La Cabane de Silhac

  • Type de bâtiment : Maison individuelle isolée ou jumelée
  • Année de construction : 2018
  • Année de livraison : 2020
  • Adresse : 553 route du Chiat 07240 SILHAC, France
  • Zone climatique : [Cfb] Océanique hiver tempéré, été chaud, pas de saison sèche

  • Surface nette : 66 m2
  • Coût de construction ou de rénovation : 68 619 €
  • Coût/m² : 1039.68 €/m2
  • Consommation d’énergie primaire :
    kWhep/m2.an
    (Méthode de calcul : )
Consommation énergétique
Bâtiment économeBâtiment
< 50A
A
51 à 90B
B
91 à 150C
C
151 à 230D
D
231 à 330E
E
331 à 450F
F
> 450G
G
Bâtiment énergivore

La Cabane de Silhac est une micro-maison dont l'histoire est intimement liée à la conceptrice et habitante que je suis, Célia Auzou.

En 2016, après 8 ans d'exercice architectural plutôt conventionnel en agence, je m'ennuie et je suis assez frustrée du manque de pratique et de conviction que je rencontre autour de mon métier. Je décide alors de mener à bien un projet personnel me permettant d'atteindre simultanément plusieurs objectifs : habiter un lieu "refuge" dans la nature, vivre pleinement un chantier, auto-construire, confronter mes idées d'écoresponsabilité à la réalité, mettre en oeuvre et faire mettre en oeuvre des matériaux de réemploi.

Pour se faire, après de nombreuses esquisses, j'ai produit un projet qui me conquiert. La maison envisagée est très compact puisque c'est un volume simple, parallépipédique, de 36m² habitables. Afin de tromper cette surface réduite, la hauteur sous rampant est de 3m en moyenne et la surface du séjour atteind 27m². Pour gérer la forte pente du terrain (bienvenue en Ardèche) et trouver un lieu de bricolage et de réserve, la maison accueille un atelier sous son volume habitable. Les 36m² et leur terrasse se retrouvent donc suspendus au-dessus de la forêt environnante. A ce stade, les grandes lignes sont tirées.

La volonté de travailler avec des matériaux de réemploi implique de s'adapter au déjà-là. La petite taille de la maison, déjà frugale en soi, facilite l'intégration de ces matériaux. Ainsi, les menuiseries extérieures, la menuiserie intérieure, les appareillages électriques, la terrasse, le revêtement mural et de plafond, les ossatures des cloisons et les lambourdes, le poêle, les éléments sanitaires, le mobilier et l'electroménager, l'aménagement des extérieurs sont autant de sujets réalisés en réemploi. Ce sont 14 tonnes de matières qui sont réemployées sur la micro-maison et dans ses aménagements extérieurs.

Et si c'était à refaire ?

Ayant désormais le réseau local adéquat, j'envisagerais de trouver du bois de réemploi pour l'ossature, réduisant ainsi fortement l'impact du bâti et poussant l'expérimentation plus loin. D'autres postes comme l'isolant et le bardage bois des façades seraient également sourcés en réemploi. Coté conception, je crois que rien ne serait modifié. Peut-être, le bâtiment plus large de 20cm pour un peu plus de place en cuisine et sur le coté du lit dans la chambre.

Plus de détails sur ce projet

 http://www.ville-amenagement-durable.org/IMG/pdf/fiche_rex_reemploi-silhac_la-cabane.pdf

Crédits photo

Célia Auzou

Maître d'ouvrage

    Célia Auzou

    0760225580, celia.auzou[a]gmail.com

Maître d'œuvre

    Célia Auzou

    0760225580 / celia.auzou[a]gmail.com

Intervenants

    Entreprise

    TECHNOBOIS

    François-Pierre MOURGUES

    Charpentier


    Entreprise

    FERRONERIE MARTEL

    Romuald MARTEL

    Ferronnier


    Entreprise

    Minéka

    Joanne BOACHON

    Fournisseur de matériaux de réemploi


    Assistance à Maîtrise d'ouvrage

    Re.Source Réemploi

    Célia Auzou

    AMO réemploi

Mode contractuel

Lots séparés

Consommation énergétique

    Il n'y a jamais eu d'Audit Energétique du bâtiment ou DPE.

