oKsigen et eKinox 1

  • Type de bâtiment : Immeuble de bureaux
  • Année de construction : 2015
  • Année de livraison : 2016
  • Adresse : L-2951 LUXEMBOURG, Luxembourg
  • Zone climatique : [Cfb] Océanique hiver tempéré, été chaud, pas de saison sèche

  • Surface nette : 52 000 m2
  • Coût de construction : 180 000 000 €
  • Coût/m² : 3461.54 €/m2

Proposé par :

Label / Certifications :

  • Consommation d’énergie primaire :
    100.9 kWhep/m2.an
    (Méthode de calcul : Autre )
Consommation énergétique
Bâtiment économeBâtiment
< 50A
A
51 à 90B
B
91 à 150C
C
151 à 230D
D
231 à 330E
E
331 à 450F
F
> 450G
G
Bâtiment énergivore

BGL BNP Paribas démarre en 2013 la construction de deux nouveaux bâtiments (oKsigen et eKinox) au Kirchberg, dans le but de regrouper la plupart des collaborateurs du Groupe BNP Paribas à Luxembourg sur un seul site.

Ce projet d’envergure est constitué d’un bâtiment de 14 étages, et d’un deuxième bâtiment de 6 étages, tous deux reliés entre eux par un socle commun sur 2 niveaux, pour une surface totale de 52.000 m² et une capacité de 3.000 postes de travail.

En tant que maitre d’ouvrage, le département Facility Management de BGL BNP Paribas

s’est assuré durant l’entièreté des travaux que les immeubles soient livrés dans les délais impartis et qu’ils répondent aux besoins des occupants. La livraison du bâtiment a ainsi pu avoir lieu début 2016, et tous les occupants ont pris possession des lieux en avril 2016.

Soucieuse de sa politique RSE, BGL BNP Paribas s’est lancé le défi d’obtenir une triple certification environnementale à dimension européenne pour ce projet. Une certification HQE Exceptionnel a d’ores et déjà été obtenue en phase réalisation, BREEAM et DGNB sont quant à eux en cours d’obtention.

En se dotant d'infrastructures hors-normes, BGL BNP Paribas fait également la part belle au bien-être des occupants. On trouve ainsi une crèche, un centre de fitness, des vestiaires sportifs, une conciergerie, un auditorium XXL, une fun zone (billard, table ping pong, piano, console Wii, borne de jeux d'arcade...), une salle panoramique au 14e étage avec vue imprenable sur la ville de Luxembourg, une terrasse 360° au 15e étage, et de nombreux espaces de restauration (Brasserie accessibles aux externes, lounge, café contemporain, cafétéria, cantine).

Plus de détails sur ce projet

 https://www.bgl.lu/fr/banque/pages/lp/espaces-bureaux-a-louer.htm

Fiabilité des données

Expert

Intervenants

    Maître d'ouvrage

    BGL BNP Paribas

    Romain Girst, Michel Gonçalves, André Foresti, Michel Rausch, Michel Steinbach, Hilde Monserez

    En tant que maitre d’ouvrage, le département Facility Management de BGL BNP Paribas s’est assuré durant l’entièreté des travaux que les immeubles soient livrés dans les délais impartis et qu’ils répondent aux besoins des occupants.


    Maître d'ouvrage délégué

    BNP Paribas Immobilier

    Jean-Marc Vincent

    Le Maître d'ouvrage délégué a accompagné techniquement le Maître d'ouvrage sur l'entièreté du projet.


    Architecte

    M3 Architectes

    Jos Dell

    L'architecte a été sélectionné suite à un concours architecte réalisé en 2011


    Assistance à Maîtrise d'ouvrage

    Alto Ingénierie

    Elodie Dumas

    Assistance aux certifications DGNB, HQE, BREEAM


    Bureau d'études structures

    Goblet Lavandier & Associés

    André Lavandier

    Ingénieurs-conseils technique

Mode contractuel

Lots séparés

Démarche développement durable du maître d'ouvrage

Dans la conception du projet, le Groupe BNP Paribas au Luxembourg a mis l’accent sur le respect de l’environnement. Une attention particulière a été accordée aux technologies écoresponsables ainsi qu’à une consommation minimale d’énergie et de ressources naturelles. Le Groupe s’est lancé le défi d’obtenir une triple certification environnementale à dimension européenne pour ce projet. Une certification HQE Exceptionnel a d’ores et déjà été obtenue en phase réalisation, BREEAM et DGNB sont quant à eux en cours d’obtention.

