Lycée international de l’Est Parisien

  • par v m
  • /
  • 2017-05-09 15:35:01
  • /
  • France
  • /
  • 10017 / EN

Construction Neuve

  • Type de bâtiment : Ecole, collège, lycée ou université
  • Année de construction : 2016
  • Année de livraison : 2016
  • Adresse : 93 NOISY-LE-GRAND, France
  • Zone climatique : [Cfb] Océanique hiver tempéré, été chaud, pas de saison sèche

  • Surface nette : 14 847 m2
  • Coût de construction : 35 000 000 €
  • Coût/m² : 2357.38 €/m2

Label / Certifications :

  • Consommation d’énergie primaire :
    14.7 kWhep/m2.an
    (Méthode de calcul : RT 2012 )
Consommation énergétique
Bâtiment économeBâtiment
< 50A
A
51 à 90B
B
91 à 150C
C
151 à 230D
D
231 à 330E
E
331 à 450F
F
> 450G
G
Bâtiment énergivore

​Un lycée est à l’image d’une petite cité, constitué de lieux de travail, de détente, de loisirs, de rencontre, de partage. Les distributions se font rues, places, proposent des perspectives donnant vie à la cité. Le projet du nouveau Lycée international de l’Est parisien, organisé à partir de cette référence urbaine, vient s’inscrire dans un site exceptionnel caractérisé par trois échelles de paysages :

  • Le grand paysage, celui du territoire et des vues lointaines - L’idée du soulèvement d’une forme installant un cadrage horizontal est apparue comme la matérialisation d’une séquence d’entrée en belvédère sur le grand Paris.
  • Le paysage urbain, celui de Marne la Vallée composé de différents quartiers souvent hétérogènes – Ici la volonté a été d’inscrire une forme forte, un parallélépipède dénué de toute volonté stylistique, pour servir de stabilisateur au contexte.
  • Le paysage de proximité, celui d’une forte pente végétalisée.C’est par un travail en gradin paysagés que l’intériorité du lycée a trouvé sa place attachée aux fonctions partagées avec l’internat (demi-pension, salle de sports…).

Plus de détails sur ce projet

 http://www.a234.fr/architecture/projects/lycee-international-de-lest-parisien-noisy-le-grand/
 http://www.a234.fr/architecture/publications/archistorm-n81-novembredecembre-2016/

