Une rénovation profonde du bâtiment à la hauteur des enjeux

La rénovation environnementale des bâtiments massive et profonde est au cœur de la relance verte et de l’accord européen.

La Commission Européenne a fixé un objectif renforcé de réduction des émissions de gaz à effet de serre de 55 % d’ici 2030 ; contre 40% auparavant. Dans domaine du bâtiment qui contribue pour 40% des émisisons de gaz à effet de serre, l’objectif européen est une réduction de 60 %. Vu le rythme de la construction neuve la rénovation est cruciale. 85 % du parc immobilier de l’UE, a été construit avant 2001 et 85 à 95 % des bâtiments qui existent aujourd’hui, existeront toujours en 2050.

Le budget voté permettra de financer le programme publié le 14 octobre d’une ‘vague de rénovation’ permettant d’atteindre cet objectif de réduction et de créer 160 000 emplois verts supplémentaires dans le secteur de la construction.

La rénovation est identifiée depuis longtemps comme vertueuse en matière de développement durable, créant des emplois réduisant la précarité énergétique. Le récent rapport de l’Agence International de l’Energie sur la relance verte considère que la rénovation n’est pas seulement créatrice d’emplois, elle est aussi globalement rentable. Rentable car le coût moyen l’abattement de la tonne de CO2 est négatif ; mais avec une dispersion allant d’un gain économique 65$/t jusqu’à un coût de 75$/tonne de CO2 montrant que le choix des méthodes et techniques utilisées est central. Le même rapport montre que de tous les investissements en matière de lutte contre l’effet de serre la construction neuve et la rénovation étaient les plus intensives en emploi, avec 15 emplois créés pour un million de dollards investis contre deux par exemple dans le nucléaire.

L’instrument de relance de l’UE Next Generation EU mettra à disposition un volume sans précédent de ressources pour la rénovation en vue de doubler le rythme de rénovation et privilégier des rénovations lourdes et profondes. Aux financements européens se rajoutent les financements natioaux.. En France par exemple 6,7 milliards du programme de relance seront consacrés à la rénovation des parcs publics et privés.

Les moyens sont-ils à la hauteur ces objectifs ?

Les promesses de financement non tenues, la faible performance de la majorité des rénovations démontrent les limites des approches politiques et règlementaires pratiquées jusque-là. Si 11% du parc immobilier existant de l’UE fait l’objet d’un certain niveau de rénovation chaque année, seulement 1% porte sur la performance énergétique des bâtiments et seulement 0,2 % portent sur des rénovations lourdes, celles qui réduisent la consommation énergétique d’au moins 60 %.

Tenir la promesse de 60% implique une profonde évolution des approches, une transition qui s’appuie sur des innovations à tous les niveaux, des techniques, des processus, des modèles économiques et des outils politiques qui permettent une réduction radicale des coûts de la tonne économisée.

Le programme européen ébauche des pistes nouvelles, sur le champ concerné tout d’abord. Le programme de rénovation européen ne vise pas seulement des bâtiments plus économes en énergie, mais aussi des batiments résilients aux changement climatique et qui réduisent leur intensité de carbone sur l’ensemble de leur cycle de vie c’est-à-dire intègre les matériaux et l’énergie utilisée. Cette vision rejoint celle de la feuille de route zéro carbone 2050 de l’Alliance Mondiale pour le Bâtiment (GABC), qui considère que les interventions sur l’enveloppe (généralisation des bâtiments à énergie positive pour le neuf et rénovation profonde pour l’existant) ne participent que pour un tiers de l’effort, et que les deux autres tiers se répartissent en parts presque égales entre les matériaux et la fourniture d'énergie bas carbone.

Cette approche connecte ainsi les dossiers climat et économie circulaire et vise à « adapter l’écosystème du secteur de la construction à la rénovation durable, sur la base de solutions circulaires, de l’utilisation et de la réutilisation de matériaux durables et de l’intégration de solutions fondées sur la nature ». Pour cela l’Europe veut faire jouer un rôle majeur aux territoires.

Ces orientations et les outils de financement prévus conduisent les entrepreneurs et les projets à relever des défis économiques et techniques.

Une approche économique positive

Les rénovations actuelles, souvent limitées au volet énergétique, ne sont pas assez profondes, et pourtant coûteuses avec des temps de retour très longs. La question du coût de cette ambition de performance est centrale, elle doit être abordée à deux niveaux : la réduction des coûts et la création de valeur.

La réduction des coûts, grâce à l'innovation et la diffusion de solutions frugales et technologies performantes, passives et actives. Des processus d’industrialisation comme EnergieSprong réduisent les coûts au point d’envisager à terme de se passer de subvention. Des approches territoriales et de l’ingénierie financière devraient permettre de baisser les coûts de transaction et mutualiser les coûts. Des approches de type conception-réalisation-exploitation-maintenance (CREM) contribuent à la maîtrise des coûts sur le cycle de vie.

