Le rooftop végétalisé de Métal 57

  • Année de livraison : 2022

  • Cycle de l'eau : Rétention
  • Biodiversité & Ecosystèmes : / Agriculture Urbaine, Environnement Urbain, Agriculture sur toit, Ferme Verticale, Toiture Végétalisée, Trame verte et bleue, Education environnement /

  • 6 500 000 €

La biodiversité est, avec le changement climatique, l’un des principaux enjeux environnementaux auquel nous devons faire face. [...] En favorisant des immeubles qui rayonnent sur leurs environnements naturel et humain, ces derniers agissent comme relai de la biodiversité du territoire tout en renforçant la valeur d’usage pour les occupants. 

 

Ce projet de rooftop végétalisé, situé sur le toit du nouveau siège de BNP PARIBAS Real Estate (BNPP RE), est non seulement un lieu de détente et de promenade, mais aussi un réel démonstrateur du savoir-faire et des engagements du groupe en matière de biodiversité. En plus d'accueillir les activités de l'entreprise, ce bâtiment a pour objectif de montrer aux métiers et clients de BNPP RE les bonnes pratiques en terme de végétalisation d'un immeuble.

Dès la phase de conception du bâtiment, les grands enjeux liés à la biodiversité ont été pris en compte :

  • Restauration du lien indispensable entre les êtres humains et la nature afin de favoriser la biodiversité et le bien-être des futurs utilisateurs
  • Partage et valorisation de la culture et des savoir-faire
  • Création d'une construction pensée pour ne pas impacter négativement 

Depuis déjà plusieurs années, BNPP RE implémente tous ses projets d’une approche positive et concrète, qui vise à rétablir une relation équilibrée et harmonieuse avec les écosystèmes urbains.
 


Un lieu d’expérimentation sur la culture en ville


Cette infrastructure est idéalement localisée au cœur de l'environnement naturel riche que sont les berges de Seine et les espaces boisés de la forêt de Meudon et du bois de Boulogne, mais aussi dans un maillage de parcs et de jardins privés. Cet emplacement stratégique, entouré de zones vertes, offre un cadre propice à la propagation du vivant et à la biodiversité, dans lequel le rooftop doit s’insérer et jouer un rôle.

Cette toiture végétalisée est l'occasion de tester de nouvelles pratiques d'agriculture urbaine. En effet, les espaces et cultures prévus sont très diversifiés. Ils sont composés d'espaces productifs (avec notamment des légumes perpétuels), de production fruitière et de ruches. Trouver de nouvelles associations de cultures peut s'avérer intéressant. C'est aussi l'occasion d'essayer de cultiver certains légumes oubliés, de cultiver des déchets urbains et, finalement, cela permettra de mesurer les impacts de l'agriculture en toiture.

Cette dernière présente de multiples bénéfices. Premièrement, l'environnement est preservé, mais ce n'est pas tout. Cette installation permet de capter les particules présentes dans l'air et de réduire les ilots de chaleurs, ainsi que de retenir l'eau de pluie, ce qui améliore grandement le confort des citadins.

 

Préserver la biodiversité dans le bâti

 

Une zone sanctuaire

Sur les 3500 m² dédiés au rooftop, près de 2500 m² seront recouverts par une zone centrale intérieure. Celle-ci a été pensée comme un réservoir de biodiversité. La faune environnante, ainsi que les insectes et oiseaux pourront utiliser cet espace  pour nicher et s'y nourrir. Cette zone refuge a été pensée pour fonctionner de manière naturelle, et ne sera pas accessibles aux collaborateurs. La palette végétale sera adaptée au sol et au climat d’Ile-de-France, composée en grande majorité d’espèces locales, résistantes et persistantes.

 

Une infrastructure au service du bien-être de la faune

Au-delà des espaces mis en place, le rooftop du bâtiment fait preuve d'une conception intégrant les enjeux de préservation des espèces animales. Ainsi, des dispositifs spécifiques ont été mis en place pour réduire le risque de collision aviaire avec les façades vitrées du bâtiment. Par exemple, le garde-corps du rooftop est équipé d’un film spécial visible par les oiseaux mais quasiment indétectable par l’œil humain. De plus, le positionnement des sources lumineuses, leur programmation et le choix de dispositifs limitant la pollution lumineuse permettent de minimiser les impacts sur la faune :

  • l’orientation des luminaires et la hauteur des mâts : le projet est équipé de mini spots sur piquets réfléchissant la lumière vers le bas ;
  • le nombre de luminaires : les luminaires sont positionnés uniquement le long des cheminements et sur les terrasses en optimisant l’espace inter-luminaires ;
  • la durée de l’éclairage : tous les éclairages sont contrôlés avec horloge ou détecteur crépusculaire ;
  • les revêtements des sols extérieurs éclairés sont non-réfléchissants (platelage bois, pavage béton végétalisé et pas japonais).

