La Maison du Zéro Déchet

  • Type de bâtiment : Autre bâtiment
  • Année de construction :
  • Année de livraison : 2018
  • Adresse : 1 passage Emma Calvé 75012 PARIS, France
  • Zone climatique : [Cfb] Océanique hiver tempéré, été chaud, pas de saison sèche

  • Surface nette : 934 m2
  • Coût de construction : 380 000 €
  • Coût/m² : 406.85 €/m2
  • Consommation d’énergie primaire :
    0 kWhep/m2.an
    (Méthode de calcul : Autre )
Consommation énergétique
Bâtiment économeBâtiment
< 50A
A
51 à 90B
B
91 à 150C
C
151 à 230D
D
231 à 330E
E
331 à 450F
F
> 450G
G
Bâtiment énergivore

La Maison du Zéro Déchet, lieu associatif accueillant une boutique, un café associatif, des salles de conférences et des bureaux associatifs, s'est installée dans un bâtiment de l'ancienne caserne de Reuilly (Paris 12). Le bâtiment a été réhabilité par le bailleur, Paris Habitat, puis livré en coque vide : l'association a ainsi aménagé l'intérieur du bâtiment (réseaux, cloisons, sols...) en menant une démarche de réemploi de matériaux et de mobilier dans une démarche d'économie de ressources.

 L'opération de réemploi menée par la Maison du Zéro Déchet concerne uniquement l'aménagement intérieur du bâtiment. 

Le bâtiment en lui-même avait déjà été réhabilité extérieurement (avec création d'une extension et de terrasses ouvertes sur le jardin intérieur de la caserne) par Paris Habitat avec Mir Architectes. De manière générale, sur l'intégralité de la réhabilitation de la caserne de Reuilly, Paris Habitat a porté une démarche de réemploi des matériaux présents dans la caserne militaire (anciens radiateurs en fonte, portes de placards des bureaux...).

 

Plus de détails sur ce projet

 https://www.zerowastefrance.org/reemploi-retour-experience-maison-zero-dechet/
 https://www.zerowastefrance.org/meubler-equiper-lieu-en-reemploi-maison-zero-dechet/
 https://www.parishabitat.fr/bibliothequecommuniquesdepresse/2019/2019-09-23-caserne-de-reuilly-visite-presse-dossier.pdf

Fiabilité des données

Auto-déclaration

Crédits photo

Stefano Borghi, Ingrid Bailleul, Mélanie Fourcy (selon photos)

Maître d'ouvrage

    La Maison du Zéro Déchet

    contact[a]lamaisonduzerodechet.org

Maître d'œuvre

    Guillaume Nicolas (architecte)

    gn[a]guillaume-nicolas.fr

Intervenants

    Entreprise

    Yegros Renovation SARL

    76 Rue DE LA POMPE 75116 PARIS 16

    Réalisation de l'aménagement intérieur

Démarche développement durable du maître d'ouvrage

L'association La Maison du Zéro Déchet, maître d'ouvrage de l'aménagement intérieur, a inscrit le réemploi au cœur de sa démarche. En tant qu'association œuvrant pour sensibiliser tous les publics, citoyens et professionnels, à la réduction des déchets, il nous semblait évident de se tourner vers le réemploi de matériaux et de mobilier pour notre nouveau lieu, afin de limiter un maximum le gaspillage de  ressources engendré par l'achat de matériaux neufs. Notre chantier a lui-même produit peu de déchets (les locaux ayant été livrés en coque vide, il n'y a pas eu de déconstruction ni de dépose de matériaux), mais nous avons sourcé un maximum de matériaux en réemploi en région parisienne. Nous avons également prêté attention à la proximité géographique des chantiers dont provenaient ces matériaux, privilégiant uniquement des chantiers proches de Paris (le plus souvent à Paris même) afin que le transport n'ait pas un impact trop important.

Description architecturale

Les travaux ont consisté en aménagement intérieur des locaux : création de réseaux (eau, électricité, chauffage...), définition des différents espaces (cloisons, circulations), création des sols (chapes, carrelage et parquet).

L'architecte de l'aménagement intérieur, Guillaume Nicolas, a fait le choix de s'appuyer sur l'existant pour délimiter les différents espaces intérieurs, et de privilégier l'ouverture et la transparence, déjà au coeur du projet de réhabilitation par Mir Architectes. Le bâtiment constitue en effet l'un des deux pavillons d'entrée de la caserne de Reuilly, entre lesquels passe aujourd'hui l'entrée principale du jardin public. Les terrasses et l'extension du bâtiment (créées lors de la réhabilitation) symbolisent ainsi la perméabilité du site de la caserne sur le quartier. Dans cette lignée, notre architecte a privilégié l'ouverture et la transparence entre espaces pour l'aménagement intérieur. Au rez-de-chaussée, l'extension neuve du bâtiment a ainsi constitué la partie café du bâtiment, séparée des autres espaces par des cloisons vitrées, afin de laisser passer la lumière. Deux hublots ont également été ajoutés autour du café, pour faciliter cette transparence. A l'étage, dans les bureaux, des cloisons vitrées ont été installées pour répondre au besoin de petites salles de réunion. Pour éviter de perdre tout espace, notre architecte a proposé l'extension de la mezzanine (désormais en forme de L) au-dessus de ces salles de réunions (qui de toute façon auraient nécessité un faux plafond). Nous avons donc pu bénéficier de quelques mètres carrés supplémentaires de rangement sur la mezzanine, au-dessus de ces salles de réunions.