La création de valeur, en ne visant pas seulement les économies sur la facture énergétique mais en intégrant la rénovation dans un processus de création de valeur. La rénovation améliore le confort - réduction des nuisances sonores ou bonne qualité de l’air à l’intérieur - qui s’avèrent facteur de productivité dans le secteur tertiaire. La rénovation profonde peut aussi conduire à l’augmentation des surfaces ou des fonctionnalités des bâtiments. Les mutations postcovid et la réorganisation par le travail à distance conduira les entreprises à diminuer les surfaces et requalifier leur parc immobilier.

Enfin la création de valeur doit être envisagée sur le cycle de vie en valorisant la qualité d'usage et des innovations en matière d'usage.

Une approche systémique impliquant des compétences élargies

La rénovation profonde et performante d’un bâtiment existant, ne peut se satisfaire des mesures ponctuelles financées jusque-là. Elle nécessite d’adopter une approche globale et systémique, la mise en œuvre d’un audit énergétique, de définir un scénario de travaux, pour combiner des solutions spécifiques, mais aussi de prendre en compte les connaissances sur patrimoine bâti et données de l’environnement et des ressources et matériaux locaux.

Du fait du poids du coût du foncier, c’est à l’échelle collective des villes et des quartiers qu’il faut aussi raisonner. La densification des quartiers d’habitat pavillonnaire peut financer des réhabilitations collectives. Dans les villes, la surélévation de bâtiments peut être intégrée dans un programme de rénovation profonde du bâtiment ou du quartier. Une approche par quartier permettrait de combiner rénovations, destructions/reconstructions, développement de services, notamment de transports collectifs. Un modèle économique permettant d’affecter la création de valeur et les rentes foncières aux travaux, allié à une standardisation des procédures (permis de construire et aides), des approches (industrialisation) et des connaissances des spécificités locales.

La Commission européenne considère que la rénovation est aussi un projet culturel pour l'Europe et doit combiner style et durabilité. A cet effet l’Europe va créer un nouveau Bauhaus européen – un espace de co-création dans lequel les architectes, les artistes, les étudiants, les ingénieurs, les designers travaillent ensemble.

Chacune des époques, l’habitat vernaculaire, les bâtiments historiques, ceux construits au XIX siècle comme dans les années 50 et 60… a utilisé des matériaux, adopté des formes constructives, des styles, qui demandent des approches spécifiques de rénovation.

C’est un processus de personnalisation de masse qui est nécessaire. C’est-à-dire des approches standardisées bénéficiant d’économie d’échelle qui soient capables de s’adapter à chaque demande individuelle.

Ce processus doit s’appuyer sur les villes et les territoires et les structures d’appuis qu’elles ont mises en place. Les défis à relever sont le plus souvent territoriaux, les conditions climatiques, les filières de recyclage et de production de matériaux biosourcés sont locales. Une approche intégrée économique, planificatrice et technique de type Haussmannienne peut relever ce défi. Un processus proche de celui des appellations d’origine utilisé dans l’agriculture pourrait permettre de labelliser des approches locales. En rendant explicites les spécificités locales et leur prise en compte, il permettrait des rénovations qui intègrent des solutions frugales comme des matériaux locaux.

Le numérique a son rôle à jouer. L’Europe l’aborde à travers le numérique des données au niveau des bâtiments et met en place un ‘Indicateur de Potentiel d’Intelligence’ pour promouvoir des rénovations compatibles avec le numérique.

Mais le numérique des connaissances semble négligé. Un processus d’intelligence collective et de formation, associé aux outils d’intelligence artificielle, permettrait de capitaliser les expériences, transférer les solutions et les pratiques à toutes les échelles. Il permettrait le développement de ce processus d’intelligence collective à l’échelle européenne, capable de gérer la diversité des situations et des intelligence locales dans un projet commun. A coté des politiques et procédures l’Union Européenne devrait consacrer au moins un pour mille des budget consacrés à cette intelligence collective.

 

UE, Une vague de rénovations pour l'Europe : verdir nos bâtiments, créer des emplois, améliorer la qualité de vie.14.10.2020 COM(2020) 662. Communication de la Commission au Parlement Européen, au Conseil, au Comité Économique et Social Européen et au Comité des Régions.

IEA 2020. Sustainable Recovery. World Energy Outlook Special Report. July 2020. International Energy Agency in collaboration with the International Monetary Fund.

 

 relance verte
 rénovation
 rénovation thermique

Auteur de la page

  • Christian Brodhag

    Président Construction21 France / Président Construction21 AISBL

    Suivre

  • Autres actualités

    Plus d'articles

    Sur les mêmes thèmes

     relance verte
     rénovation
     rénovation thermique