Doge

Construction Neuve

  • Type de bâtiment : Immeuble de bureaux
  • Année de construction : 2016
  • Année de livraison : 2017
  • Adresse : 2-4 Avenue des Saules 59100 LILLE, France
  • Zone climatique : [Cfb] Océanique hiver tempéré, été chaud, pas de saison sèche

  • Surface nette : 5 390 m2
  • Coût de construction : 5 500 000 €
  • Coût/m² : 1020.41 €/m2

Proposé par :

Label / Certifications :

  • Consommation d’énergie primaire :
    55 kWhep/m2.an
    (Méthode de calcul : RT 2012 )
Consommation énergétique
Bâtiment économeBâtiment
< 50A
A
51 à 90B
B
91 à 150C
C
151 à 230D
D
231 à 330E
E
331 à 450F
F
> 450G
G
Bâtiment énergivore

Doge est un nouveau bâtiment de bureaux développé par Nacarat et construit par Rabot Dutilleul Construction à EuraTechnologies, un éco-quartier de Lille dédié aux start-up. Le bâtiment arbore une façade en brique unique conçue par le cabinet d'architecte Tarabusi. Le programme met à disposition de ses utilisateurs des bureaux éco-conçus, modernes, intégrés, ouverts et particulièrement performants sur le plan environnemental. Le Doge est en effet le premier programme de la région Hauts-de-France à être certifié Breeam « Very Good ».

Plus de détails sur ce projet

 http://corporate.nacarat.com/fr/corporate/presentation/actualites/detailactu/87/a-lille-euratechnologies-nacarat-pose-la-1ere-pierre-de-doge.html
 https://www.batiactu.com/edito/briques-terre-cuite-geantes-un-immeuble-bureaux-lillois-51163.php

Fiabilité des données

Expert

Maître d'ouvrage

    Nacarat

    Anthony Ponthieux

Maître d'œuvre

    Tarabusi

    Paolo Tarabusi

Intervenants

    Bureau d'études autre

    PROJEX


    Constructeur

    Rabot Dutilleul Construction

    Patrice Vasse

Démarche développement durable du maître d'ouvrage

Participer au façonnement d’une ville intense à la fois tournée vers ses habitants et performante sur le plan environnemental est un défi passionnant. Aux côtés des élus, collectivités et avec nos partenaires, nous (Nacarat) essayons d’apporter des réponses aux enjeux sociétaux et écologiques de la cité. Tout en assumant notre position d’acteur économique, nous nous impliquons dans le but de produire des bâtiments qui améliorent l’environnement dans lequel ils s’insèrent : création de valeur économique (corolaire d’emploi et d’autres valeurs sociales) et restauration de la valeur écologique des territoires. Evalué sur la base du référentiel ISO 26000, l’engagement de Nacarat en matière de développement durable s’appuie sur l'outil d’éco-conception ASAP*, développé par l’entreprise sur les bases des travaux internationaux sur la ville durable (LEED, BREEAM, HQE, Living Building Challenge, Economie positive). Pour progresser et être performante en la matière, Nacarat noue des partenariats avec des experts spécialisés dans des domaines tels que la biodiversité, l’efficacité énergétique, les énergies renouvelables, la pédagogie… Ces initiatives développent autant de solutions concrètes, sur 15 thèmes précis, permettant notamment de favoriser les mixités urbaines, créer du lien et ajouter une dose d’enthousiasme au concept du vivre ensemble. * As sustainable as possible / aussi durable que possible  

Description architecturale

Inauguré en juin 2017, le « Doge », une opération tertiaire de 5 100 m2, s’inscrit dans la ZAC des Rives de la Haute-Deûle. Le développement de ce secteur de la métropole lilloise s’appuie sur l’ancienne filature Le Blan et Lafont, fleuron du textile au début du XXe siècle, qui fermât définitivement ses portes en 1989, laissant 2 500 personnes au chômage. Remarquable « château de l’industrie », l’usine réhabilitée par Vincent Brossy héberge désormais une pépinière d’entreprises du secteur des technologies et de la communication. Le vaisseau de brique troque chaîne et trame des tissus pour les fibres et les nœuds des réseaux informatiques, au sein d’un quartier dont le nom, Euratechnologie, affirme la persistance dans la mutation des activités économiques.

