L'intelligence artificielle pour optimiser les consommations énergétiques : l'exemple de la Ville de Roubaix

L'intelligence artificielle pour optimiser les consommations énergétiques : l'exemple de la Ville de Roubaix

Aujourd’hui les collectivités expriment de plus en plus le souhait de reprendre le contrôle sur leurs consommations d’énergie. Elles attendent plus de visibilité et de fiabilité des données, ainsi qu’un accès direct au pilotage, des systèmes énergétiques qui prennent en compte le planning d’occupation des bâtiments etc.

Afin de répondre à ces besoins, Accenta a créé une plateforme de pilotage par Intelligence Artificielle des systèmes énergétiques du bâtiment. Cette conduite continue permet d’atteindre dans la durée des résultats d’optimisation de la consommation énergétique conséquents, jusqu’à 40% d’économie d’énergie, tout en garantissant le confort de l’usager. C’est ce qu’a choisi de mettre en place dès 2019 la ville de Roubaix.


La Ville de Roubaix en marche vers la neutralité carbone

La ville de Roubaix a fixé comme objectifs pour 2030 :

  • 20 % des émissions de gaz à effet de serre (par rapport à la période 1990-2020) 
  • 20% de la consommation d'énergie (par rapport à la période 1990-2020)
  • 23% minimum de la consommation finale couverte des énergies renouvelables (géothermie, biomasse, solaire, éolien)
     

La ville de Roubaix passe à la conduite continue de son énergie


En 2019, la ville de Roubaix a mis en place un dispositif d’expérimentation dans le cadre de sa démarche de Smart City menée par Alexandre Garcin, adjoint au maire et délégué au développement durable et au numérique. 

Dans un premier temps, la ville de Roubaix a équipé l’école primaire Lucie Aubrac : « l’objectif est de commencer petit, voir grand et aller vite », indique Rafik Bzioui, directeur de maintenance à la ville. L’école de 3 800 m² est équipée de la plateforme de conduite continue pour optimiser les consommations de chauffage

L’objectif de ce chantier était de diminuer la consommation énergétique et les émissions carbone de la ville de 25%, plaçant la ville en précurseur des municipalités bas carbone. 

Une étude menée à l’intention des services de la ville fin 2020 a montré que les premiers bâtiments déployés ont répondu aux objectifs et ont délivré en moyenne 27,5% de gains énergétiques et carbone et jusqu’à 40% de réduction d’énergie avec un retour sur investissement de deux ans
 

« Aujourd’hui, on consomme mieux en étant plus efficace dans notre maintenance », se réjouit Rafik Bzioui.


La ville décide alors de déployer cette solution sur son parc de bâtiments dans le cadre d’un budget d’accélération de la transition énergétique.

Un contrat-cadre a été signé avec Accenta en mai 2019 prévoyant un budget d’investissement d’un million d’euros par an pendant 4 ans. En 2019 et 2020, 33 sites regroupant 80 bâtiments sur les 430 de la ville ont été déployés. Parmi eux, le Musée « La Piscine » ou encore l’Hôtel de Ville, bâtiment historique qui s’est mué en bâtiment numérique et intelligent.

Les services techniques de la ville ont par ailleurs obtenu, lors du renouvellement des marchés d’exploitation avec les chauffagistes de la ville en 2021, que ces prestataires s’engagent sur le maintien de cette performance dans le temps à travers la signature de contrats de performance énergétique et environnementale (CPEE). Ces contrats assurent la garantie dans le temps des gains budgétaires et environnementaux visés par le projet.

Les objectifs de réduction de gaz à effet de serre de la ville de Roubaix pour 2030 vont donc pouvoir être revus à la hausse. 

 

Un logiciel qui s’adapte en continu aux besoins du bâtiment et optimise sa consommation énergétique


La mise en place d’une conduite continue permet de réduire très significativement les consommations énergétiques et les émissions de CO2 d’un parc immobilier. Les technologies mises en œuvre permettent également un gain de confort et une amélioration de la qualité de l’air (CO2 et particules fines). Grâce à l’installation d’outils numériques, il est possible d’agir sur l’eau ou l’air, de procéder à un comptage calorifique et de contrôler les automates : liaison, programmation, pilotage automatique. Selon Rafik Bzioui, la ville de Roubaix « s’inscrit dans une démarche de smart maintenance : les données remontent au service énergie via un écran de supervision pour une meilleure anticipation et réactivité. » 

Par exemple, la plateforme de conduite continue mise en place dans l’école Lucie Aubrac permet, entre autres, de régler le confort et l’occupation simplement, d’avoir accès aux données sur un navigateur web, d’effectuer un calcul journalier du start et stop de chacune des zones. Le gain opérationnel s’ajoute au gain environnemental et financier. 

Grâce à des outils numériques d’Intelligence Artificielle, il est possible de réduire drastiquement les consommations énergétiques et les émissions carbone d’un bâtiment. 

Article signé Hortense Chidaine et Jean Wimmer d'Accenta.


Article suivant : En finir avec la surchauffe urbaine grâce au numérique !


Retour à la page d'accueil du dossier

 

 

Un dossier réalisé avec le soutien de : 

 transition numérique
 DossierNumérique
 intelligence artificielle
 énergie
 consommation
 pilotage
 optimisation
 GES
 renouvelables
 DossierC21

Auteur de la page

  • Hortense Chidaine

    Marketing et communication


  • Autres actualités

    Plus d'articles

    Sur les mêmes thèmes

     transition numérique
     DossierNumérique
     intelligence artificielle
     énergie
     consommation
     pilotage
     optimisation
     GES
     renouvelables
     DossierC21