Promenons-nous dans les « vieilles » forêts

Chargées de mystère et de magie, les vieilles forêts nous évoquent une multitude d’images, réelles ou fantasmées : les récits médiévaux associent les vies des saints à un environnement forestier horrible, sombre, peuplé de loups, d’ours et de monstres. Les dessins des contes de nos enfances, comme les illustrations de Gustave Doré sur les contes de Charles Perrault, montrent des paysages forestiers parfois édulcorés, souvent franchement inquiétants. Et César désignait par « Gaule chevelue » le territoire allant des Pyrénées au Rhin, couvert de forêts.

Si pour le sylviculteur, la vie des arbres prend fin avec la récolte, qui rétribue les efforts entrepris sur un temps souvent long – 180 ans dans le cas des chênes – le cas des forêts anciennes est très différent. Ces lieux où il est interdit de récolter le bois sont situés au-delà du temps qui associe régénération et coupe, et échappent ainsi à une logique comptable de production : leur utilité réside ailleurs.

Xylophages, gobe-mouches à collier et recyclage

Écosystème vivant, dynamique, la forêt obéit à trois fonctions : produire des bois et des fibres, accueillir la faune tout en étant territoire de chasse, et conserver du potentiel de biodiversité. Elle sert d’habitat pour une myriade d’espèces inféodées qui y trouvent refuge. Il s’y livre une lutte sans merci, entre des dominants, des dominés et des espèces en attente de croissance.

Sitelle torchepot. Le poidesans/Flickr, CC BY-NC-ND

On dit d’une forêt qu’elle vieillit lorsque l’arbre commence à arrêter de grossir, autour d’un seuil de 700 à 800 m3/ha. S’enclenche alors un processus de déclin : les bois deviennent sénescents – ils s’altèrent –, les couverts s’appauvrissent, se voûtent, perdent leur vitalité. Les troncs sont progressivement envahis de champignons qui finissent par détruire les fibres puis recycler les arbres effondrés.

Les pics percent des trous dans les troncs et d’autres oiseaux (comme la sitelle torchepot ou le gobe-mouche à collier) s’y installent alors. Les cavités sont recherchées par toute une faune, parmi laquelle les abeilles sauvages, les frelons, les guêpes et certaines chouettes. D’autres espèces, comme le muguet, les colonies de fourmis ou encore le Grand coq des bruyères, apprécient également les vieilles forêts claires.

Le Grand coq des bruyères, ou Grand tétras est une espèce emblématique, bioindicatrice des vieilles forêts claires. Richard Bartz/Wikimedia, CC BY-NC-ND

Ces formations boisées à l’aspect quelque peu hirsute recyclent lentement : l’épais manteau de branches mortes se décompose et est transformé par les xylophages, insectes qui digèrent le bois, eux-mêmes situés au départ d’une chaîne alimentaire nouvelle. S’ensuit la formation d’un humus épais et noir qui recouvre le sol, étape ultime de la vie des arbres. Peu de forêts atteignent ce stade d’âge avancé.

Forêts sur le retour, pas toujours si anciennes

En France métropolitaine, la surface de ces forêts demeure modeste, et la plupart se situe hors métropole, en Guyane. Dans des pays où les transformations du paysage liées à l’action de l’homme furent moins fortes que chez nous, par exemple en Europe de l’Est, cette définition ne se retrouve pas. Il y existe des cœurs forestiers très anciens, comme la célèbre forêt polonaise de Bialowieza qui abrite le bison d’Europe et l’herbe qu’il pâture, « Zubrowka ».

Les mieux protégées sont classées « réserves biologiques intégrales », il est donc interdit d’y récolter du bois : celle du Grand Ventron sur le versant alsacien des Vosges, par exemple, ou le massif de Chizé-Aulnay en Nouvelle Aquitaine.

Le capricorne est un xylophage qui creuse le bois jusqu’à 15 cm. Jean Meunier/Flickr, CC BY-NC-ND

Mais ces forêts en déclin ne sont pas forcément si anciennes. Dans nos pays de vieilles civilisations agraires, l’immobilité n’est pas de mise depuis la révolution agraire du néolithique ; forêts et défrichements ont évolué à l’inverse l’un de l’autre. Ainsi le vaste massif de Haye, en Meurthe-et-Moselle, était cultivé à la fin de l’Antiquité.