Les bureaux du « Doge » accompagnent la croissance de ce parc d’activité. Le cahier des charges établi lors du concours organisé par le promoteur à la demande de l’aménageur prescrivait l’utilisation de la terre cuite pour répondre au contexte local. Une contrainte que l’architecte Paolo Tarabusi a su interpréter de manière originale. Plutôt qu’un appareillage de brique, Tarabusi a choisi d’employer en façade un produit habituellement utilisé pour la réalisation de jambage dans l’habitat individuel. Posé brute et sans enduit, cet élément tiré du catalogue Terreal donne son identité au projet. La démarche n’est pas sans rappeler celle d’un autre architecte, comme Tarabusi, un Génois installé en France, Renzo Piano, qui détourna des bardeaux de terre cuite pour les poser en façade d’un ensemble de logements construits rue de Meaux, et déclina ensuite le procédé dans plusieurs projets.

L’application du produit catalogue au secteur tertiaire n’a nécessité qu’une adaptation minime, compatible avec un budget de construction serré. Les jambages sont fabriqués par paire, et sortent comme jumelés des lignes d’extrusion. Les deux pièces disposées en miroir sont séparées par la cassure d’une ligne en creux. C’est précisément ce sillon introduisant une fragilité volontaire qui a été supprimé de la chaîne de fabrication. Devenue monolithe de terre cuite, la pièce présente une cavité qui a été comblée avec du ciment armé de deux torons. Les pattes de fixation des éléments béton ont été scellées dans ce béton. Posé suivant un intervalle tant plein que vide, le meneau de terre cuite est l’unique pièce verticale de la façade. Il est recoupé horizontalement par un bandeau en ciment blanc préfabriqué qui marque chaque hauteur d’étage, évocation minérale des pierres claires insérées dans les appareillages de brique des façades de la région. Une pièce de céramique également disponible au catalogue de Terreal a permis de faire les raccords d’angles, s’adaptant aux situations où les façades ne suivent pas une géométrie perpendiculaire.

1500 pièces ont été posées sur l’ensemble du bâtiment suivant des méthodes d’assemblage à sec. Rationaliste dans l’âme, Paolo Tarabusi a voulu révéler à l’œil averti le caractère non porteur des pièces de façades, en ménageant un creux entre les terres cuites et les bétons. Les menuiseries bois ont été installées en retrait, et leurs montants verticaux sont dissimulés par les éléments de façade. Vibrant des lignes verticales de « peignage » prévues pour accrocher l’enduit sur les jambages, le Doge peut apparaître fermé dans sa radicalité. Une impression de forteresses qui se dissipe une fois à l’intérieur, largement ouvert sur le quartier. 

source : https://archicree.com/realisations/doge-a-lomme-grand-detournement-version-terre-cuite/

Et si c'était à refaire?

Oui, avec encore plus de précision dans l'utilisation de la domotique Effipilot.. et plus d'économie circulaire.

Opinion des occupants

Bail vert

Consommation énergétique

  • 55 kWhep/m2.an
  • 77 kWhep/m2.an
  • RT 2012

    Chauffage : 44%
    Aux : 18%
    Eclairage : 25%
    ECS : 13%

Performance énergétique de l'enveloppe

  • 0 W.m-2.K-1
  • La façade du bâtiment sera réalisé en poteau terre cuite – béton avec isolation intérieur. La toiture sera isolée sous étanchéité. Les planchers bas sont isolés en sous face. Afin d’atteindre la conformité RT2012, les ponts thermiques créés par les planchers intermédiaires sont traités. La zone bureaux n’étant pas climatisée, elle est de catégorie CE1 au sens de la réglementation thermique.

    EN 13829 - q50 » (en m3/h.m3)

  • 1

Systèmes

    • Chaufferie gaz à condensation
    • Chauffe-eau électrique individuel
    • Aucun système de climatisation
    • Double flux avec échangeur thermique
    • Aucun système de production d'énergies renouvelables

    Le bâtiment sera chauffé par l’intermédiaire de chaudières gaz à condensation. L’émission de chaleur est réalisée à l’aide panneaux rayonnants à eau chaude.