Description architecturale

Le complexe immobilier de BNP Paribas au Luxembourg s’identifie en tant qu’objet urbain à l’entrée du Plateau du Kirchberg, devenant ainsi la Porte Est de la Ville de Luxembourg. Le site est constitué de 2 nouveaux immeubles, l’un de 6 étages, ouvert sur l’avenue J.-F. Kennedy et l’autre, de 14 étages, situé du côté de la rue Edward Steichen. Les deux bâtiments reposent sur un socle de deux étages reliant l’avenue J.-F. Kennedy et la rue E. Steichen et comportant des connexions avec le 3e bâtiment existant Kronos. Ce socle de liaison intègre les fonctions communes : accueil, salons visiteurs, centre de formation, auditorium de 499 places, centre de fitness, espaces de restauration,... Les parkings sont répartis sur plusieurs sous-sols sous le socle et sont accessibles depuis la rue E. Steichen. Le parvis, joignant les deux bâtiments, bénéficie d’un aménagement paysager dans la prolongation des jardins conçus par le paysagiste Jacques Wirtz, pour le bâtiment Kronos.

Et si c'était à refaire?

Nous aurions veillé à sélectionner un autre substrat pour nos toitures vertes; ce qui aurait permis une végétalisation, sans pour autant donner une couleur jaunâtre aux eaux de pluie récupérées.

Opinion des occupants

Nous constatons un nombre peu élevé de plaintes de la part de nos collaborateurs auprès de notre Facility Service Desk qui gère notamment les demandes d'interventions techniques liées au bâtiment, par exemple: problèmes d'utilisation des stores, réglage de la température...

Consommation énergétique

  • 100,90 kWhep/m2.an
  • 171,00 kWhep/m2.an
  • Autre

  • 53,40 kWhef/m2.an
  • - Chauffage : 14.5 kWhEf/m².an
    - Rafraîchissement : 1.5 kWhEf/m².an
    - Ventilation : 11 kWhEf/m².an
    - Auxiliaire : 2.9 kWhEf/m².an
    - Eclairage : 15.3 kWhEf/m².an
    - ECS : 8.1 kWhEf/m².an

    Le bâtiment compte 15.100 compteurs qui sont gérés par l'application APIGREEN (APILOG) qui permet un suivi précis et détaillé des consommations. Les premières analyses donnent des résultats convergents avec les estimations théoriques.

Performance énergétique de l'enveloppe

  • 0,41 W.m-2.K-1
  • Isolation thermique poussée (triple vitrage et 20 cm d'isolant en façade)
    La valeur U globale calculée sur base de la EN ISO 6946 de tous les éléments opaques est transparents, appartenant à l’enveloppe thermique du bâtiment, s’élève à 0,407 W/(m²·K) sans tenir compte des ponts thermiques et des coefficients de correction de la température FX. (Source CPE 27.06.2012)

  • 0,30
  • EN 13829 - q50 » (en m3/h.m3)

  • 2,19
  • L'accès au système GTB est limité au service technique de Facility Management. Les collaborateurs n'y ayant pas directement accès, nous ne sommes donc pas en mesure de fournir une opinion.

Consommation réelle (énergie finale)

    186,00

    2 016

Systèmes

    • Réseau de chauffage urbain
    • Réseau urbain
    • Groupe de Production d'eau glacée
    • Autres
    • Système VAV
    • Plafond rayonnant
    • Surventilation nocturne (naturelle)
    • Double flux avec échangeur thermique
    • Solaire photovoltaïque
    • Solaire thermique
  • 1,00 %
  • Les centrales de traitement d'air sont de marque HOWATHERM; celles-ci offrent des hauts rendemments énergétiques: variation de fréquence sur la pulsion et la reprise; récupération de la chaleur via des batteries de récupération; humidifcation de l'air très performante (système adiabatique - eau osmosée sur plaque avec sel d'argent)

    Une étude de faisabilité sur l’emploi des énergies renouvelables a été mené.
    Concernant l’approvisionnement en chaleur :
    -Le raccordement obligatoire au réseau de chauffage urbain de la ville de Luxembourg représente un système économiquement et écologiquement recommandable.
    -Des capteurs solaires thermiques pour la production d’eau chaude sanitaire mènent à une réduction des émissions de CO2 d’environ 5.000 kg/a pour une augmentation du prix de l’énergie de seulement 0,3 Cent/kWh.

    Récupération de l'énergie dans l'air de rejet et solution d'humidification sans recourir à la production de vapeur.

Bâtiment intelligent

    La GTB contrôle l'ouverture ou la fermeture des stores en fonction de l'ensoleillement des façades ce qui permet de faciliter l'apport thermique solaire en hiver et de limiter ce même apport en période estivale.

    Du fait de notre entrée récente au sein des bâtiments, nous n'avons pas encore sondé les occupants pour reccueillir leur opinion.

Emissions de GES

  • 16,46 KgCO2/m2/an
  • Calcul réalisé dans le cadre de la certification DGNB. Utilisation de la base de données ESUCO, associée à ce référentiel.