Retenons plutôt l’idée de forêts « sur le retour », inexploitées depuis plus d’un siècle, et ajoutons les îlots de vieillissement : sur certaines parcelles des forêts exploitées, les arbres ne sont volontairement pas récoltés pour produire du bois mort. Un seuil de 40 m3/ha de bois mort est nécessaire pour rétablir un cycle naturel des bois, fournir les conditions suffisantes à la présence d’une gamme étoffée de xylophages. Conserver des vieilles forêts relève d’une approche patrimoniale. Il s’agit de créer un trait d’union entre les bois du passé, l’actuel et le futur.

Le bison d’Europe, dans la forêt de Bialowieza. Karolina Lubryczynska/Flickr, CC BY-NC-ND

Mémoire des sols, enjeu écologique et scientifique

Peuplements atypiques, les vieilles forêts témoignent de dynamiques spatiales de plusieurs siècles que l’on peut désormais suivre grâce à l’usage de systèmes d’informations géographiques : elles représentaient ainsi 6,4 M ha. en 1827, contre 15 M ha actuellement en France métropolitaine.

Paysage de vieille forêt sur le massif de la Schlucht, dans les Vosges. Au premier plan, un sapin sec, effondré dessine une trouée. En arrière-plan, divers stades de sénescence des arbres. Jean‑Pierre Husson, CC BY-SA

On identifie ces évolutions en superposant les surfaces forestières actuelles avec celles de la carte d’État Major (1818-1866) et les cadastres dits napoléoniens mis en ligne : on peut ainsi remonter le temps jusqu’à la carte de Cassini, première carte précise établie à l’échelon du Royaume à partir de 1744. Cette démarche invitant à remonter le temps est essentielle pour aborder la mémoire des sols et analyser les différentiels de fertilité enregistrés sur le temps long, pour évaluer la situation des écosystèmes forestiers. Mieux connaître les caractéristiques de ces forêts et leurs évolutions dans le temps aide à envisager les scénarios d’avenir des forêts et à optimiser leur gestion.

Un sapin suranné. La cime de l’arbre est dépouillée, et ses branches sèches vont tomber pour pourrir au sol. Jean‑Pierre Husson, CC BY-SA

La prudence invite à conserver et augmenter les surfaces de vieilles forêts pour faire cohabiter diverses architectures étagées des bois, ce qui est gage d’équilibre pour lutter contre les attaques subies par les bois. Cette couverture forestière ancienne offre une biodiversité et des habitats uniques.

Toutes ces données font des vieilles forêts une sorte de laboratoire du vivant très original, éclairé sur le déroulé du temps très long, à intégrer dans une approche patrimoniale des bois. Ces lieux d’études éclairent le fonctionnement systémique global des bois et participent à nos analyses des variations climatiques.The Conversation

Jean-Pierre Husson, Professeur de géographie, président de l’Académie de Stanislas, Université de Lorraine

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l’article original.


Autres actualités dans "Information"

Le logiciel PME booste l’éco-responsabilité du data center MRS2 d’Interxion

Publié le 14 août 2019 - 10:42

Le data center MRS2 du groupe Interxion, opérateur européen de data centers de colocation, a été inauguré il y a un peu plus d’un an. Ce bâtiment exceptionnel connecte Marseille et la France à l’Afrique, au Moyen-Orient et à l’Asie (...)

Le CLER, défenseur des énergies renouvelables depuis 1984

Publié le 14 août 2019 - 10:25

EnR et CLER : une rime d’enfer. Réuni.e.s lors de leur rencontre annuelle en juin 2019, les adhérent.e.s ont écrit leur petite histoire des énergies renouvelables. Retour sur les origines de notre association et ses principales idées (...)

Vers une production de froid plus éco-responsable

Publié le 14 août 2019 - 10:18

Utiliser seulement de l'eau et de l'électricité pour produire du froid, c'est la promesse d'une technologie novatrice, compacte, efficiente en énergie et robuste pour de multiples marchés. Explications. La production de froid est une (...)


Commentaires





Recherchez parmi les Actus

Entrez votre propre mot-clé



Autres actualités

Congrès international de la construction biosourcée - BDM
Publié le 14 août 2019 - 10:51
Vers une production de froid plus éco-responsable
Publié le 14 août 2019 - 10:18
[Vidéo] : REBAtBio : Mettre en oeuvre un banchage Chaux chanvre
Publié le 13 août 2019 - 10:00
Nos bons conseils pour prendre la route cet été
Publié le 08 août 2019 - 09:53
Que faire en cas d'intempéries ?
Publié le 08 août 2019 - 09:51


Catégories


Articles les plus lus