COP28 : la France se mouille pour la préservation de l'eau

Rédigé par

Anne-Sophie Tardy - Construction21

Responsable de l'éditorial

919 Dernière modification le 11/12/2023 - 11:33
COP28 : la France se mouille pour la préservation de l'eau

La France et le Kazakhstan ont lancé ce samedi 10 décembre le comité international de pilotage du One Water Summit qui se tiendra en septembre 2024 à New York.

Parce que l'eau était au cœur des débats à la COP28 de Dubaï ce samedi 10 décembre, Barbara Pompili, envoyée spéciale du président de la République française et ancienne ministre de la Transition énergétique, et Zulfiya Suleimenova, conseillère du président kazakhe et représentante spéciale pour la coopération internationale en matière d'environnement, ont officiellement lancé le comité international de pilotage du One Water Summit. L'événement, annoncé par les présidents français et kazakhe le 1er décembre dernier lors de l'ouverture de la COP28, a pour but de réunir toutes les nations afin de trouver des stratégies pour mieux gérer l'eau en fonction des problématiques intrinsèques à chaque pays.

Ce comité de pilotage international réunira des ministres représentants l’ensemble des régions du monde, des représentants des Nations unies et organisations internationales, des collectivités locales, des acteurs du financement, des acteurs engagés sur le sujet de l’eau (ONG, opérateurs privés, etc.).

Dans le même temps, le gouvernement français a annoncé avoir rejoint la coalition Freshwater, soutenue par les gouvernements de la Colombie, de la République démocratique du Congo, de l'Équateur, du Gabon, du Mexique et de la Zambie. Lancée lors de la Conférence des Nations unies sur l’eau de mars 2023, cette initiative a pour ambition de restaurer les rivières, les lacs et les zones humides dégradés. Dans le cadre de la Décennie des Nations unies pour la restauration des écosystèmes, le projet invite tous les gouvernements à s'engager à " atteindre des objectifs clairs pour restaurer des écosystèmes d'eau douce sains " comme le précise le ministère de la Transition écologique, en vue de restaurer 300 000 kilomètres de rivières et 350 millions d'hectares de zones humides d'ici à 2030.

Partager :