  • 50,00 an(s)
  • 13,16 KgCO2 /m2
  • Calcul réalisé dans le cadre d’une certification DGNB. Utilisation de la base de données ESUCO, associée à ce référentiel.

Analyse du Cycle de Vie :

    Cadre de réponse : DGNB. Base de données : ESUCO. Périmètre : Produits de la construction, équipements techniques et consommations d’énergie sur les postes réglementaires uniquement. Il donne l’ensemble des résultats de l’ACV.

  • 13,16
  • 39,80 kWhEP
  • Le substrat volcanique local (150km) pour réaliser la toiture verte des 2 bâtiments.

Gestion de l'eau

  • 26 621,00 m3
  • 10 083,00 m3
  • 9 500,00 m3
  • 2 réservoirs d'eaux de pluie d'une capacité totale 500 m³

Qualité de l'air intérieur

    Concentration de CO2 : - Sondes de CO2 dans les sytèmes CVAC Exemple de concentration de COV totaux : 91,59 µg/m3 dans le socle de formation 362,77 µg/m3 dans le plateau sud Oksigen Exemple de concentration de formaldéhyde : 2,8 µg/m3 dans le bureau privatif Oksigen. 7,5 µg/m3 dans la salle de réunion Ekinox. Étiquetage sanitaire A+ des revêtements en contact avec l'air intérieur. Les sols souples disposent de labels : GUT, CRI (Green Label Plus), Ange Bleu, Nature Plus.

Santé & Confort

    Les luminaires sur pied (100% LED) qui constituent la source principale de lumière artificielle s'adaptent automatiquement en fonction de l'apport lumineux extérieur. Les occupants règlent eux-mêmes leurs besoins lumineux. Luminaires WALDMANN/LAVIGO. L'ensemble de la surface vitrée des bâtiments est composée de triple vitrage et double-peau permettant un confort thermique et acoustique de très haute qualité.

    597 PPM

    La concentration est mesurée en permanence et renvoyée sur la GTC

    Hiver : Catégorie I - température opérative ≥ 21°C - atteinte pendant 95% de l’occupation. Catégorie II - température opérative ≥ 20°C - atteinte pendant 100% du temps Eté : Catégorie III - température opérative ≤ 27°C - atteinte pendant 100% de l’occupation. Catégorie II - température opérative ≤ 26°C – atteinte pendant 81% du temps. Catégories définies dans la norme 15251.

    Entre 21 et 23°. Les utilisateurs peuvent ajuster la tempréature par zone. Très peu de plaintes par rapport à d'autres bâtiments pour des populations similaires.

    Le confort acoustique est performant grâce à une stratégie complète, faisant intervenir différents paramètres : - Isolements acoustiques entre locaux (bruits d’impacts et bruits aériens) - Niveaux de bruits d’équipements locaux sensibles - Bruits d’impacts depuis les couloirs et cages d’escalier - Isolements vis-à-vis des bruits extérieurs - Isolements acoustiques entre locaux - L'isolation aux bruits d'impacts - Niveaux de bruit engendrés par les équipements - Niveaux de vibrations engendrés par les équipements - Durées de réverbération - Aires d’Absorption Equivalentes (AAE) - Adaptation des comportements (New Way Of Working) Plus concrètement et à titre d’exemple, un parquet a été choisi dans le restaurant, car moins sonore que du carrelage.

Solution

    Utilisation de l'eau

    A.M. KAC

    A+P Kieffer Omnitec

    L’eau étant une ressource précieuse, son utilisation rationnelle a été un des thèmes environnementaux majeurs dans la conception du bâtiment.
    Ce concept s’est donc décliné suivant 3 axes principaux :

    1.Réduire au maximum la consommation d’eau de ville
    2.Maximiser la récolte et l’utilisation de l’eau pluviale
    3.Réduire autant que possible les rejets en eau usée et contenir les débits rejetés vers la rivière en cas de crues

    La réduction de la consommation en eau de ville (potable) s’est traduite par la mise en place de robinets pour les lavabos avec bouton poussoir ou détecteur photoélectrique et débit limité à 6 litres/minute. Chaque local sanitaire est doté d’électrovannes sur les circuits distincts d’eau potable et d’eau grise qui alimentent respectivement les robinets des lavabos et les chasses d’eau (des cuvettes et des urinoirs) qui se coupent automatiquement dès que la détection de présence constate que le local est vide, ce qui limite d’office les surconsommations liées aux fuites et aux robinets qui pourraient dysfonctionner.

    Les eaux pluviales des 2 toitures du bâtiment sont récupérées et stockées dans deux réservoirs d’une capacité unitaire de 250 m³ ; cette eau de pluie sert en période printanière et estivale à l’arrosage et à l’alimentation des bassins d’eau ornementaux et est utilisée, si disponible, en tant qu’appoint pour la production d’eau grise (voir plus bas).