 

De l'agriculture urbaine basée sur des principes écologiques

 

Dans la continuité de l'ancien siège de la BNPP RE situé à Issy-les-Moulineaux, dans lequel une ferme urbaine avait été installée, ce toit terrasse laisse une place conséquente à l'agriculture urbaine. Il possédera non seulement un potager, mais aussi une prairie fleurie, un verger et un jardin aromatique.

 

Le potager vert(ical)

Ce potager est facile d'accès afin de favoriser les contacts et échanges. Toutes les cultures y sont implantées sur des bacs métalliques surélevés appelés voliges, qui permettent de maintenir le sol en place et facilitent l’entretien. Ce dernier sera cultivé selon les principes de rotation et d’association des cultures, qui permettent de limiter les risques de maladies et de prolifération d’insectes ravageurs. Mais ce n'est pas tout : pour renforcer la diversité au sein de ce potager, il sera scindé en deux. Il sera donc composé d'un potager gourmand et d'un potager des légumes anciens et perpétuels, dans lequel seront plantées des variétés plus méconnues. Chacun pourra participer à la culture des légumes lors d’animations. La production annuelle devrait atteindre 1300 kilos de légumes sur les 235 m² que constituent ces parcelles.

 

La prairie fleurie et le verger

Pour avoir un paysage changeant et fleuri le plus longtemps possible durant l'année, les nombreuses espèces végétales qui tapissent cette prairie ont été choisies pour leurs périodes de floraisons différentes. Cela apporte un agrément visuel couplé d'un apport aux insectes, qui viendront polliniser ces végétaux et plantes. Un des nombreux avantages est que beaucoup de ces fleurs sont comestibles : soit sous forme d'infusions, soit sous forme de plats. Une production de 14 kilos de fleurs comestibles par an est attendue. Enfin, le verger est composé de pommiers, de poiriers, mais aussi de fruits rouges pour une récolte annuelle de 360 kilos de fruits.

 

Le jardin aromatique

Toujours dans une démarche de production locale et fraîche, ce jardin abrite des herbes aromatiques connues, telles que de la menthe, de l'origan, du laurier ou de l'estragon, et d'autres moins connues. Cette production servira en circuit court, au RIE (restaurant inter-entreprises) et dans certains espaces de restauration du rez-de-chaussée. Il est aussi prévu que ces aromates servent aux restaurants de la rue et à Arpège pour qu’ils les utilisent dans leurs plats. Au total, une récolte de 117 kilos par an est attendu, pour plus de 25 espèces d'aromatiques présentes sur le rooftop.

 

Un lieu de vie et une zone de sensibilisation

 

Comme mentionné plus tôt, l'idée derrière cette infrastructure est aussi de partager le savoir-faire, de reconnecter avec la nature, et de sensibiliser les collaborateurs aux enjeux liés à la biodiversité. C'est pourquoi, différentes offres d'animations ont été mises en place telles que des ateliers animés par Peas&Love ou Merci Raymond. Différents thèmes seront abordés : apprendre à cuisiner certains légumes, préparation de tisanes, jardinage (bouturage, semis et plantations, etc.) pour une dizaine d'animations par an. De plus, pour venir compléter et renforcer le savoir-faire, des ateliers de plantation d'une heure, par exemple, devraient être organisés à l'heure du déjeuner.

Pour ceux et celles qui ne souhaiteraient pas participer aux activités manuelles, mais seraient tout de même intéressés, des conférences sur le thème de la culture/nature en ville seront tenues. Enfin, pour faire découvrir la richesse et l'exemplarité de ce rooftop, des visites ouvertes aux externes seront organisées : écoles de Boulogne, maisons de retraite mais aussi clients et partenaires.