Consommation réelle (énergie finale)

    3 984,00 kWhef/m2.an

    110,00 kWhef/m2.an

    2 021

Systèmes

    • Chaudière/poële bois
    • Chauffe-eau électrique individuel
    • Aucun système de climatisation
    • Simple flux
    • Aucun système de production d'énergies renouvelables

Coûts de construction & exploitation

  • 68 619

Environnement urbain

La maison est en pleine nature, dans le hameau Le Chiat qui rassemble une dizaine de maisons, sur la commune de Silhac en Ardèche (07) de 300 habitants.

Surface du terrain

2 000,00 m2

Surface au sol construite

40,00 %

Parking

1 place

Qualité environnementale du bâti

  • Santé, qualité air intérieur
  • confort (olfactif, thermique, visuel)
  • gestion des déchets
  • fin de vie du bâtiment
  • gestion des espaces, intégration dans le site
  • procédés de construction
  • produits et matériaux de construction

Réemploi (même usage) / Réutilisation (changement d'usage)

    • Menuiseries intérieures
    • Menuiseries Extérieures
    • Cloisons
    • Electricité
    • Aménagements extérieurs
    • autres..

    Les éléments réalisés en réemploi :

    • 10 menuiseries extérieures dont 9 d'occasion issus de déconstructions soignées, d'erreurs de commande et de pièces d'exposition (cf. plan des menuiseries). Lot 2680€ transport compris (+1350€ de pose au total) ; 
    • la menuiserie intérieure : par exemple les deux plans de travail de la cuisine fait de deux plaques de médium récupérés en matériauthèque, ainsi que le carrelage d'occasion qui les recouvre, ou encore le plan vasque de la salle de douche fait en trespa (chute de façade et donc étanche) + meuble sous vasque à base d'une ancienne commode. On peut également citer les plinthes issues d'un surplus de chantier (40ml). Lot 190€ transport compris ;
    • les appareillages électriques, c'est à dire tous les interrupteurs, prises et luminaires. Lot 10€ transport compris ;
    • la terrasse, plus spécifiquement les lames bois à hauteur de 40m² collectées (via le bon coin), nettoyées, recoupées et retournées pour être remises en oeuvre pour 32m², au sud et au nord. Lot 150€ transport compris ;
    • le revêtement mural et de plafond est issu de la biennale d'architecture de 2017 (Atelier Utopies) qui avait eu lieu à la Sucrière de Lyon. La mise en oeuvre de la scénographie ayant été réfléchie en amont comme "non destructrice", les planches et tasseaux bois étaient liées par cordage. Ainsi, ils étaient vierges et propres au réemploi. Ils sont au nombre de 100u. de panneaux pin (2000 mm x 500 mm x 18 mm ép.) et recouvrent tous les murs périphériques de la maison ainsi que les plafonds des 3 pièces. Afin de limiter les chutes, le calepinage a été fait selon leur dimension, limitant drastiquement les chutes. Lot 350€ transport compris ;
    • les ossatures des cloisons et les lambourdes, sont issus du même sourcing que les panneaux pin. Ils sont au nombre de 85u. de tasseaux pin (32 mm x 45 mm x 4500 mm). Ils recoivent les panneaux des murs, des plafonds et le parquet massif du sol, tout en offrant le vide technique adéquat pour le passage des réseaux. Lot 400€ transport compris ;
    • le poêle et sa plaque de sol, acquis d'occasion dans le village de Silhac, à une connaissance. J'ai acquis le plus petit que j'ai trouvé d'occasion (par une connaissance) afin de ne pas surconsommer. Il fait 4kw et je passe une stère de bois par an (mon voisin le coupe, le fait sécher puis le débite pour moi) pour chauffer le volume à la période froide. Lot 330€ transport compris (+1500€ de pose au total avec fourniture conduit et sortie en toiture) ;
    • les éléments sanitaires, que sont le lavabo, l'evier de la cuisine, les robinetteries issus de particuliers Le Bon Coin. Lot 110€ transport compris ;
    • les grilles de ventilation / entrées d'air issu d'un particulier Le Bon Coin. Lot 30€ transport compris ;
    • la peinture des murs est issue de fonds de pots de peintres professionnels. Lot 10€ transport compris ;
    • le mobilier et l'electroménager, dans son intégralité (canapé, bureau, chaises, tables, lit, four, frigo, plaques de cuisson, lave-vaisselle, etc.) issus de particuliers Le Bon Coin. Lot 2600€ transport compris ;
    • l'aménagement des extérieurs, notamment l'escalier extérieur en technique mixte : marches hautes en poutres de chataignier issues de la déconstruction d'une auberge dans le village voisin et marches basses en pierres du terrain, issues de murs de pierres sèches tombés. Le déjà-là prend tout son sens. On peut ajouter les travaux en cours actuellement que sont une cloture bois en bastaings issus d'un chantier de déconstruction d'une dalle bois à la française et la mise en place de 3 cuves de récupération d'eau (de 1000L chacune). Lot 200€ transport compris ;

