Îlot Fertile, l’éclosion d’une nouvelle durabilité urbaine

Rédigé par
Céline BADET

1053 Dernière modification le 16/10/2023 - 15:54
Îlot Fertile, l’éclosion d’une nouvelle durabilité urbaine

Comment le réaménagement d’une friche urbaine a-t-il permis de prolonger une zone de nature tout en créant de nouvelles fonctionnalités au sein du quartier ? Quelle attention portée au bien-être des usagers et, sur le long terme, au renouveau de la ville ? Lumière sur l’Îlot Fertile dans le quartier Rosa-Parks (Paris 19ᵉ), premier ancrage à usage mixte zéro carbone de la capitale. 


Sous l’impulsion de la Ville de Paris, le nord-est parisien se transforme. Îlot Fertile, projet développé par Linkcity et lauréat du concours Réinventer Paris a permis l’aménagement d’une parcelle du 19ᵉ arrondissement de Paris, à proximité de la Petite Ceinture, dans la zone urbaine en mutation et proche d’un corridor écologique. Conçu par l'agence d’architecture et d’urbanisme TVK et le paysagiste OLM, il témoigne de la possible transformation d’une friche urbaine en un quartier zéro carbone.

Et la biodiversité a été l’un des leviers opérationnels de cette ambition. Le projet s’est en effet engagé dans une labellisation Biodivercity. Avec elle est venu le choix d’une conception qui devait valoriser la proximité du projet avec la Petite Ceinture de Paris et favoriser les usages des espaces verts du quartier. 

De friche à quartier animé grâce à la biodiversité 

Situé près de la porte d'Aubervilliers sur une ancienne friche d’1,3 hectare composée d’ateliers des services techniques de la Ville de Paris, Îlot Fertile répond notamment à la demande de logements et d’espaces de respiration. Sa conception vise à renforcer la cohésion sociale et à améliorer la qualité de vie des habitants. Avec ce projet, Linkcity a développé une mixité fonctionnelle adaptée au territoire. Le projet se structure à travers une offre d'hébergement pour tous et tous les usages (libres, aidés, jeunes actifs, étudiants, touristes...), incluant un hôtel, mais également une offre économique au cœur des dynamiques de production et de création illustrée par un espace de bureaux de 7 000 m², avec des plateaux modulables d’environ 1 000 m².

Un campus de formation et un tiers-lieu viennent enrichir l’offre, ainsi qu’une solution de logistique durable spécialisée en livraison de colis à vélo-cargo. La société y a d’ailleurs installé son siège et son entrepôt principal afin de couvrir un large périmètre en région parisienne. Une offre de loisirs et de services complète l’ensemble, avec une auberge de jeunesse et un multiplexe sportif de 3 500 m² comprenant un espace escalade, un autre forme et fitness, un pôle raquettes et 61 chambres. Six commerces animeront le quartier, dont un restaurant. 

Des labels pour trajectoire 

Pour accompagner le développement de cette programmation, l’ensemble de l’équipe, architecte et paysagiste tête, a fait de la biodiversité la clé de voûte de cet îlot vert. D'ordre à valoriser les dispositions prises à l’égard de cette dernière à travers le label BiodiverCity. Elan, cabinet de conseil en immobilier durable, a accompagné Linkcity dans la labellisation, de la conception à la réalisation.

Centré sur la préservation et le développement de la biodiversité, Îlot Fertile favorise le développement d’usages dans les espaces verts, porté par des aménagements extérieurs adaptés et recommandés par les écologues d'Elan et le paysagiste. Parmi les créations : une rue jardin centrale, pensée comme un espace de repos et de sociabilité ; un rez-de-jardin aménagé en jardin privé (pelouse, vergers, potagers, espaces détente…), des toitures biosolaires ; un bassin humide ; des abris à insectes disposés partout dans les espaces verts ; des nichoirs installés en façades ; une large plantation d’espèces odorifères ; des bancs publics ou encore un potager partagé. 

Au-delà des usages individuels et collectifs souhaités, ces aménagements témoignent de la volonté d’accorder une attention particulière aux oiseaux (absence de coins vitrés et fenêtres face jardin, 16 nichoirs à martinets intégrés dans les façades). Et plus largement, à la mise en valeur visuelle de la nature (fenêtres des logements orientées sur la nature), toujours dans une logique de sensibilisation. D’ailleurs, en phase chantier, l’ensemble des Compagnons a reçu une formation spécifique à la préservation de la biodiversité. À l’approche de la livraison, une réunion d’information et une promenade urbaine ont été organisés pour communiquer sur les dispositifs en faveur de la biodiversité, auprès des preneurs, riverains et associations. 

