Intelligence Artificielle et Valeur

Publié par Anissa Bouhalassa

Au cœur de notre actualité, l’IA est considérée comme l’innovation du moment dans l’immobilier et la technologie à développer pour répondre aux Smart et Green Building. Immeubles connectés, performance énergétique et numérique, confort utilisateurs, l’IA serait la pierre angulaire qui pourrait booster et catalyser nos préoccupations actuelles. Elle devra donc s’alimenter et se construire sur la base de données fiables, organisées et hiérarchisées : les Data.

Ces dernières années, l’importance de la Data a été mise en exergue, notamment par le déploiement des certifications d'ouvrage, qui organisent et donnent de la valeur aux données. Elles ont permis d’inciter à structurer les données techniques de l’immeuble, à rendre plus lisible la performance de l’ouvrage, à faire évoluer nos pratiques et nos interventions, et à en obtenir un suivi exhaustif. Les logiciels qui les permettent ne relèvent pas pour autant de l’IA. Ce ne sont encore que des algorithmes et l’humain reste aux commandes à chaque stade de la valorisation de la Data.

Ce qui pose la question de la notion de valeur intrinsèque de ces Data dans la durée. Au-delà des avancées strictement techniques, le développement de l’IA dans nos métiers devra aussi se faire à partir de la prise en compte des questions que se posent l'Asset Manager ou le Responsable Financier : Quelle est la valeur financière de cet amas d'informations techniques ? Comment dois-je le traduire dans mon Cash-Flow ? Ce qui entraine d’autres questions : Comment devons-nous envisager la notion de Valeur de la Data ? Que peut-elle apporter, que peut-elle garantir ?

  • Une valeur financière : une augmentation de la valeur vénale de l'immeuble, une meilleure liquidité de marché, une sécurisation en cas de volatilité de marché ?
  • Une valeur économique : une maitrise des coûts pour l'usager et/ou pour le propriétaire ? Des investissements plus pertinents et donc plus rentables ?
  • Une valeur d'usage : une augmentation du confort utilisateur, et par voie de conséquence la satisfaction et la fidélisation Client ?
  • Une valeur opérationnelle et collaborative : une meilleure connaissance de l'ouvrage, des matériaux et des process, et donc le déploiement d'interventions adaptées et pertinentes ?
  • Une valeur sociétale : un immeuble ayant une meilleure performance énergétique, une maitrise de son impact carbone ?

La Data devient, dès lors, un bien marchand autonome, à collecter, évaluer et commercialiser. 

Parallèlement à cela, l’IA devra intégrer la notion « d’agir local, penser global ». Au sein de notre industrie, elle garantira un immeuble, un quartier ou une ville plus écologique et bas carbone, ainsi que sous-tendre le développement économique de nos offres immobilières tout en réduisant les inégalités sociales.

Or, les Data qui nourriront l’IA de demain sont actuellement majoritairement détenues par des grands comptes et non accessible à tous, même aux petits exploitants, AMO, etc. La Blockchain de l’immobilier, qui semble prendre le rôle de diffusion de la Data devra nécessairement permettre une circulation équitable des données, pour que petites entreprises puissent également développer des solutions durables, compétitives et répondant à nos enjeux socio-climatiques.

Dans cette approche entièrement connectée, l’IA hiérarchisera-t-elle d’elle-même ces valeurs et donc les Data qui les sous-tendent ? Avec quels objectifs financiers, techniques, humains ?

Comment donc valoriser l’IA dans une approche tant à l’échelle économique de l’immobilier et de l’aménagement qu’à celle, macro-économique, de notre industrie ?

Au stade de développement actuel, elle n’est considérée que comme un activateur de performance économique et financière. Mais à plus grande échelle, la nature et la performance de l'IA deviendront une source de valeur, en elle-même et pour les Data qu’elle utilise, puisqu’elles s’en nourriront pour produire analyse, extrapolation et critères d'arbitrage.

L’IA pourrait-elle, par une grande capacité d’analyse multidimensionnelle et d’extrapolation, imposer des niveaux de priorisation d’actions ou de décision n’allant pas dans le sens du Prisme Économique tel que nous l’envisageons actuellement avec un ROI performant à court terme, mais dans un sens plus durable et responsable ?

La question de la valeur de la Data se pose alors comme celle d’une hiérarchisation de chacun des types de Data pour que les diverses formes d’Intelligence Artificielle garantissent un développement durable et responsable de notre chaîne de création de valeur. 

Article signé par Anissa BOUHALASSA, Présidente de Green Property 

©Gonin

Modéré par : Nadège Rigaudeau

Autres actualités dans "Information"

#26 Certification EDGE : Comment certifier vert dans les marchés émergents

Publié le 16 sept. 2019 - 11:55

Développé en 2014 par l’IFC (International Finance Corporation), membre du Groupe de la Banque Mondiale, le programme EDGE a déjà permis de certifier près de 7,5 millions de mètres carrés de surface de plancher. Alzbeta Klein, directr (...)

Obtenir le RGE, un "chemin de croix" ? Le ministère répond

Publié le 16 sept. 2019 - 10:24

LABEL. Certaines entreprises se plaignaient du fait que le label Reconnu garant de l'environnement (RGE) soit trop long à obtenir. Le ministère de la Transition écologique et solidaire à répondu via une réponse écrite publiée le 1 (...)

Le Mag ADEME & Vous n° 128 - Préparer la mobilité de demain

Publié le 16 sept. 2019 - 10:10

Malgré des mesures volontaristes, le secteur des transports et de la mobilité reste en France le plus gros consommateur d'énergie finale et premier émetteur de gaz à effet de serre et d'oxydes d'azote. Le gouvernement envisage un chan (...)


Commentaires





Recherchez parmi les Actus

Entrez votre propre mot-clé



Autres actualités



Catégories


Articles les plus lus