Fiabilité des données

Certifié tierce partie

Intervenants

    Maître d'ouvrage

    SAERP

    Isabelle Bonnaud Jouin

    Mandataire


    Maître d'ouvrage

    Région Ile de France - Unité Lycée

    Maîtrise d'ouvrage


    Architecte

    Ateliers 2/3/4/

    Jean Mas, architecte associé

    Architecte et paysagiste


    Bureau d'études structures

    SAS Mizrahi

    Eric Bournique

    BET fluide + structure + economie


    Bureau d'étude thermique

    Elements ingénieries

    Baptiste André

    BET HQE


    Bureau d'études acoustique

    Peutz et Associés

    Stéphane Mercier

    Acousticien


    Entreprise

    CBC GTM

    Jean Michel Dauphinot

    Gros Oeuvre


    Entreprise

    BALAS

    Plomberie / Chauffage / Ventilation


    Entreprise

    BLANCHARD

    Courants forts/faibles


    Entreprise

    SOLSTYCE

    Panneaux photovoltaiques

Mode contractuel

Macro lot

Démarche développement durable du maître d'ouvrage

La Région Ile de France s’est engagée dans une politique de développement durable qui se décline désormais dans tous ses champs d’action. La Région Ile de France a fait de l’éco-responsabilité un des principes fondateurs de son action. Le projet d’éco région se caractérise particulièrement par une approche durable des dossiers transversaux (SDRIF, SRDE, schéma des formations…), la mise en oeuvre d’un projet d’Agenda 21. Dans le cadre de cette opération, des objectifs environnementaux particuliers sont définis. Ils sont formalisés dans le programme environnemental de l’opération. Ce programme est établi sur la base du référentiel CERTIVEA. Cette opération est donc retenue pour une démarche de certification « NF bâtiments tertiaire – démarche HQE® » avec un niveau énergie zéro. L'attention de la Maîtrise d'oeuvre est attirée sur l'obligation qui lui est faite d'adhérer à la démarche de certification HQE engagée par la Région Ile de France pour cette opération. L'obtention des performances environnementales de l'ouvrage est autant une question de management de projet qu'une question architecturale et technique. La maîtrise d'oeuvre et les différents acteurs prenant part au projet devront donc s'attacher à respecter les exigences des référentiels HQE, comprenant: - Le Système de Management de l'Opération - SMO - La Qualité Environnementale des bâtiments - QEB Le volet environnemental fait partie intégrante du programme d’opération. Les exigences environnementales de l’opération se caractérisent par la volonté de gérer prioritairement l’énergie et l’eau ainsi que de favoriser la biodiversité locale. Elles se déclinent de la manière suivante : FFICACITE ENERGETIQUE, CONFORT THEME A - HYGROTHERMIQUE ET QUALITE DE L’AIR : Consommation d’énergie : ► lycée, internat, logements: « zéro énergie » ► A minima seront compensées les consommations réglementaires. Une réflexion devra être menée sur la réduction des consommations non réglementaires (bureautique, cuisine) Maîtrise des déperditions ► uglobal ≤ 0,30 W/m²K ► paroi verticale : R mini = 5m².K/W ► menuiseries alu double vitrage ; Uw mini = 1,5 W/ (m²K) ► menuiseries bois double vitrage : ► Uw mini = 1,4 W/ (m²K) ► toitures : R mini = 7 m²K/ W ► perméabilité : I ≤ =0.8m3/(h.m2) Confort d’été Tic ≤ Ticréf Température résultante max 28°C sur 50h/anen occupa tion Confort d’hiver température de consigne 19° Circula tions, sanitaires et locaux de stockage non chauffé. Systèmes lycée ► chauffage : VMC double flux à haut rendement décentralisée par salle avec batteries chaudes alimentées par une géothermie sur nappe. ► ECS : chauffe-eau thermodynamiques ► ventilation : VMC double flux à haut rendement décentralisée asservie ► Mutualisation des équipements à étudier : par exemple, récupération des calories de l’air extrait de la salle polyvalente pourla production d’ECS de la demi-pension. Systèmes internat ► chauffage : VMC double flux à haut rendement décentralisée avec batteries chaudes alimentées par une géothermie sur nappe. ► ECS : chauffe-eau thermodynamiques et ECS solaire. ► ventilation : VMC double flux à haut rendement Systèmes logements ► chauffage : VMC double flux à haut rendement décentralisée avec batteries chaudes alimentées par une géothermie sur nappe. ► ECS : chauffe eau thermodynamique et ECS solaire ► ventilation : VMC double-flux à haut rendement Énergies renouvelables ► électricité éolienne ou photovoltaïque permettant de couvrir les consommations électriques du lycée. Photovoltaïque limité à 25 kWhep/m²/SHON. ► Chauffe eau thermodynamique ou capteurs solaires pour les logements et l’internat. THEME B - EAU ET BIODIVERSITÉ Economie d’eau potable ► appareils hydro économes ► comptages séparés + comptage nocturne (détection fuites). ► récupération des eaux pluviales pour réutilisation pour les chasses d’eau, l’arrosage, le nettoyage des espaces extérieurs, des véhicules et des sols. Gestion alternative des eaux pluviales Projet paysager intégrant la gestion des eaux pluviales à la parcelle. ► valoriser les écoulements liés aux pluies sur le site même du projet, dans le respect de la topographie en favorisant l’infiltration des eaux non polluées, par des techniques alternatives (puits d’infiltration). ► imperméabilisation de la parcelle : 30% maximum. ► Atteinte d’un débit de fuite maximal de 2l/s/ha. Biodiversité Maintenir et développer la biodiversité dans les espaces de nature « ordinaire » Les espèces végétales patrimoniales suivantes ont été recensées : - Glycérie pliée (Glyceria notata) - Drave des murailles (Draba Muralis) – espèce végétale protégée en Ile-de-France THEME C – DÉCHETS D’ACTIVITÉ Flux déchets et surfaces de stockage Respect des préconisations de l’étude détaillée déchets figurant dans le programme de l’opération. THEME D – CONFORT DES USAGERS (ACOUSTIQUE ET VISUEL) Confort acoustique : Pour le neuf et la réhabilitation :