Etat d'avancement

Livré

Fiabilité des Données

Auto-déclaration

Type de Financement

Privé

Entreprise/Infrastructure

 https://metal57.realestate.bnpparibas/biodiversite/
 https://www.realestate.bnpparibas.fr/fr/actualites-enquetes/metal-57-une-labellisation-biodivercity-construction

Developpement Durable

    Afin d’assurer la démarche biodiversité du projet en phase d’exploitation, BNPP RE s’engage à impliquer les futurs parties prenantes (équipe exploitation et collaborateurs de BNP Paribas, partenaires extérieurs) dans cette démarche et à suivre les objectifs biodiversité du projet pendant au minimum 5 ans, à savoir : 

    • la mise en place d'espaces et de mobilier pensés pour la qualité de vie au travail des usagers au sein des espaces végétalisés du rooftop ;
    • le choix d’une gestion écologique différenciée et des suivis réguliers de la faune et de la flore incluant un suivi des espèces envahissantes et à risques ;
    • l’engagement vers une labellisation de la gestion écologique des espaces végétalisés ;
    • des actions telles que les suivis naturalistes ou encore les animations pourront faire l’objet d’un partenariat sur le long terme avec des acteurs locaux ;
    • l’organisation de communications et évènements présentant la démarche biodiversité du projet afin de sensibiliser différentes parties prenantes y compris les futurs utilisateurs ;
    • la désignation et la formation d’un référent biodiversité en interne.

    Dans la continuité des actions déjà entreprises sur le site d’Issy-Les-Moulineaux, le futur siège de BNP Paribas Real Estate restaurera le lien indispensable entre les êtres humains et la nature afin de favoriser la biodiversité ainsi que le bien-être des futurs occupants de l’immeuble, et par extension, du rooftop. Les utilisateurs pourront simplement s'y promener et profiter de la vue boisée environnante, au cœur d'une biodiversité riche, mais aussi profiter des différentes activités mises en place.

    Durant les divers ateliers et animations, les collaborateurs pourront échanger et nouer des liens. De plus, les espaces de détente étant ouverts à tous, ils pourront se rencontrer et échanger plus régulièrement. Ces efforts s'inscrivent dans une politique d'amélioration de la vie au travail pour les collaborateurs, reconnaissant que l'augmentation des opportunités d'intéraction et de collaboration découlent généralement sur de meilleurs résultats. 

    La zone centrale

    Pour revenir brièvement sur cette zone, voici quelques détails qui ont été pris en compte dans sa conception afin d’assurer sa réussite. Une attention particulière a été portée à divers éléments lors de son aménagement :

    • La topographie : la zone refuge n’est pas uniformément plate, la hauteur du substrat varie, avec en certains points jusqu’à 80 centimètres de sol destinés à accueillir une végétation variée ;
    • La programmation végétale : trois strates végétales ont été implantées, à savoir herbacée, buissonnante et arborée, soit une cinquantaine d’espèces d’arbres différentes en plus d’un grand nombre d’espèces de plantes au sol ;
    • Des lieux d’accueil pour la faune : nichoirs à oiseaux, troncs d’arbres percés, tas de bois morts, zones humides et sablières ont vocation à favoriser l’accueil de la biodibversité en ville.

    Des ruches devraient également y être implantées, mais celles-ci ne seront pas celles qui étaient présentes sur le toit du bâtiment d’Issy-les-Moulineaux, car celui-ci est trop proche. En effet, les abeilles butinent dans un rayon de 3 km autour de leur habitat et retourneraient donc là-bas.
     

    La prairie fleurie et le verger

    Les détails de cette prairie fleurie et de ce verger ont été spécifiés plus haut. Cependant, il est important de noter que la structure du bâtiment a fait l’objet ici d’un effort particulier afin de supporter le substrat nécessaire à l’ancrage des racines des arbres.
     

    Le potager vertical

    Faisant écho au toit des anciens locaux de la BNPP RE, des potagers verticaux, appelés gabions, sont à nouveaux implantés à Métal 57. Ces structures assez simples ont un grand intérêt en terme d’agriculture urbaine. En effet, leur poids et leur emprise au sol sont assez faibles. Chaque gabion d’1 m² représente 3 m² de surface plantée. Le rendement annuel est estimé entre 25 et 30 kilos.

