Ecoffice

  • Type de projet : Construction Neuve
  • Type de bâtiment : Immeuble de bureaux
  • Année de construction : 2013
  • Année de livraison : 2014
  • Zone climatique : [Cfb] Océanique hiver tempéré, été chaud, pas de saison sèche
  • Surface nette : 3 690 m2
  • Coût de construction : 4 107 000 €
  • Nombre d'unités fonctionnelles : 249 Poste de travail
  • Coût/m² : 1 113 €/m2
  • Coût/Poste de travail : 16 494 €/Poste de travail


Modéré par : Utilisateur

Etudes de cas similaires

Delphi Genetics

​En phase de croissance Delphi Genetics SA a décidé de construire un bâtiment entièrement dédié et adapté à son activité dans le Biopark de l’ULB qui contient déjà plusieurs sociétés de biotechnologies. Ce bâtiment de 1500 m2 accueill (...)

Paint it Green

Il s’agit du projet de transformation et d’extension d’un bâtiment de bureaux et de laboratoires situé à Limelette dans le Brabant Wallon. La conception du projet réalisée par le bureau d’architecture helium3 tient compte du développe (...)


  • Publié le 30 juin 15
    par Claire Lheureux|Belgique
    Vue 7934 fois
  • Proposé par :




  • Concours

    Green Building Solutions Awards 2015

    Smart Buildings
    Bâtiment zéro énergie
    Santé et confort


    BâtimentZéro Energie

    Lebâtiment est, bien sûr, passif, ce qui signifie que les besoin de chaud et defroid sont réduits au minimum (environ 90% en moins par rapport à des bureauxtraditionnels). Le bâtiment répond au standard passif avec des paroisprésentant des valeurs U comprises entre 0,17 et 0,23 W/m2K. Les fenêtres sontéquipées de triple vitrage au nord, mais de double vitrage au sud. Laventilation est à double-flux, bien sûr, et l’échangeur à roue permet deréguler l’humidité. L’inertie de la construction est mise à profit grâce à desfaux-plafonds partiels dans les zones de bureau.

    De plusun important travail a été également réalisé sur l'éclairage naturel afin defavoriser au maximum celui-ci : les profondeurs du bâtiment, le patio centralet la distribution des fonction assure une utilisation minimum d'éclairageartificiel. Les consommations d’éclairage constituent un des postes les plusimportants des bâtiments tertiaires.

    Dessimulations d’éclairage naturel par un encodage du bâtiment dans le logicielradiance ainsi que les tests en maquettes 3D au labo du CSTC réalisés sous unciel artificiel (mirror-box) ont permis d’étudier l’influence du puits delumière sur l’éclairage naturel.

    Une foisles besoin réduits au minimum, le travail a porté sur l'efficience desinstallations. Ce processus permet d'amener les consommations du bâtiment auplus bas. De plus, un suivi (monitoring) des consommations réelles est lancédepuis la première occupation du bâtiment. Les résultats sontimpressionnants.

    SmartBuilding

    Commedécrit ci-dessus, l'intelligence de ce bâtiment est de d'abord réduire lesbesoin et ensuite utiliser de l'énergie. Le suivi pertinent des données (chauffage, lumière, ventilation, surchauffe..) permet une régulation précise del'ambiance (stores extérieurs, ventilation .. ).

    Géothermie(et nightcooling naturel) = économie d’énergie maximale mais coûtd’investissement important et nécessité d’un appoint en été. Les solutionsretenues sont: appoint de chauffage : chaudière gaz à condensation et radiateur+ ventilation : double flux avec récupération de chaleur à roue. VMC.surdimensionnée pour ventilation intensive en période estivale (nightcooling) +appoint de froid : un groupe de froid sur VMC.

    Santé etconfort

    Dansl’évolution de l’approche architecturale, le passif s’est naturellement associéà la logique du cycle de vie du bâtiment. Il conduit à investir ladurabilité particulière des structures, des murs et des parois, comme espace deprojet. Réduire les technologies au profit de l’architectonique a représentéleur défi paradoxal, qui a engagé le projet dans une énergétique toujours plusconstruite, low tech et moins livrée aux technologies. C’est aussi dans cecadre qu'est adoptée la logique du Trias Energetica – « moins, mieux,autrement », qui commande de réduire d’abord les besoins (d’énergie, mais ausside surface, de matériaux, d’eau, etc.) par un travail sur la forme et lamatière, avant de considérer l’amélioration des systèmes techniques et derecourir à d’autres formes de ressources (renouvelables, etc.).

    CONFORT

    Une attention particulière a été consacrée au confort des occupants,gage de la bonne utilisation du bâtiment. Pour permettre une régulation bureaupar bureau, la chaleur est distribuée par un circuit à eau chaude traditionnelet l’appoint est assuré par une chaudière au gaz à condensation. Le système deventilation est surdimensionné pour assurer les débits nécessaires enventilation intensive nocturne l’été et un groupe de froid est prévu en réservepour d’éventuelles canicules. Les installations d’éclairage sont optimiséesgrâce au choix d’appareils à basse consommation bien positionnés et unerégulation par dimmers et capteurs de présence.

    La certification passive et le label BREEAM « Very Good » attestent del’efficacité des solutions retenues et du caractère durable du bâtiment.

    Un des critères du standard passif tertiaire est la vérification duconfort suivant la EN 15 251.

    On doit encoder le bâtiment dans un programme de simulation dynamique endécoupant les plateaux par zones. Cet encodage permet également d’évaluer, surle long terme, la performance dans les bâtiments ventilés naturellement. Cecritère est basé sur la théorie de confort de la T° adaptative.

    Ce modèle tient compte de l’adaptabilité d’un bâtiment (et l’occupation)aux conditions extérieures. Le bâtiment passif entre dans l’esprit d’un bâtiment « adaptatif », qui permet une interaction entre l’occupant et leconfort intérieur (ouverture des fenêtres, ajustement des vêtements pendant unepériode chaude,…)


    Label/certification


    Localisation

    Avenue Robert Schuman, 71 , 1401 Nivelles Belgique

    Données techniques