In fine, le projet a obtenu la labellisation BiodiverCity en phase conception avec l'excellente étiquette AABB. Il a également fait l’objet d’une labellisation Bepos+, effinergie 2017 et HQE Excellent, BREEAM Excellent pour la partie bureaux, de la mise en place d’une charte chantier propre et d’une labellisation Ecosite. 

Le Zéro Carbone en exploitation : la signature d'Îlot Fertile

Pour s’inscrire dans les ambitions de la Stratégie nationale bas carbone et du Plan climat de la Ville de Paris, le projet a également fait l’objet d’un rigoureux travail de réduction de l’empreinte carbone, de la conception à la construction, puis pour l’exploitation. Cet enjeu résulte de la volonté commune de ses acteurs de mettre en œuvre une forme de durabilité urbaine. Pour y parvenir, 1 000 m² de panneaux photovoltaïques ont été installés ainsi qu’une pompe à chaleur chaud/froid permettant de mutualiser l’énergie entre bureaux et logements. La conception bioclimatique du bâtiment et des choix de conception spécifiques (comme le triple vitrage) garantissent sa sobriété énergétique, complétée enfin par des énergies vertes et une réflexion sur la gestion des déchets. 

Une attention particulière a été portée au choix des matériaux avec notamment des façades en pierre de taille massives porteuses (10 000 m²), majoritairement extraites en Île-de-France, et plus de 6 000 m² de faux planchers issus du réemploi et reconditionnés afin d’équiper les bureaux. 

Des actions d'économie circulaire ont aussi été mises en place lors du gros œuvre par les équipes du constructeur Bouygues Bâtiment Île-de-France afin de réutiliser des déchets produits sur le chantier (terre et gravats notamment) sur d'autres opérations franciliennes.

Sur la thématique de la biodiversité comme sur celle du carbone, les choix relèvent avant tout d’une adaptation au contexte territorial. Néanmoins, tous sont reproductibles en ce qu’ils ne relèvent pas d’innovations technologiques ou techniques particulières. Les efforts consentis pour limiter l’impact d’Îlot Fertile reposent plutôt sur de petits dispositifs qui pourraient tout à fait être répliqués sur d’autres opérations d’aménagement urbain à condition qu’ils répondent à leur contexte territorial. En effet, rien ne sert d’installer des nichoirs à chauve-souris si aucune espèce de mammifère n'est, ou n’a jamais été, présente, dans l’environnement du projet !

Un immobilier durable et pérenne 

Îlot Fertile témoigne que la durabilité, la biodiversité et la qualité de vie peuvent très bien cohabiter dans la planification urbaine. Pour en garantir les bénéfices dans le temps, une réflexion relative à la phase d’exploitation a été portée par les parties prenantes du projet, traduite par la prise d’engagements à long terme. En effet, pendant dix ans, l’Association syndicale libre (ASL) formée par l’ensemble des propriétaires va monitorer la vie du quartier et témoigner, auprès de la Ville de Paris, du respect par l’ensemble des parties prenantes de leurs engagements en matière d'insertion sociale et de développement durable. 

Pour promouvoir et installer de nouvelles habitudes auprès des usagers, trois actions ont été mises en place : l’incitation à souscrire à des contrats d’électricité verte afin de garantir un quartier bien alimenté par des énergies renouvelables et in fine, à développer la filière verte en France ; la sensibilisation des particuliers qui habitent les logements à la biodiversité via un programme d’animation en partenariat avec les acteurs locaux & WWF France ; et enfin la réalisation d’un suivi de la biodiversité pendant dix ans par la Caisse des Dépôts Biodiversité. 

Ainsi pensé pour les générations futures, le projet illustre l’opportunité d’une approche conjointe de ces deux sujets trop souvent adressés séparément. Si la biodiversité vient créer des puits de carbone et des espaces de fraicheur pour garantir et améliorer le confort de vie, les choix de conception bas carbone limitent également l’impact de projet sur son environnement et donc ses nuisances sur la biodiversité. Enfin, l’accompagnement des usagers à la compréhension et l’intégration de ces enjeux dans leur quotidien vient garantir cette situation de services réciproques à long terme. Et c’est ainsi qu’un nouveau quartier à vivre est né, prolongeant le corridor écologique de la Petite Ceinture que la biodiversité avait progressivement déserté. 

Un article signé Priscilla Brouillet, chargée de communication chez Elan - Léa Sapin, directrice communication chez Elan et Céline Badet, directrice communication chez Linkcity 


Article suivant : Villages : retisser la trame du vivant


Revenir à la page d'accueil du dossier

 

 

 

Partager :