    Le traitement d’air du bâtiment est réalisé à l’aide de CTA Double flux à haute récupération. Les réseaux de
    ventilation extérieurs seront isolés
    La production d’ECS sera obtenue par des ballons de 50 Litres à raison d’un ballon par groupe sanitaire.

    L’éclairage sera de type lampes à basse consommation, et la gestion sera adaptée aux besoins des utilisateurs et à l’apport de lumière naturelle.

Bâtiment intelligent

    Logiciel EffiPilot pour la gestion des données et l'optimisation énergétique

Emissions de GES

  • 6 KgCO2/m2/an
  • RT2012

  • 50 an(s)

Analyse du Cycle de Vie :

    Dans le cadre de notre certification BREEAM (niveau Very Good), l’intégralité du bois utilisé sur le chantier, incluant les coffrages, les panneaux d’affichages et les autresbois utilisés temporairement a été récoltée et commercialisée légalement : 

    • Récolte de bois conforme à la législation applicable dans le pays de récolte, 
    • Commercialisation légale :

    - Exportation dans le respect des lois du pays exportateur, 

    - Importation dans le respect des lois du pays importateur, OU en conformité avec les loisdu pays exportateur,

    - Bois ne figurant pas sur la liste de la CITES (Convention sur le commerce internationaldes espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction).  Des bois labellisés FSC, PEFC, ou autre label équivalent reconnu par le BREEAM et validé par le CCPont été nécessaires pour répondre à cette exigence.

Qualité de l'air intérieur

    Cf Breeam Very Good

    Confort d'été

    Les ouvertures des baies d'un même local autre qu'à occupation passagère, et de catégorie CE1, s'ouvrent sur aumoins 30% de leur surface totale. Cette limite est ramenée à 10% dans le cas de locaux pour lesquels la différenced'altitude entre le point bas de son ouverture la plus basse et le point haut de son ouverture la plus haute estsupérieure ou égale à 4m.

Santé & Confort

    Cf Breeam

    A noter pendant la phase chantier, à l'initiative d'une conductrice de travaux de Rabot Dutilleul Construction, l'installation d'un poulailler provisoire, véritable point de rencontre convivial pendant tout le chantier. Cette initiative a été répliquée sur plusieurs autres chantier depuis.

Solution

    Effipilot

    Effipilot

    Jean-Thibaut Gay

    Software de pilotage GTP pour optimisation automatique

    L'entreprise est occupante du batiment

Coûts de construction & exploitation

  • 500 000
  • 5 250 000

Environnement urbain

DOGE s’inscrit dans le contexte plus large du nouveau quartier d’Euratechnologies, en bordure de la Deûle, dans la métropole de Lille. 

Ce pôle d’excellence participe au renouvellement d’un quartier en pleine mutation. A l’horizon 2020, on comptera 1600 habitants de plus, et 3200 emplois seront occupés dans les 97 000 m² de tertiaire de la zone.

Surface du terrain

2 165 m2

Surface au sol construite

80 %

Espaces verts communs

433

Parking

90 places

Qualité environnementale du bâti

  • Adaptabilité du bâtiment
  • Santé, qualité air intérieur
  • Biodiversité
  • Chantier (incluant déchets)
  • concertation - participation
  • acoustique
  • confort (olfactif, thermique, visuel)
  • gestion des déchets
  • gestion de l'eau
  • efficacité énergétique, gestion de l'énergie
  • gestion des espaces, intégration dans le site

​Breeam Effinergie + pilotage domotique Effipilot

Catégories du concours

Energie & Climats Tempérés

Energie & Climats Tempérés

Coup de Cœur des Internautes

Coup de Cœur des Internautes

Grand Prix Construction Durable

Grand Prix Construction Durable

Prix des Etudiants

Prix des Etudiants

Green Solutions Awards 2018 - Bâtiments

 Lauréat Green Solutions Awards
 Prix Énergie & Climats Tempérés

Auteur de la page

  • Rodolphe Deborre

    Directeur Innovation et Développement Durable

    Suivre

  • Autres études de cas

    Plus

    Concours

    Green Solutions Awards 2018 - Bâtiments