Intégrer le vivant dans l'écosystème bâti

1044 Dernière modification le 20/10/2023 - 15:00
Intégrer le vivant dans l'écosystème bâti

Les actions en faveur de la biodiversité ne doivent plus être à la marge du projet immobilier, ni intervenir trop tard. De la conception à sa livraison et au-delà, doivent être appliqués différents leviers d’intégration du vivant et de bien-être occupants. Focus sur l’engagement de Bouygues Immobilier, qui a systématisé son approche du sujet.  

À ce jour, la réglementation en vigueur pour les opérations immobilières ne semble pas à la mesure de l’enjeu de la biodiversité : les promoteurs immobiliers ne sont pas tenus de réaliser des études écologiques, bien que le choix du terrain et l’implantation de leurs projets soient les bases mêmes de leur activité. De même, la taxinomie européenne n’est finalement pas contraignante sur le choix du foncier. Par ailleurs, le développement de surfaces perméables ou végétales sur les opérations n’est pas une contrainte nationale. Des évolutions sont néanmoins attendues avec l’arrivée de la CSRD (Corporate Sustainability Reporting Directive) qui va encadrer le reporting extra financier européen, ou encore de la loi ZAN.

Reconnecter les urbains à la nature

Chez Bouygues Immobilier, nous sommes fermement convaincus que la biodiversité constitue l’un des enjeux majeurs de demain. Notre ambition se décline sur deux axes : réduire notre impact en termes d’érosion de la biodiversité – notamment à travers le changement d’usage des sols – et apporter un impact positif en favorisant la conservation et le développement de la nature en ville. Car, c’est une évidence, apporter de la nature urbaine est une nécessité pour créer du bien-être, du rafraichissement, des lieux de partage, reconnecter les urbains au vivant, mais également et surtout pour lutter contre son appauvrissement, œuvrer pour le rafraichissement des villes et lutter contre le réchauffement climatique. Au-delà de la labellisation BiodiverCity® de ses projets, Bouygues Immobilier a décidé d’avoir une approche systématique du sujet sur l’ensemble de ses projets : du plus petit bâtiment résidentiel à l’aménagement de quartier. Pour cela, après avoir étudié ses impacts et dépendances et évaluer les leviers d’action à la main du promoteur, l’entreprise a décidé de systématiser trois actions sur l’ensemble de ses projets en conception. Ce qui lui a valu dès 2020 d’être « entreprise engagée pour la nature ». 

En 2022, 95 % des équipes sont formées à la biodiversité, et des indicateurs spécifiques de performance biodiversité ont été intégrés au pilotage des projets et au reporting extra financier de l’entreprise.

Trois actions engagées 

  • Diagnostiquer les enjeux du site via l’intervention systématique d’un écologue

Tout commence donc par un diagnostic écologique flash qui est obligatoire sur tous les projets de Bouygues Immobilier et doit impérativement être réalisé avant le dépôt du permis de construire. Il permet de comprendre l’écologie d’un site, d’avoir rapidement un avis d’expert sur les risques et opportunités du projet vis-à-vis de la biodiversité et d’anticiper les éventuels sujets réglementaires (espèces protégées, loi sur l’eau…), et ainsi d’orienter la conception pour intégrer les enjeux de biodiversité.

  • Maximiser les surfaces perméables et végétales des opérations, au sol au mur comme en toiture avec le déploiement d’une « calculette biodiversité »

Bouygues Immobilier a élaboré en 2020 une « calculette Biodiversité » qui permet aux équipes projets, dès la phase de conception, de maximiser les surfaces favorables à la biodiversité sur 100 % des programmes. Dans l’hypothèse où les projets intègrent plus de nature que n’en présentait le site initial, ils sont considérés comme étant à « biodiversité positive ».
L’objectif de Bouygues Immobilier est de réaliser 25 % des surfaces de ses opérations à biodiversité positive d’ici à 2025.

  • Déployer le jardin nature 

En 2022, Bouygues Immobilier a dévoilé son concept de jardin pour la vie, en cohérence avec ses engagements pour la biodiversité et le bien-être des usagers. Mis en place sur les projets en conception dès 2022, il vise à réintroduire la nature en ville avec un jardin nature, répondant aux attentes des habitants, et conçu systématiquement avec des écologues et paysagistes.

Chacun des jardins est doté d’un socle nature qui constitue la base de ces espaces et qui répond à une série d’engagements pris par le groupe. Rendus publics sur chacun de ces espaces, Bouygues Immobilier respecte dix principes, tels que : des espaces accueillants pour la faune et la flore locales, des clôtures perméables, un éclairage respectueux des espèces, une utilisation de matériaux écoresponsables etc. L’application de ces principes favorables à la biodiversité leur permet d’être reconnus « Jardins de Noé », une reconnaissance portée par l’association environnementale Noé.