    Réponses ci-dessus.

Eco-conception

    Les 3 matériaux sont :

    1/ les menuiseries extérieures ; elles sont issues de bien des gisements différents (cf. catégorie précédente). Elles ont été stockées chez le charpentier qui a pu, en les ayant sur place à son atelier, construire la maison autour de leurs dimensions. Il a notamment réalisé les pré-cadres sur mesure pour chacune d'elles. C'est un autre artisan qui a posé les menuiseries. Il n'était pas favorable à leur pose car il se sentait en porte-à-faux par rapport à son assurance. Il a notifié à sa facture que les menuiseries qu'il a posé n'étaient pas de son fait. 

    Je pense que certaines (notamment les deux lapeyres) sont vraiment légères (dans leur structure) d'origine et n'auraient pas mérité une seconde vie au sein d'une construction neuve mais plutôt d'une serre bio-climatique ou d'une double peau. Leurs joints sont d'ailleurs décollés en partie depuis et seront changés prochainement. Ce sont celles dont j'envisage d'ailleurs de me séparer d'ici 5/6 ans.

    2/ les revetements bois intérieurs ; ils sont issus de la biennale d'architecture de Lyon (cf. catégorie précédente). C'est l'association Minéka qui a capté le gisement (tout comme celui des tasseaux) et qui l'a redistribué à prix solidaire. La mise en oeuvre a été réalisée en autoconstruction. Dans leur majorité, elles n'ont pas été recoupées pour limiter les chutes et les tasseaux de support ont été posés en conséquence. Pour le plafond, elles ont été posées au leve-plaque (loué pour l'occasion). Elle sont tout simplement vissées aux tasseaux afin d'être démontable à tout instant. L'interêt immense que j'y vois est double :

    • je peux fouiller dans le mur, c'est-à-dire par exemple en sortir l'isolant si j'avais une plaque de laine de bois qui s'abime, ou reprendre les réseaux electriques passant par là si besoin, sans avoir à entrer dans de gros travaux de platrerie. Il n'y a qu'à "refermer la boite" quand l'intervention est finie.
    • à terme les plaques (comme les tasseaux) pourront être réutilisées sans difficultées pour une 3ème vie.

    3/ les éléments de plomberie ; ils sont issus du bon coin. Ils sont anciens et il a été complexe de trouver les bondes, siphons, raccords correspondants. Ils ont également été posés en autoconstruction. Ils ont spécifiquement demandé d'être débrouillard / bricoleur / créatif pour être rendus utilisables et pérennes.

    Cette notion est apparue au fer et à mesure de la construction, plus je creusais la notion de réemploi en parallèle. J'ai d'ailleurs découvert le référentiel BAZED à cette même époque.

