Végétal et planification urbaine : Quelles recommandations ?

Présenté en avant première le 6 avril lors de l'AG de Plante & Cité, "Végétal et espaces de nature dans la planification urbaine" est un recueil qui vise à accompagner les collectivités et acteurs de l’aménagement pour l’intégration de la nature en ville et la biodiversité dans la planification urbaine. En voici les principales recommandations.

Ce document, rédigé par Sandrine Larramendy* avec l'appui de Mélanie Chollet*, est le fruit de 3 ans de travaux, propose des recommandations au travers de 12 fiches actions ainsi qu'une sélection de plus de 200 documents inspirants pour penser urbanisme et nature. 
Ce programme d’étude a été initié par Plante & Cité à la fin de l’année 2018 et s’est appuyé sur un comité de pilotage pluridisciplinaire (urbanisme - paysage - écologie), mêlant des représentants de fédérations professionnelles, des chercheurs et des techniciens et élus de collectivité. Enrichi par deux consultations nationales, « Végétal et espaces de nature dans la planification » à destination des collectivités et « Végétal et PLU(i) » à destination des professionnels du secteur privé, le programme d’étude a également permis de mener des ateliers interprofessionnels thématiques afin d'émettre des recommandations et réaliser une analyse de documents issus notamment du Concours Capitale française de la biodiversité. Enfin, le choix a été fait de se concentrer sur le Plan local d’urbanisme (PLU), échelle de planification la plus proche des habitants et la plus opérationnelle.


Pour obtenir des effets concrets, les collectivités ont à actionner une diversité de leviers pour agir sur toute la chaîne « Connaître - Protéger - Urbaniser - gérer ».

Les collectivités doivent s’entourer des compétences de spécialistes et œuvrer au travail interdisciplinaire et à l’implication des citoyens, sachant que le principal moteur de l'action reste l’engagement des élus. 
La connaissance est le socle de l’action. Pour piloter finement sa stratégie, la collectivité doit avoir une bonne connaissance à la fois de ses espaces de nature et de son tissu urbanisé. Si cette connaissance est acquise en amont de l’élaboration du PLU, elle peut être alors plus facilement mobilisée. Elle doit être également largement diffusée, notamment entre les services, afin que les enjeux soient partagés. En s’engageant dans des démarches volontaires, les collectivités peuvent également approfondir leurs connaissances du végétal et des espaces de nature et concrétiser leurs politiques pour les protéger et développer. Ces démarches sont aussi le moyen de fédérer les services et les habitants autour de thèmes ciblés (les arbres, l’alimentation, les paysages…) et de créer une dynamique collective. Quand elles sont menées en amont ou en parallèle de l’élaboration d’un document d’urbanisme, elles permettent d’enrichir la connaissance partagée du territoire et de pointer les enjeux particuliers.


Les zonages du PLU sont incontournables pour protéger le végétal et les espaces de nature.
 

L’objectif est de dessiner un plan de zonage et écrire un règlement adapté aux qualités des espaces de nature de la collectivité, de faire du sur-mesure. Une stratégie foncière qui s’appuie sur des critères naturalistes, paysagers et agronomiques peut constituer un des piliers de l’action de la collectivité. Elle doit permettre de repérer les terrains intéressants à acquérir à des fins de préservation ou de renforcement des espaces de nature.
La première des actions pour protéger le végétal et les espaces de nature est de mener la croissance urbaine sans artificialiser des espaces agricoles, naturels, des jardins privés urbains... Cela passe par la mise en œuvre effective et imaginative du recyclage urbain et le choix le plus ajusté possible et pertinent des nouveaux espaces à urbaniser dans un objectif de Zéro artificialisation nette (ZAN) des sols. Les Orientations d’aménagement et de programmation (OAP) sont des outils des PLU (et des PSMV*) qui guident les porteurs de projet et permettent d’afficher les objectifs de la collectivité concernant la création et la protection du végétal et des espaces de nature et d’insuffler des logiques d’aménagement.


Les espaces publics paysagers sont importants pour sensibiliser les habitants.

La gestion des espaces publics paysagers est indispensable pour développer la diversité des plantes et des animaux sauvages, améliorer les fonctionnalités écologiques et façonner au quotidien la qualité de paysage des espaces verts et de nature publics. Enfin, les seuls documents de planification ne sont pas suffisants pour mettre en œuvre les politiques en faveur du végétal et des espaces de nature. Afin de concrétiser les objectifs visés dans les documents, les collectivités ont à leur disposition une palette d’outils contractuels ou incitatifs (Bail rural environnemental, Obligation réelle environnementale, aide financière ou technique…) à destination des particuliers et porteurs de projets. Le sujet du végétal, des espaces de nature et des sols dans la planification urbaine se trouve à la croisée de plusieurs enjeux pour les collectivités (santé et leur bien-être, biodiversité, artificialisation des sols, changement climatique...) et relève de compétences de différents services des collectivités et élus référents. Une action efficace présente un enjeu majeur de travail en synergie et complémentarité.

Les thèmes des 12 fiches : 
1- Les facteurs de réussite : complémentarité des actions, interdisciplinarité, formation et engagement
2- Connaître les espaces de nature et les espaces urbanisés - partager et diffuser
3- Mener des démarches volontaires ciblées (plans, chartes...)
4- Recourir à la diversité des zonages de protection du plu et autres zonages réglementaires
5- Mobiliser les outils fonciers et financiers
6- Recycler, remobiliser des bâtiments existants et des terrains déjà artificialisés
7- Mobiliser les OAP pour le végétal, les espaces de nature et les sols
8- Recourir aux autres outils du règlement de PLU
9- Agir aux étapes d'instruction et de contrôle sur le terrain - sanctionner
10- Appliquer pour les projets les principes de conception écologique et paysagère
11- Gérer les espaces publics paysagers
12- Mettre en place des mesures contractuelles et incitatives avec les particuliers

 villes et territoires
 nature en ville
 biodiversité
 urbanisme
 aménagement
 bâtiment
 végétalisation

Auteur de la page


  • Autres actualités

    Plus d'articles

    Sur les mêmes thèmes

     villes et territoires
     nature en ville
     biodiversité
     urbanisme
     aménagement
     bâtiment
     végétalisation