     

    Voici la liste des végétaux présents sur le toit de Métal 57, installés par LGA Aménagements :

    Désignation Qté
    Absinthe 10
    Agastache 10
    Arbousier Compact à fleur blanches 18
    Armoise commune 7
    Artichaud gros vert de laon 3
    Artichaut  2
    Aubergine black Beauty 24
    Basilic Simple grand vert  4
    Bettrave chioggia 90
    Bettrave crapaudine 70
    Canneberge rampante 15
    Canneberge rampante 34
    Canneberge Rampante 14
    Capucine 4
    Choux Kale Red Russian 60
    Ciboulette 28
    Coriandre 6
    Courge Jack Be little 12
    Courgette jaune 12
    Epinard fraise 33
    Estragon commun 17
    Fenouil commun 15
    Fraise de Paris 69
    Framboisier 9
    Framboisier Nain Articque 19
    Framboisier Paris 15
    Groseillier à grappe Lisette 7
    Groseillier à Maqueraux 6
    Haricots Nain Major Mangetout 400
    Helicrysum 16
    Hysope commun 16
    Laurier sauce 2
    Lavande bleue 40
    Menthe du Maroc 12
    Menthe poivré 12
    Mertensia maritime 7
    Myrtille arbustif EMIL 33
    Œillet d'inde 11
    Origan 16
    Petite pimprenelle 13
    Poires de terre 12
    Pois nain douce provence 284
    Radis de 18 jours Graine
    Romarin pointe du Raz 40
    Rue 10
    Sariette officinale 17
    Sauge ananas 17
    Sauge officinale 20
    Sauge pourpre 20
    Tanaisie commune 10
    Thym citron 11
    Thym faux pouliot 40
    Thym vert commun 11
    Tomates black cherry 16
    Verveine citronelle 8

    La diversité des espèces végétales plantées permet d'augmenter la résilience face aux aléas climatiques et d'éviter une destruction importante des espaces du rooftop dans le cas d'un évènement extrême.

    Un système de récupération des eaux de pluie a été mis en place. Celui-ci servira à l'arrosage des différentes plantations (plantes, potager...).

Gouvernance

    BNP PARIBAS Real Estate

    Entreprise Privée

    Cet espace est le fruit d’un travail collectif mené depuis 2020 par la RSE, les équipes Promotion, Property Management et DET, l’architecte Dominique Perrault, un écologue et des paysagistes.

    Voici les différentes phases du projet :

    1. une étude écologique pour s’assurer que ce qui est installé est cohérent avec l’environnement autour de l’immeuble ;
    2. une programmation du rooftop : les espèces végétales sélectionnées sont toutes locales, non invasives et choisies pour leur capacité à se développer en complémentarité, afin de limiter l’arrosage et de ne pas recourir à des produits phytosanitaires ;
    3. l'installation ;
    4. l'exploitation, notamment avec des prestataires qui vont faire vivre le rooftop en collaboration avec le property management, dont LGA, qui a aménagé les espaces verts de Métal 57, Merci Raymond, qui aura comme objectif d'entretenir et gérer les potagers et les vergers en pleine terre avec un ESAT spécialisé en entretien de jardin, et enfin Peas&Love, pour les potagers verticaux.

Solution(s) Durables

    Le potager vertical

    Dans une démarche biodiversité, un potager vertical a été installé sur le toit. Il participe aussi à l'aspect social de ce rooftop et alimente, littéralement et figurativement, les collaborateurs du site.

    Tout d'abord, ce potager représente une plurilaité des cultures, et celles-ci sont cultivées selon différents principes, notamment ceux de rotation et d'association des cultures. Ces méthodes consistent à alterner des espèces cultivées sur une même parcelle. Cette rotation contribue à rompre le cycle des bioagresseurs, en particulier les ravageurs telluriques et les champignons pathogènes, par l'introduction de cultures non hôtes. Ainsi, le recours aux produits phytosanitaires est moindre en comparaison avec une monoculture.
    Ensuite, l'association culturale consiste à cultiver simultanément plusieurs espèces différentes sur une même parcelle. Les cycles culturaux sont parrallèles ou se chevauchent. On cherche au mieux à trouver une complémentarité des espèces pour que le système soit résilient face aux bioagresseurs.

    Au-delà de cette démarche, ce potager est facile d'accès afin de favoriser les contacts et les échanges. Il sera aussi le terrain de diverses activités organisées, par exemple pour apprendre à cuisiner certains légumes. Enfin, il sera utilisé lors d'ateliers de plantation prévus pendant la pause du déjeuner.

    • Sensibilisation citoyenne
    • Gestion espaces naturels

Crédits photo

Image vue de haut : DEVISUBOX
Image du rooftop : Vincent FILLON



Auteur de la page

  • Constant Bary

    Chargé de projet RSE

    Suivre

  • Autres études de cas

    Plus