    A ce titre, les ossatures des cloisons et doublages sont en tasseaux bois, vissés entre eux et sur l'ossature bois principale. Quasiment toutes les parois sont démontables (car juste vissées comme expliqué précédemment). Pour se faire, les plinthes sont donc également vissées. De nombreux éléments sont amovibles (il suffit de soulever les portes de placards (en 3 plis bois) pour les récupérer et les emmener vers un autre projet). Le parquet comme le bardage est pointé (pointe 1mm de diam.) uniquement dans les languettes pour pouvoir récupérer à minima le bois. L'isolant en plaque suit le même schéma que le reste. Outre cas d'impossibilité évidente de lien mécanique, tout est sous ce format.

    L'ossature bois de la maison ainsi que son bardage sont neufs. Le charpentier s'est fourni dans une scierie proche (dont je ne me rappelle plus le détail). Du béton a été utilisé (aux endroits propices) pour maintenir les terres en pied de maison et devenir un espace de stockage atelier. Il a servi de socle à l'ossature bois. Il avait été envisagé à l'origine des techno-pieux mais la pente du terrain est si forte (16m de différence entre le haut et le bas du terrain) que cette solution a été abandonnée.

    Par ailleurs, la maison a été isolée en laine de bois ISONAT & STEICO en mélange. La toiture est en bac acier.

Bilan environnemental

    Aménagements extérieurs 2840.214264 31.81952695 6441.51221
    Aménagements extérieurs / Serrurerie - Métallerie 0 0 0
    Charpente 1161.906667 18.58066 1008.333562
    Cloisons 0 0 0
    Couverture 0 0 0
    Couverture / Aménagements extérieurs 0 0 0
    Eclairages 671.7746124 4.419368699 719.2832713
    Eclairages sécurité 0 0 0
    Equipements de génie climatique 0 0 0
    Equipements électriques 20.72221888 1.270485753 32.06175904
    Façades 0 0 0
    Faux plafonds 0 0 0
    Faux planchers 0 0 0
    Faux-plafonds 1282.759658 19.96520344 1899.93657
    Gros-œuvre 0 0 0
    Installations sanitaires 196.3616837 1.79894275 144.7462377
    Isolation 0 0 0
    Menuiserie ext 1436.725045 13.95544533 1524.253577
    Menuiseries intérieures 169.335 4.227245667 454.1590882
    Mobilier 1696.350985 638.8669183 1437.140234
    Peinture 16.74170246 0.446296335 15.85387955
    Plomberie 74.85 1.01805 199.9663638
    Revêtements de sols 47.56106948 10.1588978 98.0695322
    Revêtements de sols ou muraux 0 0 0
    Revêtements muraux 0 0 0
    Sécurité du bâtiment 0 0 0
    Serrurerie - métallerie 49.98493717 0.619533229 32.94360732
    VRD 0 0 0
           
      CO2 évité (kg)  Consommation Eau évité (m3) Déchets évités (kg)
    TOTAL 9665.287843 747.1465743 14008.25989

    L'opération de réemploi a économisé l'équivalent de 77322 kilomètres parcourus par une petite voiture, soit 88 trajets Paris-Nice, 4981 baignoires rectangulaires remplies d'eau et 28 années de déchets ménagers d'un français

    Dans le calcul des impacts évités, je n'ai pas pu comptabiliser :

    • le poële et sa plaque de sol ;
    • les éléments complémentaires aux travaux extérieurs (visseries, cordages, etc.)
    • certains mobiliers comme la commode de la salle de douche, le lit, le canapé et tous les autres petits meubles / éléments de décoration de la cabane ;

    Et j'ai comptabilisé les 100m² de panneaux bois intérieurs murs et plafonds dans la catégorie faux plafond bois reconstitué (à défaut d'une autre catégorie plus adaptée). Aussi, j'ai comptabilisé les 85u de tasseaux et les 40ml de pinthes sous la catégorie charpente bois (à défaut d'une autre catégorie plus adaptée là aussi).