Description architecturale

Destiné à accueillir à terme plus de 1200 élèves, le nouveau lycée international de l’est parisien est profondément ancré dans le projet Grand Paris : tant dans la dimension du rééquilibrage à l’est de la métropole, que dans son inscription à plusieurs échelles dans ce vaste paysage de bordure du plateau de Marne-la-Vallée, en balcon sur la Marne et la capitale, à la fois posé et soulevé sur l'horizon de la métropole. - Le projet est aussi fortement marqué par sa vision exemplaire en matière de développement durable, et de pérennité : construit sur une économie de moyens générale, qui se traduit aussi dans la simplicité affirmée des formes. Le travail en profondeur sur l’énergie et les éléments (eau, air, terre) lui permet donc d’être le premier lycée « zéro énergie » de la région Ile-de-France. - Architecturalement, le projet s'organise autour du concept de « place-forte », en mesure à la fois de prendre position et de s’inscrire avec justesse dans ce site d’exception. Il fédère et rassemble un territoire de proximité autour de l’exemplarité de son programme public d’éducation et de la qualité des espaces publics apaisés qu’il génère à son contact immédiat. D’un environnement marqué par une profonde incohérence, n’émergeait qu’une seule exception : celle du Palacio d’Abraxas de Boffil, dont l’exemplarité de la « forme-forte » et de la matérialité durable ont réussi à se maintenir avec dignité. Le lycée reprend et prolonge cette ambition, notamment dans l’affirmation des matérialités essentielles (béton, brique, bois, verre), comme dans la rigueur et la simplicité de son expression structurelle où le béton est – a contrario – visible et exprimé dans sa vérité essentielle et structurelle, et non comme un parement. - La « place-forte » de Vauban perd ici sa dimension défensive au profit de l’ouverture, traduite par la disparition des murailles et le soulèvement de l’édifice dans la pente, qui s’élève pour voir. Le dispositif cadre les vues lointaines et crée de vastes échappées sur le grand paysage, dilatant ainsi l’ensemble des programmes et leur conférant une haute qualité d’usage -visuelle et lumineuse- que ce projet public revendique ici avec force. - Cette qualité procède aussi d'un travail affirmé sur le paysage de proximité, sur la place de la nature et du végétal dans le lycée. Y contribuent bien sûr l’inscription au cœur-même de l’édifice de deux précieux jardins suspendus en étage, mais aussi la qualité des jardins et des abords extérieurs du lycée, structurés dans la pente en forme de restanques de plantes vivaces, inscrites dans les vues lointaines du site. - Le concept de place/ forte -au-delà de ce lycée - nous semble aujourd’hui une ambition que tout architecte, confronté aux mutations de la commande en France, se doit d’affirmer dans le travail des édifices comme du projet urbain. Particulièrement pour les projets publics qui doivent être signifiés comme des formes fortes disposées en réseau sur l'espace public, sur ce lieu majeur de la ville, ici rassemblée. Enseignement : respect de l’arrêté du 25 avril 2003 relatif à la limitation du bruit dans les locaux d’enseignement Internat et logements de fonction : respect de la NRA, arrêté du 28 octobre 1994 Confort visuel ► accès à l’éclairage naturel et aux vues sur l’extérieur pour tous les locaux « sensibles » et une bonne partie des circulations. ► implantation des locaux en fonction de l’ensoleillement, de l’orientation et des masques solaires. THEME E – ENTRETIEN ET MAINTENANCE Conception ► une construction durable et pérenne ► des équipements faciles d’accès pour l’entretien/maintenance. ► une limitation dès que possible des opérations d’entretien/maintenance et à minima la mise en oeuvre de l’ensemble des moyens permettant de les faciliter. Management ► justifications en coût global. ► carnet d’entretien/maintenance. ► formation des personnels. ► comptage et suivi permettant le retour sur expérience. THEME F – CHANTIER A FAIBLE NUISANCE Réflexion de conception, adaptée au contexte ► systèmes constructifs. ► engagement concernant les matériaux pour limiter les nuisances de chantier, diminuer le volume des déchets et optimiser la valorisation. Mise en place d’un management Environnemental ► Engagement écrit de la maitrise d’oeuvre sur : ► la rédaction de la Charte Chantier à faible nuisance. ► la mise en place d’un process de Management Environnemental au sein de l’équipe. L’objectif zéro énergie vise à rendre nul le bilan énergétique des bâtiments. Cette exigence est accompagnée des études d’approvisionnement énergétique. L’étude d’approvisionnement réglementaire devra être réalisée par l’équipe de la maîtrise d’oeuvre pour le permis de construire. Le niveau énergétique attendu impose que le choix constructif soit soigné. Le maître d’ouvrage n’impose pas de système constructif prédéterminé. La gestion de l’eau et de la biodiversité de l’opération s’inscrira dans un souci de « paysagement » du site avec une maîtrise des ruissellements à la source afin de reconstituer les éléments fixes du paysages (talus, fossés, mares..), la préservation de la zone humide et des essences intéressantes qui la caractérise concourt à cet objectif. La réalisation de cette opération s’inscrit dans une logique de durabilité écologique qui n’interdit pas l’esthétique, l’innovation technique et l’audace architecturale. Cette démarche doit être envisagée de manière globale avec des résultats tangibles et mesurables en fin d’opération. Elle fera l’objet d’un suivi précis lors des différentes phases du projet. Le coût de cette démarche est entièrement intégré au budget de l’opération.

