Le projet SB&WRC est soutenu par le programme européen Interreg VA France (Manche) Angleterre et bénéficie d’un soutien financier du FEDER.

L’utilisation de ballots de paille au sein des murs dont les premières traces remontent à plus de cent ans aurait été développée dans le Nébraska aux Etats-Unis. Cette technique consiste à empiler, à sec, les balles de paille ce qui garantit une bonne isolation thermique de murs porteurs et non porteurs. Dans le cadre de constructions modernes, les ballots de paille offrent une alternative intéressante à d’autre isolants : la paille ne crée que de faibles émissions de carbone et elle est renouvelable. Cependant, les balles traditionnelles, qui un usage comme co-produit agricole (fourrage par exemple) plutôt que pour la construction, orientent les pailles individuelles dans la direction qui se trouve être la moins efficace pour optimiser la valeur d'isolation thermique.

La démarche de recherche, engagée par UniLaSalle et l’Université de Bath (Angleterre), vise à améliorer l'efficacité thermique et la constructibilité de la paille de blé lorsqu'elle est utilisée comme matériau isolant non porteur en produisant des balles dans lesquelles les pailles sont orientées parallèlement à la surface exposée et dans des tailles de balle plus adaptées à la construction moderne

La production d’un prototype d’isolant à grande échelle et optimisé pour l’isolation thermique a posé de nombreux problèmes. La première difficulté à surmonter est de réorienter la paille lorsqu'elle est extraite d’une balle traditionnelle. Malheureusement, la paille ayant été pliée et compactée pour la création de la balle, une grande partie de la paille est cassée ou est en sections plus courtes que celles souhaitées. Ainsi, lorsque la paille est retirée et relâchée, le nombre de brins possédant une longueur suffisante est limité. Le défi a alors été de couper la balle en rond et de trouver une façon efficace de transférer cette paille dans une machine qui permettra de créer une « balle d’isolation ». D’un point de vue technique, il a été nécessaire de déterminer les charges de précompression et les limites d'élancement requises pour la production d'une balle d'isolation qui soit stable. À la suite de divers essais, ces difficultés ont été en grande partie surmontées et le processus de fabrication du prototype a été simplifié, même s’il reste encore long. À l'avenir, différents niveaux de précompression et de temps sous charge seront pris en compte et ce en fonction de la valeur de la résistance thermique finale du prototype.

           

Dernière mise à jour le le 15-10-2018 par Sylvain Bosquet

  • Vue 85 fois

Structure de la page