    La production d’eau osmosée a été privilégiée au détriment d’un traitement des eaux par voie saline traditionnelle. Cette eau osmosée sert à l’humidification par voie adiabatique des centrales de traitement de l’air, à la place d’une production par chaudières à vapeur (centralisées ou décentralisées) fortement énergivores et peu rationnelle en termes de consommation d’eau. Cette eau osmosée sert également à la production d’eau glacée par voie naturelle pour obtenir un effet adiabatique dans les tours de refroidissements hybrides ce qui réduit la consommation d’énergie électrique. Cette eau osmosée est également utilisée en cuisine pour les lave-vaisselles. Si l’adoucissement de l’eau s’était fait par voie saline (ou chimique), il y aurait eu des rejets réguliers d’eau concentrée en sel (et autres stabilisants chimiques) vers les égouts. De plus, les rétentats (la fraction fortement minéralisée séparée de l’eau osmosée lors de la production de cette dernière) sont récupérés intégralement dans le but de servir en tant qu’eau grise pour les chasses d’eau des toilettes (cuvette et les urinoirs). En fonction de la disponibilité de l’eau pluviale, l’eau grise peut être constituée d’un mélange d’eau de rétentats et d’eau de pluie.

    Les eaux de pluie qui ne sont pas récupérées (celle récoltée notamment sur le parvis) sont d’abord dirigées de manière gravitaire vers des bassins de rétentions ouverture calibrée de manière à limiter le débit d’eau rejeté vers le réseau d’eau de pluie qui est dirigé vers la rivière et donc de limiter sa participation aux risques d’inondation.

    Pour terminer d’ensemble des consommations et production d’eau sont supervisés et comptabilisés au travers de l’outil de GTB (Gestion Technique du Bâtiment). Les très nombreux compteurs permettent de bien analyser les consommations qui servent donc à la bonne conduite et, si besoin, à la mise en place d’actions correctives.

Coûts de construction & exploitation

  • 320 000 000,00
  • 31 746 000
  • 200 000 000

Facture énergétique

  • 777 193,00

Environnement urbain

Le site « Centre Bancaire Kirchberg de BNP Paribas à Luxembourg» s’érige stratégiquement à l’entrée du quartier d’affaires de Luxembourg-Ville, et symbolise ainsi la porte d’entrée de la ville. Il est entouré, entre autres, du centre de convention de la ville, d’un hôpital, d’un cinéma multiplex, ainsi que d’un Centre Commercial, prodiguant ainsi de nombreuses facilités aux collaborateurs du site CBK. Les nombreux restaurants et bars à proximité satisferont également le plus grand nombre. La mobilité étant au cœur des préoccupations du FUAK (Fonds d’urbanisation du Kirchberg), le quartier est d’ores et déjà très bien desservi par les bus de ville, et possède également plusieurs stations de « Vel‘oh » en libre-service. L’arrivée du Tram avant la fin de l’année permettra cependant de rejoindre le centre-ville en moins de 10 minutes, et la future Gare CFL (Chemins de Fer Luxembourgeois) du Pfaffenthal se trouvera alors à 5 minutes. Doté de plusieurs parcs, le quartier fait également la part belle aux espaces verts permettant ainsi aux collaborateurs de s’adonner à tous types de sports en extérieur. Le Centre Sportif « D’Coque » , est, quant à lui, doté d’une piscine olympique et accueille également des évènements festifs tels que concerts (Night of the Proms), manifestations sportives variées ou de solidarité (Relais pour la Vie). D’un point de vue culturel, les passionnés d’art pourront se rendre au MUDAM (Musée d’Art Moderne de la Ville) pour y admirer les expositions permanentes ou temporaires, ou à la Philarmonie pour assister à divers concerts plus classiques. Bref, le quartier du Kirchberg est résolument un quartier en mutation où il fait bon travailler.

Surface du terrain

15 070,00 m2

Surface au sol construite

100,00 %

Espaces verts communs

14 453,00

Parking

650 places de parking en focntionnement free-flow, dont
60 parkings disponibles pour les visiteurs et 70 places disponibles pour les véhicules électriques

- 76 places mutualisées pour les motos
+/-100 places mutualisées pour les vélos

Qualité environnementale du bâti

  • Santé, qualité air intérieur
  • Biodiversité
  • Chantier (incluant déchets)
  • concertation - participation
  • acoustique
  • confort (olfactif, thermique, visuel)
  • gestion des déchets
  • gestion de l'eau
  • efficacité énergétique, gestion de l'énergie
  • énergies renouvelables
  • gestion du bâtiment, maintenance
  • fin de vie du bâtiment
  • gestion des espaces, intégration dans le site

 Green Solutions Awards Winner
 Low Carbon Prize

Auteur de la page

  • Christine Donati

    Chargée de communication Facility Management

    Suivre

  • Autres études de cas

    Plus