 

Et si c'était à refaire?

Si c'était à refaire, nous passerions plus de temps à sourcer certains matériaux clés difficiles à trouver (radiateurs) et éviterions de passer trop de temps à sourcer des câbles (trop petites quantités à trouver) ou du carrelage (souvent détruit). Il faut toutefois insister sur les quantités de matériaux qu’il a été possible de sourcer et d’intégrer au chantier. Chaque pièce témoigne de plusieurs matériaux réemployés, bien que leur origine soit rarement visible au regard du travail de qualité fait à partir de ces matériaux. Le temps investi en interne sur le sourcing s’est également révélé utile pour l’intégralité du suivi de chantier, nous permettant d’aller plus loin que le rôle du simple commanditaire. Sur le plan financier, si des économies ont été réalisées sur l’achat brut des matériaux réemployés, elles ont été réinvesties en main d’oeuvre pour les retravailler. Le réemploi permet ainsi de répartir différemment les coûts liés au chantier, et de privilégier le coût de main d’oeuvre sur celui des matériaux.

Opinion des occupants

Le lieu est occupé par plusieurs associations, qui soulignent que la démarche de réemploi n'est pas forcément très visible : il est ainsi possible de faire du réemploi sur un chantier, de manière quasiment “invisible” comparativement à du neuf. Le lieu est très agréable au quotidien, et les matériaux parfois de meilleure qualité par rapport à ce que nous aurions pu acheter neuf (parquet en chêne).

Consommation énergétique

  • Autre

    Le DPE est vierge car le bâtiment était inutilisé plusieurs années avant notre arrivée et la réalisation des travaux.

Systèmes

    • Chaudière gaz individuelle
    • Radiateur à eau
    • Plancher chauffant basse température
    • Chauffe-eau électrique individuel
    • Aucun système de climatisation
    • VMC autoréglable
    • Aucun système de production d'énergies renouvelables

Coûts de construction & exploitation

  • 380 000,00
  • Sur la réhabilitation initiale par le bailleur, les éléments communiqués par Paris Habitat ont trait à la réhabilitation globale de la caserne (réhabilitation de bâtiments existants, transformation majoritairement en logements, et construction de bâtiments neufs dans les interstices). Paris Habitat communique ainsi sur le projet global (dont notre bâtiment n'est qu'une toute petite partie) :
    - 582 logements, dont 339 sociaux familiaux et étudiants
    - 4800 m² de jardin public et 3 placettes de 490 m², 430 m² et 120 m²
    - 66 berceaux au sein de la future crèche municipale
    Coût global prévisionnel de l’opération : 170 M€

Environnement urbain

Le lieu fait partie de la Caserne de Reuilly, une ancienne caserne militaire rénovée par Paris Habitat. C'est aujourd'hui un quartier accueillant majoritairement des logements, mais aussi quelques équipements et commerces (comme notre lieu) : crèche, restaurants, maison médicale... Les anciens bâtiments de la caserne (comme le nôtre) ont été rénovés, et d'autres neuf construits dans les interstices. L'ancienne place d'arme a été transformée en jardin public. L'ensemble du projet a cherché à inclure une démarche de réemploi, avec la réutilisation de matériaux pour l'aménagement des logements (radiateurs, portes de placard...).

Réemploi (même usage) / Réutilisation (changement d'usage)

    • Serrurerie-Metallerie
    • Revêtements de sol
    • Cloisons
    • Electricité
    • Plomberie

    • 300 m² de parquet réemployé (poncé, revernis)
    • 30 m linéaires de cloisons vitrées (redécoupées)
    • 20 éclairages de sécurité (BAES)
    • 8 m² de carrelage provenant de fin de chantier
    • 55 luminaires de seconde main / 4 vasques récupérées
    • 4 radiateurs en réemploi
    • de nombreuses poignées de porte (25)

    • 100% du parquet
    • 100% des cloisons vitrées
    • 90% des BAES
    • 100% des vasques
    • 70% des luminaires
    • 15% des radiateurs
    • 10% du carrelage
    • 40% des sanitaires

    Réemploi pour tout les matériaux cités. Origine : chantiers de déconstruction BTP en région parisienne.

    - parquet : don d'un chantier d'aménagement dans le 1er arrondissement (dépose faite directement par notre entreprise de BTP pour en préserver un maximum). Mise en contact via un appel à matériaux que nous avons lancé sur les réseaux sociaux.

    - cloisons vitrées, BAES, vasques et petits équipements (poignées de porte) : chantier de déconstruction dans le 17è arrondissement (contact direct du chantier).

    - luminaires : via des plateforme de réemploi.

    - radiateurs : chantier de réaménagement dans le 19è (contact associatif).

