Vulnérabilité à la chaleur : les Hauts-de-Seine, un territoire contrasté

Rédigé par

Eric LARREY

Directeur de l'innovation

4295 Dernière modification le 24/08/2023 - 10:32
Vulnérabilité à la chaleur : les Hauts-de-Seine, un territoire contrasté

Il y a quelques jours, la presse titrait “Canicule : un Francilien sur deux vit dans un îlot de chaleur, suite à une étude de l'Institut Paris Région. Les canicules successives, de plus en plus dures, de plus en plus précoces et désormais tardives, accentuent l’effet néfaste des îlots de chaleur urbains. Nous proposons ici un focus sur le département des Hauts-de-Seine.

L’institut Paris Région a présenté récemment une étude sur la vulnérabilité des populations de l’Ile-de-France, annonçant : « Plus de 3 685 000 Franciliens, soit 31 % de la population, résident dans des îlots considérés comme fortement vulnérables à la chaleur, dont 845 000 personnes sensibles par l'âge (moins de 5 ans et plus de 65 ans). »

Il est indéniable que l’inconfort des habitants , voire leur santé, est impactée par ces dysfonctionnements urbains que sont ces ICU. 

Dans le cadre de nos travaux de R&D, nous nous intéressons ici au département des Hauts-de-Seine, au territoire contrasté:

  • La comparaison de la vulnérabilité aux ICU de deux villes : Levallois-Perret et Asnières-sur-Seine
  • Les cartes des ICU/IFU des 36 communes du département, basées sur notre Indice de Confort Thermique Usager

Exposition des habitants à l’effet ICU

Commençons par la ville de Levallois-Perret, comptant près de 68 000 habitants avec une densité de près de 28 000 habitants/km2. La carte des ICU/IFU sur son territoire permet d’isoler les lieux les plus exposés ainsi que les bâtiments les plus exposés (en rouge par rapport à ceux qui le sont moins, en bleu), ce qui correspond à 92 % de la population de la ville.

Dans le cas d’Asnières-sur-Seine, comptant 88500 habitants et affichant une densité de 18300 habitants au km2, le taux de bâtiments exposés est moindre, affectant tout de même 71% de la population.

Le territoire affiche ainsi une forte disparité au sein même des villes densément peuplées, largement due à des taux de végétalisation très différents. Une disparité qui s’accentue encore avec des communes à la densité urbaine plus faible, comme vous pourrez l’observer avec les cartes suivantes. 

Les 36 communes du département

Voici les cartes des ICU/IFU de toutes les communes de notre territoire, dans une logique similaire à celle déjà présente pour les arrondissements de Paris .

Antony

Asnières-sur-Seine

Bagneux

Bois-Colombes

Boulogne-Billancourt

Bourg-la-Reine

Châtenay-Malabry

Châtillon

Chaville

Clamart

Clichy

Colombes

Courbevoie

Fontenay-aux-Roses

Garches

Gennevilliers

Issy-les-Moulineaux

La Garenne-Colombes

Le Plessis-Robinson

Levallois-Perret

Malakoff

Marnes-la-Coquette

Meudon

Montrouge

Nanterre

Neuilly-sur-Seine

Puteaux

Rueil-Malmaison

Saint-Cloud

Sceaux

Sèvres

Suresnes

Vanves

Vaucresson

Ville-d'Avray

Villeneuve-la-Garenne

Partager :