CAP 2030 pour 2024 - Aller plus loin

Rédigé par
Stéphanie Obadia

Directrice de la rédaction

2212 Dernière modification le 23/08/2023 - 00:00
CAP 2030 pour 2024 - Aller plus loin


Longtemps attendu, le voici. Cap 2030 est né et sera prêt en 2024. Il ne s’agit pas d’un label, ni d’une norme mais bien d’un cadre servant de référence à tous les acteurs souhaitant aller plus loin que la RE2020 dans la conception des bâtiments.

Cap 2030 est né. Ce cadre commun de référence, pour la construction des bâtiments résidentiels et non résidentiels, a pour objectif d’impulser une nouvelle dynamique collective et d’inciter les acteurs à aller au-delà de la RE2020. Cette ambition, annoncée par le gouvernement avant même l’entrée en vigueur de la RE2020, a été pilotée par le Groupement d’Intérêt Ecologique (GIE) regroupant les collectifs Effinergie, Démarches Quartiers et Bâtiments Durables ainsi que l’Alliance HQE-GBC France, et mené en collaboration étroite avec la DGALN, le CSTB et le Plan Bâtiment Durable (PBD). « S’il avait été question au départ d’un label RE2020, suite aux échanges avec les acteurs de la filière, une démarche souple et progressive à travers la construction d’un cadre commun de référence a plutôt été choisie. Celui-ci s’adossera sur les travaux d’expérimentation déjà connus et s’intégrera aux certifications, labels et démarches portés par les associations », explique Philippe Pelletier, Président du Plan Bâtiment Durable.

Un cadre pour devancer et être prêt

La RE2020 a permis de progresser sur l'énergie, le carbone, le confort d'été, la qualité d'air intérieur, par l'introduction de protocoles de mesure de la ventilation. Cependant, un bâtiment ne se résumant pas à ces seuls éléments, ce cadre permettra d’aller plus loin que la réglementation et de prendre en compte neuf thématiques majeures que sont la neutralité carbone, la mesure des performances énergétiques effectives, énergie et réseaux, le confort et la santé, la gestion durable de l’eau, l’économie circulaire, la biodiversité, l’adaptation au changement climatique et le low-tech.

Prévenir plutôt que guérir

La mission du GIE et des acteurs associés est désormais de rédiger ce cadre avec les acteurs de la filière, en s’appuyant sur les outils déjà déployés. Depuis mai 2021, près de 300 contributions ont été recueillies. L’heure, à la rentrée 2023, est désormais à la mise en place de groupes de travail technique et d’un conseil scientifique afin d’anticiper des thématiques embrassant une approche multicritère, une architecture et une méthode à construire, puis une expérimentation sur des projets réels à organiser, tout en s’appuyant sur les solutions existantes pour faciliter le parcours environnemental du maître d’ouvrage. Les réflexions devront intégrer une approche territoriale mais également les travaux européens comme Levels, la taxonomie verte et les évolutions réglementaires (EPBD).

Ce cadre sera fait en concertation en embarquant tous les acteurs du bâtiment. Il sera notamment doté d’indicateurs performanciels et pourrait être le point de départ de potentielles et futures autres normes ou réglementations, avec des indicateurs approuvés de tous.

Coté timing, Cap 2030 doit être prêt en 2024. La première version du cadre devrait être établie courant 2024 et sera expérimentée sur des projets en version test. Des démonstrateurs seront nécessaires. À suivre…
 

 

Partager :