actions pour accélérer la transition de ces secteurs clés. C’est notamment l’objectif du Plan de Transition Sectoriel de l’ammoniac qui vient d’être publié en octobre 2023, le PTS Acier devant quant à lui être publié d’ici début 2024... Continuer la lecture

 

Partager :