Et si c'était à refaire?

sans objet, à refaire

Consommation énergétique

  • 15 kWhep/m2.an
  • 88 kWhep/m2.an
  • RT 2012

  • 25 kWhef/m2.an
  • Répartition des consommations d'énergie primaire :
    Chauffage : 36%
    Refroidissement : 0%
    ECS : 11%
    Eclairage : 16%
    Auxiliaires de ventilation : 34%
    Auxiliaires de distribution : 3%

Performance énergétique de l'enveloppe

  • 0 W.m-2.K-1
  • Besoin bioclimatique (Bbio) :
    Projet : 56.3
    Maximum autorisé (référence) : 60.9

  • 0
  • I4

  • 1

Systèmes

    • Pompe à chaleur géothermique
    • Pompe à chaleur
    • Autre système d'eau chaude sanitaire
    • Aucun système de climatisation
    • Double flux avec échangeur thermique
    • Solaire photovoltaïque
    • PAC géothermique sur nappe
  • 81 %
  •  EnR 52.1kWh - Cep 63.9kWh

Emissions de GES

  • 50 an(s)

Solution

    Mini CTA décentralisée

    Tuvaco

    6 avenue Antoine de Saint Exupéry Zone d'Activités Aéroportuaire 44860 SAINT-AIGNAN DE GRAND-LIEU