    - carrelage : dons de particuliers suite à notre appel à matériaux.

    - sanitaires : récupération des éléments du chantier.

Eco-conception

  • 98 %
  • Eco-conception de mobilier sur mesure pour l'aménagement de la boutique associative du lieu. Travail avec l'Atelier TAC (matériaux provenant de la Réserve des Arts, à l'exception des roulettes des caissons de présentation, seul élément neuf). Travail aussi avec l'association Extramuros pour la réalisation du comptoir boutique et d'un meuble librairie, réalisés avec des chutes de parquet réemploi (issus d'un ancien terrain de basket en partie inondé) et de portes de placards présentes dans la Caserne de Reuilly (réutilisation, cette fois, car changement d'usage, mais directement sur place, donc on peut encore parler de réemploi).

    Pas de matériaux spécifiquement biosourcés (le temps investi a vraiment été passé sur le réemploi, pour éviter le gaspillage de toute ressource (même biosourcée).

Bilan environnemental

    Déchets évités au sein d'autres chantiers que le nôtre, mais pas de calcul spécifique des quantités de notre côté.

    Le réemploi des matériaux sur ce projet a permis d'éviter :

    - L'émission de 17 tonnes eqCO2

    - La consommation de 1513 m3 d'eau 

    - La production de 19 tonnes de déchets

Réplicabilité et Innovation

    La Maison du Zéro Déchet a souhaité aménager ses nouveaux locaux, livrés en coque vide, avec un maximum de matériaux de réemploi, pour limiter la consommation de nouvelles ressources induites par ces travaux. Le maître d'ouvrage a ainsi mobilisé deux personnes dans son équipe pour mener cette démarche de réemploi (à la fois pour les matériaux et pour le mobilier) et sourcer les matériaux en réemploi, identifier des chantiers de dépose sur lesquels récupérer des matériaux. Le réemploi a également fait partie prenante du travail de l'entreprise générale de bâtiment en charge de l'aménagement. L'architecte qui a travaillé sur le projet, a ainsi inscrit cette volonté de réemploi au sein même du CCTP (cahier des clauses techniques et particulière), et rédigé une lettre d’engagement précisant cet impératif de réemploi, à faire signer à l’entreprise choisie. L’entreprise s’est ainsi engagée à privilégier les matériaux en réemploi sourcés par le maître d’ouvrage par rapport à des matériaux neufs et à fournir un calendrier précis de ses besoins en matériaux avant de commander du neuf, afin que le maître d'ouvrage ait la possibilité de sourcer un équivalent en réemploi.

    Le réemploi implique nécessairement de faire preuve de flexibilité sur le chantier : il s’est agit parfois de faire évoluer nos besoins et/ou notre calendrier. Les calendriers des chantiers où sont déposés les matériaux ont en effet leurs propres contraintes et ont rarement coïncidé avec le nôtre. Le principal frein au réemploi est celui-ci : trouver les bons matériaux disponibles au bon moment.

    L’adaptabilité requiert aussi de faire preuve d’imagination lorsque les matériaux récupérés ne conviennent finalement pas parfaitement. Notre architecte et notre entreprise de BTP ont ainsi travaillé main dans la main pour proposer des solutions et s'adapter aux matériaux. Par exemple, nous avons récupéré sur un autre chantier 30 m linéaires de cloisons vitrées. Les cloisons (sur mesure) ont pu être redécoupées, mais difficile de réutiliser les vitrages sur mesure. Pour éviter de les jeter, notre entreprise de BTP a d'abord tenté plusieurs techniques pour les redécouper (sans succès). Notre architecte, afin d'en réemployer un maximum, a alors proposé qu'on n'aligne pas certaines hauteurs de cloisons (notamment aux hauts des encadrements de porte) pour pouvoir réutiliser un maximum de vitrages (cf photo).

    Autre exemple : nous avons récupéré 20 éclairages de sécurité (BAES) sur un chantier, mais ceux-ci étaient faits pour s’encastrer dans un faux plafond (ce que nous n’avions pas). Qu’à cela ne tienne, notre électricien a proposé une solution pour les accrocher directement sur les chemins de câbles visibles au plafond, en bricolant un système maison qui soit à la fois solide et facile à retirer (pour des questions de maintenance).

    Nous avons aussi longuement réfléchi aux possibilités d'utiliser des restes de carrelage (entre 2 et 8 m carrés) donnés ou récupérés. Nous avons fait le choix de faire des "bandes" de réemploi par endroit, servant à indiquer les circulations.

Economie sociale et solidaire

    Travail avec plusieurs entreprises d'insertion (Atelier TAC) et réalisation d'un chantier éducatif avec des jeunes du quartier et la Fondation Feu Vert dans le cadre de la réalisation des meubles boutique (comptoir...).

Catégories du concours

Bâtiments Tertiaires / prix de la rénovation

Bâtiments Tertiaires / prix de la rénovation

Trophées Bâtiments Circulaires

 réemploi
 zéro déchet
 économie circulaire
 Trophées Bâtiments Circulaires

Auteur de la page


  • Autres études de cas

    Plus

    Concours

    Trophées Bâtiments Circulaires