Une nouvelle génération de photovoltaïque avec EPC Solaire

Avec les objectifs de l’Accord de Paris, le solaire est passé au premier plan des énergies renouvelables. Il est devenu l’un des premiers recours des entreprises et des particuliers pour l’autoconsommation. EPC Solaire a devancé la vague. Témoignage de Jean Paul Bousquet, son Directeur Général délégué.

Dans quel secteur votre entreprise innove-t-elle ?

Jean Paul Bousquet : EPC Solaire est une société créée fin 2010, dans le secteur des énergies renouvelables. Nous sommes spécialisés dans le photovoltaïque installé en toiture terrasse. Mais surtout nous avons développé un système de fixation qui répond aux problématiques de ces emplacements. Nous avons donc une double compétence  sur le photovoltaïque et sur l’ étanchéité des bâtiments. 

Pourquoi se spécialiser sur les toitures terrasses ?

Jean-Paul Bousquet : Depuis le début, c’est pour nous un marché qui a du sens, bien plus que le photovoltaïque implanté en pleine campagne. Le bâtiment sous les panneaux photovoltaïques consomme l’énergie produite, un champ ou un bâtiment agricole consomme beaucoup moins. Dans une logique croissante d’autoconsommation, le photovoltaïque en toiture terrasse devient une évidence, surtout pour les centres commerciaux ou l’industrie qui sont nos clients.

Pour installer des équipements solaires sur ces bâtiments, il faut fournir une qualité irréprochable. Les assurances et les bureaux de contrôle sont particulièrement exigeants. Les besoins en énergie sont évidents, il n’en reste pas moins que la sécurité prime. Nous avons donc développé un système qui nous permet de répondre à ces exigences :  une fixation thermo-soudée. Elle constitue une bien meilleure réponse que des procédés  lestés qui engendrent des problématiques de surcharge non acceptable par de tels bâtiments  ou les fixations vissées dans la toiture qui peuvent compromettre l’étanchéité.

Au-delà de l’exigence réglementaire, quel autre avantage apporte votre solution ?

Jean-Paul Bousquet : La souplesse ! Nous pouvons ainsi nous adapter à une très grande variété de bâtiments. Nous travaillons sur plusieurs marchés : les immeubles de bureaux entre 300 et 1000m² et les plateformes logistiques de 50 000 à 100 000 m². Nous venons justement de livrer deux installations pour des bâtiments de 30 000².  L’hétérogénéité du marché demande que nous soyons flexibles. La rapide croissance du photovoltaïque en France et en Europe nous y contraint également. Nous jouons un match dont les règles n’ont pas été entièrement définies.

Où se trouvent vos clients aujourd’hui ?

Jean Paul Bousquet : Nous comptons beaucoup de clients dans le Sud, dans l’Ouest et dans le Nord, la plupart fonctionne en autoconsommation. Nous avons également des clients qui préfèrent produire de l’énergie pour la réinjecter dans le réseau et concurrencer l’industrie énergétique.

Quel soutien vous apporte InnoEnergy ?

Jean Paul Bousquet : Nous sommes partenaires depuis deux ans maintenant. Au début, InnoEnergy nous a aidés financièrement. Mais ce qui compte le plus à nos yeux, c’est la mise en réseau avec d’autres start-ups. Nous mettons d’ailleurs en place un partenariat avec l’une d’entre elles, , qui développe des serres photovoltaïques monompentes en Italie.

Quels sont vos objectifs de développement ?

Jean Paul Bousquet : Notre première ambition est de poursuivre notre expansion en France. Mais dès 2018, nous allons nous étendre dans les pays du Benelux, en Suisse et au Maroc.

Propos recueillis par Sylvain Bosquet pour InnoEnergy 

 EPC Solaire
 photovoltaïque
 innovation
 toitures
 InnoEnergy
 autoconsommation

Auteur de la page

  • Pauline Vettier

    Responsable Marketing & Communication

    Suivre

  • Autres actualités

    Plus d'articles

    Sur les mêmes thèmes

     EPC Solaire
     photovoltaïque
     innovation
     toitures
     InnoEnergy
     autoconsommation