    Génie climatique, électricité / Ventilation, rafraîchissement

    Ventilation mécanique hygiénique
    Classes du lycée:
    Le poste de consommation des auxiliaires de ventilation, qui est le plus important dans les projets classiques,
    sera là réduit au strict minimum grâce à la mise en place d’un système de ventilation décentralisé. Ce
    système, conçu pour les bâtiments d’enseignement, est autonome classe par classe. Il possède deux
    ventilateurs, un pour l’amenée d’air neuf et un pour l’extraction. La prise d’air neuf et le rejet se font
    directement en façade ou en toiture.
    Les besoins de chauffage dus à la ventilation sont limités par la présence d’un échangeur sur l’air extrait d’un
    rendement supérieur à 87%. L’intérêt de ce système par rapport à un autre est notamment le fait que les
    pertes de charges linéiques et ponctuelles dues aux linéaires de gaines sont réduites de 50% (puissance de
    ventilation inférieure à 0.30 W/m3/h1) ce qui permet une réduction d’autant sur les consommations. Un autre
    intérêt de la décentralisation est l’adaptation aux besoins pièce par pièce suivant l’occupation ou non de celleci.

    Description produit:
    Carrosserie : Ossature en profilés aluminium 30 mm sur tailles 3, 4 et 6 et 50 mm sur tailles 8 et 11.
    Panneaux double paroi RAL 9010, isolation P.U. 25 mm sur tailles 3, 4 et 6 et 45 mm
    sur tailles 8 et 11.
    By-pass incorporé assurant les fonctions de «Free cooling» et dégivrage.
    Accès : Par les côtés + par le dessous pour tailles 3 et 4.
    Filtration : Filtre éco concept M5.
    Récupération : Récupérateur à plaques aluminium à contre courant parfait,
    efficacité 84 à 90 %, certifié EUROVENT.
    Ventilation : Ventilateurs «Roue libre» à réaction avec moteur EC basse consommation.
    Accessoires en option :
    • Sonde CO2 d’ambiance ou de gaine.
    • Registre externe «air neuf» à raccordement circulaire avec servo moteur 230V.
    • Batterie eau externe montée en caisson galvanisé avec piquages de raccordement circulaires.
    Livrée avec vanne 2 ou 3 voies + raccords + servo moteur 24V proportionnel 0-10V et sonde
    anti-gel.
    • Batterie électrique circulaire externe avec tôlerie acier galvanisé.
    • Résistances inox AISI 321 Ø 8,5mm. Régulation PROGRESSIVE.
    • Toiture pare pluie et auvent de prise d’air ou de rejet pour montage extérieur

    Produit préconisé par le service Energie de la Région IDF.

Coûts de construction & exploitation

  • 900 000
  • 2 500 000
  • 47 000 000

Environnement urbain

Situé à cheval sur deux communes : Bry-Sur-Marne et Noisy-Le-Grand à proximité des transports en communs (5 minutes du RER etau pied d'une future station TVM (Trans-Val-de-Marne) de transport collectif en site propre (TCSP). S'inscrit dans l'aménagement du quartier Maille Horizon à Noisy (création de logements, parc publics). A proximité du Centre commerciale les Arcades. Situé à la sortie de l'autoroute A4

Surface du terrain

24 650 m2

Surface au sol construite

32 %

Espaces verts communs

10 708

Parking

82 places en souterrain sur un niveau
20 places pour les logements (2 par logement)

Qualité environnementale du bâti

  • Adaptabilité du bâtiment
  • Santé, qualité air intérieur
  • Biodiversité
  • Chantier (incluant déchets)
  • confort (olfactif, thermique, visuel)
  • gestion des déchets
  • gestion de l'eau
  • efficacité énergétique, gestion de l'énergie
  • énergies renouvelables
  • gestion du bâtiment, maintenance
  • gestion des espaces, intégration dans le site
  • mobilité

 Lauréat Green Solutions Awards
 Grand Prix Construction Durable
 Green Solutions Awards Winner
 Sustainable Renovation Grand Prize

Auteur de la page


  • Autres études de cas

    Plus

    Concours

    Green Solutions Awards 2017 - Bâtiments