Réplicabilité et Innovation

    La maitrise d'ouvrage, l'architecte maitre d'oeuvre et l'AMO réemploi étant une seule et même personne, je dois avouer que cela a grandement simplifié le jeu d'acteurs. Il ne restait qu'à convaincre les entreprises, qui, une fois averties n'ont pas freiné l'entreprise, sans non plus l'alimenter.

    Coté stockage, comme dit précédemment, le stockage des menuiseries s'est fait chez le charpentier. Pour le reste des matières, elles ont directement pris place dans l'espace atelier du batiment, premier espace construit. Il faut garder à l'esprit que l'auto-construction qui a suivi la livraison hors d'eau / hors d'air des entreprises a duré deux ans. Ce temps long a permis de continuer à sourcer et s'approvisionner en matériaux au fur et à mesure de l'avancement de la construction. Ce temps long a également permis de prendre le temps de sentir le terrain, de capter les vents, la manière d'évoluer de la végétation extérieure et d'affiner la conception en même temps que la réalisation. C'est un gain inestimable pour la qualité du projet (que les auto-constructeurs connaissent bien).

    Coté sourcing des matériaux, c'est moi qui m'en suis chargé. Cela permettait les allers-retours créatifs avec la partie conception et a permis d'adapter le projet aux diverses "trouvailles". Cette conception autour du déjà-là est vivante et dynamique. Le déjà-là se présente comme un élément de contexte supplémentaire nourissant le projet au même titre que peut l'être le cahier des charges ou le site. L'important est de conserver la vision macro du projet en tête tout au long de ces va-et-vient. Pour illustrer cet exercice, l'exemple des menuiseries est flagrant puisqu'il impactait sur la façade donc sur un potentiel permis modificatif. Certaines menuiseries ont amené l'idée de grandes baies fixes et d'un panorama plus continu coté vue sur les collines. Chaque menuiserie selectionnée amène avec elle son histoire et son esthétique. Elle façonne le projet.

    Le frein assurantiel, sur les menuiseries notamment, est évident. Le poseur des menuiseries a souhaité s'en exempter en inscrivant à sa facture ne pas avoir fourni les menuiseries. Je pense que cette note n'a aucune valeur car il est sachant sur le chantier. Outre ce point, nous n'avons pas fouillé plus loin. J'ai simplement accepté le risque que je prenais en n'ayant pas de menuiseries assurées. Concernant les autres matériaux, le fait que nous soyons en habitat individuel soulage de beaucoup de questions de ce type. Les interrupteurs et prises, par exemple, n'ont pas necessité à être neufs. 

    Coté communication, je partage de plus en plus sur ce projet, notamment depuis l'article de la maison écologique qui a eu de très bons échos. Les formations réemploi et interventions auprès d'acteurs publics comme privés que nous animons avec Re.Source Réemploi permettent ces temps de restitutions. Je communique régulièrement sur ce projet (et plus largement sur la pratique) au sein du réseaux des Castors ainsi que dans celui de VAD, et encore prochainement à Eurobois en Juin 2022 et avec le CAUE les 26 & 07 Octobre 2022.

    Avec mes collègues, nous pensons élargir ce retour d'expérience sur d'autres projets dont nous avons la conception et maitrise d'oeuvre dans le cadre de nos pratiques d'architecte, et pour lesquels le réemploi trouve sa place. Le format exposition / publication REX nous enthousiasme.

Bilan économique

  • 7 056
  • 10 %

Batiment candidat dans la catégorie

Bâtiments résidentiels / prix de la construction neuve

Bâtiments résidentiels / prix de la construction neuve

Trophées Bâtiments Circulaires 2022

 Trophées Bâtiments Circulaires 2022
 bâtiment
 logement
 économie circulaire
 réemploi
 déchet
 recyclage
 matériaux et solutions

Auteur de la page

  • Célia AUZOU

    Architecte & Accompagnatrice Réemploi

    Suivre

  • Autres études de cas

    Plus

    Concours

    Trophées Bâtiments Circulaires 2022