Ce socle nature est ensuite enrichi, au choix, des composantes sensorielle, comestible
et rafraîchissante pour répondre aux différents besoins et envies des usagers. Chacune de ces déclinaisons doit offrir au jardin différents usages. Le jardin sensoriel, outil pédagogique, permet de valoriser les espaces végétalisés et invite les usagers à s’y intéresser par les (cinq) sens. Le jardin comestible offre quant à lui aux usagers des moments de partage et de convivialité autour du gustatif. Enfin, le jardin rafraichissant est pensé comme un moyen de lutter contre le les îlots de chaleur en ville.

Obtenir la labellisation BiodiverCity®

En complément de ces trois actions, nos équipes opérationnelles sont encouragées à obtenir le label BiodiverCity® dès que possible. Avec plus de 30 projets labellisés ou engagés dans cette démarche, Bouygues Immobilier a par ailleurs reçu le Trophée d’Or des maitres d’ouvrage engagés sur le déploiement de ce label en 2023. 

Assurer la pérennité et le suivi des jardins post-livraison 

Pour garantir le bon développement de notre jardin signature après la livraison et accompagner ses utilisateurs en phase d’exploitation, nous avons développé deux actions phares en 2023 : 

  • Le partage d’un cahier des charges de gestion écologique du jardin livré auprès des syndics et copropriétaires ;
  • La création d’un « indice jardin » avec des écologues et paysagistes, pour évaluer les bénéfices écologiques et la bonne appropriation des jardins collectifs, à l’issue des deux premières années de vie du jardin. 

Un cahier des charges de gestion écologique : 

Destiné aux syndics et copropriétaires, ce cahier des charges présente des préconisations d’entretien pour chaque strate végétale, basées sur les règlementations techniques professionnelles du paysage avec un planning d’intervention associé. Celui-ci est remis aux syndics et copropriétaires à la livraison et leur permettra de choisir les jardiniers/paysagistes les plus aptes à développer le potentiel du jardin livré. À l’occasion de la première assemblée générale, Bouygues Immobilier présentera désormais la façon dont les jardins ont été conçus et doivent être gérés afin de sensibiliser tous les habitants à la thématique et permettre une meilleure appropriation.

Cette présentation sera complétée par : 

  • Une clause « jardin » notamment ajoutée dans le règlement de la copropriété,
  • Le cahier des charges sera complété par un diaporama et un film présentant notre concept de « jardin pour la vie » pour permettre au syndic provisoire d’organiser un « quart d’heure biodiversité » lors de la première assemblée générale de la copropriété. 

« Avec la diffusion de ce cahier des charges de gestion écologique auprès de chacune des résidences que nous livrons, nous espérons démultiplier le retour de la nature en ville tout en mobilisant, dans une démarche partenariale, les syndics, les habitants et les usagers autour de la problématique de la biodiversité », déclare Olivia Conil Lacoste, directrice développement durable et RSE chez Bouygues Immobilier. 

L’indice jardin : mesurer l’après livraison et valoriser l’existant

Cet indice a été créé pour mesurer l’évolution des espaces verts et son appropriation par les usagers après la livraison. Il permet de s’assurer que nos engagements envers la biodiversité perdurent dans la durée, même après notre départ, mais aussi de recréer un dialogue avec les résidents et poursuivre la sensibilisation.

Cet outil de mesure est construit autour de trois axes d’analyse centraux au concept jardin signature :

  • Qualité écologique du site
  • Conception et gestion paysagère du site
  • Expérience de nature et appropriation

Concrètement, un écologue et un paysagiste viennent diagnostiquer les jardins de nos opérations deux ans après leur livraison. Ces observations permettent d’émettre auprès du syndic, des copropriétaires et locataires des préconisations simples et personnalisées, à mettre en place pour favoriser au maximum la biodiversité dans leurs jardins.
L’indice a d’ores et déjà été déployé sur huit projets de Bouygues Immobilier partout en France, avec des premiers retours positifs des habitants. Bouygues Immobilier se positionne ainsi comme partenaire de long terme pour garantir le retour de la nature en ville, si bénéfique à ses habitants et à la biodiversité.

Un article signé Olivia Conil Lacoste – Directrice RSE et Développement Durable, Maud Robertson – Responsable Développement Durable et Référente biodiversité, Caroline Wehbe - Directrice adjointe de la communication


Article suivant : Interview de Christophe Najdovski, Adjoint à la Maire de Paris à la biodiversité


Revenir à la page d'accueil du dossier

 

Partager :